Fonds d’urgence COVID-19

Donnez à nos équipes les moyens de faire face à l’épidémie et à ses conséquences sur nos terrains d’intervention.

Je donne

Chine - Un mois après le tremblement de terre

Des rescapés du séisme dans un camp provisoire mis en place par les autorités chinoises.
Des rescapés du séisme dans un camp provisoire mis en place par les autorités chinoises. © Kris Torgeson/MSF

Un mois après le séisme d’une magnitude de 8.0 qui a dévasté
la province du Sichuan le 12 mai dernier, les équipes MSF continuent d’offrir
un soutien psychologique aux victimes.

Les autorités locales, régionales et nationales sont intervenues massivement mais certains besoins subsistent, en particulier les soins psychiques aux victimes

Deux équipes MSF de psychologues expérimentés en gestion de stress post-traumatique lié à une catastrophe naturelle ont proposé des formations aux personnels médicaux locaux et ont lancé un programme de soins psychiques dans les différents sites qui accueillent des personnes déplacées.

Des soins à long terme. “Cette catastrophe naturelle se distingue des autres par la réponse rapide et efficace apportée par les autorités locales et gouvernementales. En comparaison avec d’autres urgences d’une telle ampleur ailleurs dans le monde, MSF a joué un rôle plus limité dans l’offre de secours au sens large”, explique Cindy Huang, coordinatrice des urgences pour MSF au Sichuan.

Elle ajoute : "Il est important de rappeler que la reconstruction, en termes physiques et humains, est un processus long. Je ne doute pas que la Chine ait la capacité de reconstruire rapidement des infrastructures de qualité.

Mais le processus de reconstruction des vies est plus difficile. De nombreux blessés ont été sauvés par les efforts immédiats et héroïques de nombreux intervenants, mais il faudra beaucoup de temps et de ressources pour que la vie reprenne son cours normal .”

Assistance psychologique. Alors que presque tous les besoins de base, comme de la nourriture et un abri, ont pu être comblés, certains rescapés ont besoin d’une assistance psychologique pour retrouver un semblant d’équilibre dans leur vie.

Une équipe de trois psychologues travaille actuellement à Hanwang, Mianzhu city, où les personnes déplacées par le tremblement de terre vivent dans des campements temporaires. Un autre programme de soins psychiques à Long Men Shan, Pengzhou city, a débuté cette semaine.

En collaboration avec la Croix Rouge chinoise, MSF a offert 4 570 tentes, 800 rouleaux de film plastique et autre matériel de première nécessité (10 000 sous-vêtements et 2 000 cuvettes). MSF a également donné des médicaments et du matériel médical à différents centres médicaux de la région.

La reconstruction en termes physiques et humains est un processus à long terme
Cindy Huang, coordinatrice des urgences

40 collaborateurs internationaux et 16 collaborateurs chinois de MSF ont travaillé dans la région sinistrée. Les équipes ont pris en charge les besoins médicaux et de première nécessité des victimes, offrant des soins chirurgicaux et médicaux de base. Elles ont apporté leur expertise en matière de néphrologie, proposé des soins psychiques, et distribué des médicaments, du matériel médical et non médical pour participer aux efforts de secours.


MSF est présente en Chine depuis 1988. Au moment du tremblement de terre, les membres de l’équipe MSF travaillaient à Nanning, dans la région autonome de Guangxi, où l’organisation a mis en place un programme de prise en charge du VIH/Sida depuis 2003 en collaboration avec le Guangxi Public Health Bureau et le Nanning CDC.


Début 2008, MSF a transmis un autre programme de lutte contre le VIH/Sida à Xiangfan (dans la province de Hubei) aux autorités chinoises.

À lire aussi