Chine - séisme : état des structures évaluées par MSF (au 14 mai)

Sichuan  Mai 2008
Sichuan - Mai 2008 ©MSF

Suite au séisme en Chine, deux équipes MSF (trois médecins, un assistant médical, un
logisticien et un administrateur) se sont été immédiatement rendues sur place
afin d’évaluer les besoins sanitaires dans plusieurs zones touchées du Sichuan,
notamment au nord de Chengdu.

Hôpital chirurgical de Hanwang

Cette structure de 54 lits, qui dessert 4 comtés (population estimée à 55 000 personnes), a été très endommagée par le tremblement de terre. Environ 268 blessés s’y sont rendus ces 3 derniers jours. Une dizaine de tentes ont été mises en place pour l’accueil des patients.

Les complications, y compris les cas nécessitant une dialyse rénale (lire encadré), sont référés. On compte beaucoup de blessures orthopédiques nécessitant la pose d’une fixation externe, mais les conditions actuelles de stérilité ne permettent pas de procéder à des actes chirurgicaux. Les besoins résident essentiellement dans du matériel de 1ère nécessité (couvertures) et de stérilisation.

Hôpital cantonal affilié à la Croix Rouge chinoise

Environ 200 personnes y sont prises en charge. Une partie de la structure est totalement effondrée et il n’y a ni eau, ni électricité, ni abris/tentes et la nourriture manque.

Il y a un besoin urgent en produits désinfectants, matériel médical, eau, tentes, médicaments (antibiotiques, antipyrétiques et anti-diarrhéiques), générateurs électriques.

Il y a une réelle demande en chirurgie. Les besoins les plus urgents concernent les médicaments et le matériel médical

« People's Hospital » de la ville de Shifang.

C’est le plus grand des 5 hôpitaux de la ville et c’est la structure de référence habituelle de la zone. Il dessert une population de 430 000 personnes. Très endommagé, il ne peut accueillir des patients dans ses locaux et en réfère la plupart vers d'autres hôpitaux. 25 tentes ont été mises en place pour l’accueil des blessés dont 2 pour les actes chirurgicaux. Les dialyses rénales sont référées vers d’autres hôpitaux.

Environ 700 patients ont été traités depuis le séisme (soit 200 par jour en moyenne) : des fractures, des blessures abdominales et à la tête. Un soutien psychologique y est proposé. Les besoins exprimés concernent : des kits chirurgicaux, du plâtre, des vêtements chirurgicaux, des anesthésiques, des produits désinfectants, du matériel médical (seringues, pansements…), des ambulances.

Le "crush syndrome"

Au lendemain d'un tremblement de terre, ce syndrome apparaît fréquemment chez les blessés, après leur dégagement. Il s'agit d'une insuffisance rénale aiguë, causée par l'écrasement des masses musculaires, endommagées par de graves blessures internes, qui libèrent alors des quantités massives de toxines dans le sang et conduisent à une insuffisance rénale. La réponse à ce type de syndrome, fatal dans un cas sur deux, est la dialyse, soit une reprise de la fonction rénale par voie artificielle. Trois néphrologues viendront renforcer les équipes.


Contact presse : Isabelle MERNY - 00 33 1 40 21 28 42 ou 00 33 6 76 22 02 79

À lire aussi