Réfugiés Rohingyas au Bangladesh, septembre 2017
Après les jours de pluie, tous les camps de réfugiés sont inondés.   © Antonio Faccilongo

En réponse à la crise humanitaire qui touche actuellement la péninsule du Sud-Est du Bangladesh, Médecins Sans Frontières (MSF) a augmenté ses opérations dans le pays.

Plus de 647 000 personnes sont arrivées au Bangladesh depuis le 25 août dernier après une nouvelle vague de violences ciblées contre les Rohingyas de l'Etat de Rakhine au Myanmar. En près de deux mois, MSF a traité plus de 62 000 patients dans la région, principalement pour des infections respiratoires, des cas de malnutrition infantile, des maladies diarrhéiques et dermatologiques liées aux mauvaises conditions sanitaires des camps.

En moins de trois mois, MSF a considérablement développé sa capacité à répondre à l’afflux de population, notamment en étendant la capacité de son hôpital de Kutupalong de 50 à 70 lits. L'établissement fournit des soins de santé primaire et secondaire et est le plus grand centre de santé de MSF dans la région de Cox Bazar depuis 2009. Un deuxième hôpital a été construit à Balukhali en octobre, essentiellement dédié à la santé materno-infantile. Deux autres hôpitaux vont également ouvrir en novembre et décembre. Enfin, MSF a mis en place 15 postes de santé et deux cliniques mobiles pour répondre aux besoins de la population en matière de soins de santé primaires.

Outre la réponse médicale, la mise en place d’infrastructures sanitaires et l’approvisionnement en eau bonne pour la santé est une autre priorité pour prévenir la propagation des maladies. Pour répondre aux conditions sanitaires déplorables et aux énormes besoins, MSF a construit plus de 510 latrines, 105 forages et un système d'adduction d'eau par gravité tout en transportant en moyenne 55 m3 d'eau par jour vers les camps. Enfin, 400 puits et 1 000 latrines seront construits d’ici la fin de l’année dans les camps de Balukhali et Kutupalong.

Projets menés par MSF pour les réfugiés Rohingyas au Bangladesh

Activités de MSF auprès des Rohingyas au Bangladesh - novembre 2017
 

Des violences à grande échelle et ciblées à l'encontre des Rohingyas

Des enquêtes épidémiologiques réalisées par MSF dans des camps de réfugiés au Bangladesh estiment qu’au moins 9 000 Rohingyas sont morts au Myanmar, dans l’Etat de Rakhine, entre le 25 août et le 24 septembre, et qu’au moins 6 700 d’entre eux ont été tués, dont 730 enfants de moins de cinq ans.

Les résultats des études menées par MSF fournissent des éléments tangibles de la violence à grande échelle qui a ciblé les Rohingyas à partir du 25 août lorsque l’armée birmane, la police et des milices locales ont lancé des opérations en réaction aux attaques de l’Armée du Salut des Rohingyas d’Arakan. Depuis, plus de 647 000 Rohingyas ont fui le Myanmar pour le Bangladesh. 

« Nous avons parlé à des personnes qui ont réchappé des violences au Myanmar, et qui ont maintenant trouvé un abri dans des camps surpeuplés et insalubres au Bangladesh, explique le Dr Sidney Wong, directeur médical de MSF. L’ampleur et la nature des violences que nous avons mises au jour sont effroyables. Le pic des décès tels que rapportés par les réfugiés pendant l’enquête coïncide avec le lancement des opérations par les forces de sécurité du Myanmar la dernière semaine d’août. »

En savoir plus


ALLER PLUS LOIN

Découvrez la première partie de notre article La tragédie Rohingya mettant en avant des témoignages de Rohingyas ayant réchappé des violences au Myanmar.


 

3 questions à Jean-Fabrice Pietri, coordinateur d'urgence MSF de retour du Bangladesh

 

Pour poursuivre nos actions d'aide médicale d'urgence, nous avons besoin de vous.

Faire un don

 

MSF a pour la première fois déployé des équipes au Bangladesh en 1985. Près du camp improvisé de Kutupalong, dans le district de Cox Bazar, MSF gère depuis de nombreuses années une structure médicale et une clinique qui proposent un ensemble complet de soins de santé de base et d’urgence, ainsi que des services d’hospitalisation et d’analyses médicales aux réfugiés rohingyas et à la communauté locale.

Face à cet important afflux, MSF a fortement accru ses activités d’approvisionnement en eau, d’assainissement et de soins auprès de la population de réfugiés, et continue de déployer ses activités pour faire face aux besoins des réfugiés.

Carte

Articles