Opération

Tadjikistan : prise en charge des enfants affectés par la tuberculose et le VIH/Sida

© Wendy Marijnissen

Depuis 2011, Médecins Sans Frontières soutient le ministère de la Santé pour la prise en charge enfants affectés par le VIH/Sida, la tuberculose et la tuberculose résistante au Tadjikistan.

Les équipes de Médecins Sans Frontières travaillent notamment à Douchanbé et Kulob.

 

La tuberculose est la maladie infectieuse la plus meurtrière au monde. Avec 10 millions de personnes atteintes en 2018 et 1,5 millions de personnes qui en sont mortes la même année, elle est aussi la principale cause de mortalité chez les personnes atteintes de VIH. En 2018, on dénombrait 7 600 personnes atteintes de tuberculose au Tadjikistan, dont un quart de cas multirésistants (OMS, 2019). 

Pourquoi Médecins Sans Frontières intervient ?

L’Organisation mondiale de la santé estime qu’en 2017 un million d’enfants ont développé la tuberculose et que 233 000 en sont morts. Les enfants sont particulièrement vulnérables face à cette maladie et ils ont été pendant longtemps négligés dans les stratégies de prise en charge des personnes affectées par la tuberculose. Pour démontrer qu’un dispositif de prise en charge complète de la tuberculose pour les enfants est réalisable et que la tuberculose, et en particulier ses formes résistantes, peuvent être diagnostiquées avec succès et en fin de compte soignées, le ministère de la Santé tajik et Médecins Sans Frontières décident en 2011 d’ouvrir un programme de prise en charge pédiatrique globale de la tuberculose.

Notre intervention

Médecins Sans Frontières soutient le ministère de la Santé pour la prise en charge des enfants affectés par le VIH/Sida, la tuberculose et la tuberculose résistante au Tadjikistan, et pour l’amélioration de leur diagnostic et de leur traitement.

Le programme vise notamment à traiter autant que possible les patients à domicile, ainsi que leur famille, avec un modèle de prise en charge intégré, qui comprend un dépistage, un diagnostic en laboratoire, un suivi, des traitements individualisés et un soutien psychosocial, avec de la ludothérapie. En 2016, la bédaquiline et le délamanide, de nouveaux médicaments antituberculeux, ont été introduit pour la première fois dans le pays, et des patients ont été placés sous ces nouveaux traitements. 

Les équipes de MSF apportent également leur soutien à l’hôpital pour enfants tuberculeux de Douchanbé ainsi qu’au service pédiatrique de l’hôpital de Machiton. MSF traite également les enfants souffrant de co-infections tuberculose/VIH ou tuberculose/malnutrition sévère dans ces deux structures. 

Dans le sud du pays, à Kulob, MSF offre une prise en charge aux enfants affectés par le VIH/Sida et à leur famille. Le principal objectif est de réduire l’incidence de la maladie et la mortalité chez ces enfants, en ciblant les co-infections et la prévention de la transmission du VIH/Sida.