Opération

Géorgie : prise en charge des personnes affectées par la tuberculose

© Daro Sulakauri/MSF

Médecins Sans Frontières offre une prise en charge aux personnes atteintes de tuberculose multirésistante (TB-MR) en Géorgie.

Depuis 2014, l’association supporte le ministère de la Santé géorgien dans l’introduction de nouveaux traitements contre la tuberculose multirésistante (TB-MR) et mène actuellement un essai clinique dans le cadre du projet EndTB. La tuberculose est la maladie la plus meurtrière au monde devant le VIH avec plus de 1,7 millions de décès par an.

Fatigué d'être un patient tuberculeux

La Géorgie et l'Ukraine sont parmi les pays les plus touchés par la tuberculose multi-résistante. Un traitement classique comprend 14 000 pilules et huit mois d'injections quotidiennes. Les médicaments ont de nombreux effets secondaires et sont difficiles à supporter. Les traitements durent jusqu'à deux ans. Deux ans pendant lesquels les patients doivent mettre leur vie entre parenthèses.

Pourquoi Médecins Sans Frontières intervient ?

La Géorgie compte parmi les 30 pays au monde les plus touchés par la tuberculose multirésistante (TB-MR). L’incidence de la tuberculose dans ce pays est de 106 nouveaux cas par an pour 100 000 habitants (OMS, 2016). La TB-MR concerne 12 % des nouveaux cas et 39 % des patients déjà traités. Et parmi les patients affectés par la TB-MR, 10 % le sont par une forme ultrarésistante de la maladie (TB-UR).

Notre intervention

En 2013, Médecins Sans Frontières transfère ses activités de prise en charge de la tuberculose multirésistante au ministère de la Santé géorgien. Depuis, l’association travaille avec le ministère à l’introduction de nouveaux médicaments et à l’amélioration du suivi du patient pour le traitement de cette maladie.  

En 2015, Médecins Sans Frontière a poursuivi cette approche dans le cadre du programme EndTB. Ce partenariat entre Médecins Sans Frontières, Partners in Health (PIH) et Interactive Research and Development (IRD) vise à identifier des traitements plus courts, moins toxiques et plus efficaces contre la TB résistante (TB-R), à travers l’accès à de nouveaux médicaments, des essais cliniques et des actions de plaidoyer aux niveaux national et mondial.

Fin 2016, 180 patients avaient entamé un traitement à base des nouveaux antituberculeux, la bédaquiline et le délamanide, avec le soutien des équipes de Médecins Sans Frontières.

Des essais cliniques pour un meilleur traitement

Actuellement, le traitement de la TB-R et de la TB-MR est extrêmement contraignant. La principale difficulté de la prise en charge des cas de TB-MR est la durée et la toxicité du traitement lui-même, qui implique la prise de nombreux comprimés, jusqu’à 20 par jour, pendant deux ans et des mois d’injections quotidiennes douloureuses.

Perte d’audition permanente, dépression avec tendances suicidaires et psychose comptent parmi les effets secondaires du traitement, dont le taux de réussite n’est que de 50 % pour la tuberculose multirésistante et de 25 % pour la tuberculose ultrarésistante.

Un essai clinique visant à développer des traitements plus courts, sur 9 mois, sans injectables et moins toxiques a démarré en mars 2017. Il utilise la bédaquiline et le délamanide.