Syrie : Idlib pilonnée, des milliers de personnes déplacées

Un camp de personnes déplacées dans le nord-ouest de la Syrie.
Un camp de personnes déplacées dans le nord-ouest de la Syrie. ©MSF

Les bombardements dans le sud d'Idlib et le nord de Hama en Syrie ont poussé plus de 450 000 personnes à fuir vers la frontière turque au cours des trois derniers mois. Les équipes médicales soutenues par MSF ont fait face à plusieurs afflux massifs de blessés, victimes des combats et des bombardements.

En juillet, l’un des hôpitaux soutenus par MSF dans le gouvernorat d’Idlib a reçu plus de 35 personnes blessées par des frappes aériennes en seulement 48 heures. Un autre centre, également soutenu par MSF, a soigné 50 blessés au cours de la même semaine. 

L’offensive militaire sur le sud d’Idlib et le nord de Hama, lancée par le gouvernement syrien et ses alliés à la fin du mois d’avril, a entraîné la destruction de nombreuses infrastructures civiles - y compris les installations médicales, les écoles, les marchés et les camps de personnes déplacées. 

Des enfants et des femmes récemment déplacés par le conflit dans le nord-ouest de la Syrie viennent consulter les cliniques mobiles de MSF.
 © MSF
Des enfants et des femmes récemment déplacés par le conflit dans le nord-ouest de la Syrie viennent consulter les cliniques mobiles de MSF. © MSF

Des attentats à la bombe ont endommagé un hôpital soutenu par MSF, alors que d'autres ont dû interrompre partiellement leurs services plusieurs fois au cours des dernières semaines par peur d'être frappés. Le mois de juillet est le plus meurtrier depuis le début de l'année, avec des centaines de morts et de blessés. 

« Lorsque des avions survolent l’hôpital, certains patients et soignants quittent le bâtiment car ils ont peur des bombardements. Nous évacuons souvent l'hôpital, mais nous essayons dans la mesure du possible de garder la salle des urgences ouverte. Les hôpitaux de la région permettent de soigner des dizaines de milliers de personnes », explique le directeur d'un hôpital de la zone.

Distribution d'eau et de biens de première nécessité dans les camps du nord-ouest de la Syrie.
 © MSF
Distribution d'eau et de biens de première nécessité dans les camps du nord-ouest de la Syrie. © MSF

450 000 personnes ont fui les combats, s'ajoutant aux déplacements précédents de centaines de milliers de personnes dans le gouvernorat d'Idlib. La plupart des familles nouvellement déplacées se sont dirigées vers des zones déjà surpeuplées et vivent désormais sous des tentes ou dehors sans abri. 

Les équipes MSF leur ont distribué des biens de première nécessité et de l'eau potable. Elles ont également installé des latrines, dans les camps existants et dans les nouvelles zones d'installation de ces populations. 

« Nous sommes actuellement confrontés à des centaines de milliers de personnes déplacées qui ont besoin de nourriture, d’eau, de soins et qui vivent dans des conditions déplorables », a déclaré Lorena Bilbao, responsable des opérations MSF en Syrie. 

Distribution d'eau et de biens de première nécessité dans les camps du nord-ouest de la Syrie.
 © MSF
Distribution d'eau et de biens de première nécessité dans les camps du nord-ouest de la Syrie. © MSF

« Beaucoup de campements sont surpeuplés et les infrastructures sont inadéquates. Si les gens n'ont pas d'eau potable, nous pouvons nous attendre à davantage de patients souffrant de déshydratation et de diarrhée dans les prochaines semaines, avec un risque d’aggravation de la situation, déjà critique », conclut la responsable. 

MSF a renforcé ses activités via des cliniques mobiles et augmenté son soutien aux établissements médicaux, en faisant notamment don de médicaments, de kits de premiers secours et de kits chirurgicaux. 
 

À lire aussi