URGENCE GAZA

Soudan du Sud : les réfugiés soudanais confrontés au paludisme et à la malnutrition

Vue d'un site de réfugiés à Renk. Soudan du Sud.
Vue d'un site de réfugiés à Renk. Soudan du Sud. © Nasir Ghafoor/MSF

Depuis le début des combats au Soudan, environ 290 000 personnes sont arrivées au Soudan du Sud. Dans le centre de transit de Renk, une ville de l’État du Nil supérieur, les équipes MSF observent des conditions de vie très précaires et le développement de maladies comme le paludisme, la rougeole, et la malnutrition parmi les réfugiés et notamment chez les enfants.

Les personnes arrivant à Renk depuis le Soudan passent parfois plusieurs semaines dans le centre de transit de la ville, et doivent faire face à des conditions de vie déplorables. « Les enfants malnutris, en particulier, doivent recevoir d'urgence une aide nutritionnelle à la frontière et être immédiatement transférés vers les établissements médicaux, explique Jocelyn Yapi, chef de mission MSF au Soudan du Sud. Des biens essentiels tels que les moustiquaires, les bâches en plastique et d'autres articles non alimentaires basiques devraient être fournis à la frontière afin que personne ne soit oublié. »

Les équipes MSF gèrent le service d'isolement de la rougeole, un centre de nutrition thérapeutique et un service de pédiatrie à l’hôpital de Renk. Face à l'afflux de patients, elles ont doublé le nombre de lits d’hôpital, passant de 22 à 45. Depuis juillet, MSF a admis 232 patients pour malnutrition et traité 282 cas de rougeole nécessitant des soins hospitaliers. 

« L’aide à Renk est malheureusement insuffisante par rapport aux besoins qui augmentent chaque jour. Nous appelons les groupes humanitaires et médicaux à faire davantage en renforçant les activités médicales et humanitaires aux points d'entrée dans le pays et dans les centres de transit, poursuit Jocelyn Yapi. Un rattrapage vaccinal devrait également être disponible de manière systématique à la frontière étant donné l'épidémie de rougeole en cours au Soudan et au Soudan du Sud. »


Les réfugiés reçoivent une aide unique en espèces, à hauteur de 12 dollars américains (USD) par personne, mais ils ont à peine de quoi manger pendant une semaine, compte tenu de la flambée des prix dans la ville. De plus, il n'y a pas de distribution régulière de nourriture par les organisations humanitaires ou les autorités de la région. « Je vends mes vêtements 2 000 livres sud-soudanaises (2 dollars) pièce pour acheter de la nourriture. J'en ai déjà vendu six », explique Marta Manher, mère de six enfants.

Le manque de nourriture et les conditions de vie déplorables détériorent l’état de santé des populations. Sur deux des sites informels où les équipes MSF travaillent à l’aide de cliniques mobiles, elles reçoivent jusqu’à 300 personnes par jour en consultation, dont près de 70 % sont positives au paludisme. Dans cette zone, les eaux stagnantes constituent des lieux de reproduction parfaits pour les moustiques et les habitants ne disposent pas de moustiquaires ni d’autres moyens de protection.

À lire aussi