URGENCE GAZA

Rouvrir une clinique dans la ville de Gaza :
« Nous avons vécu les jours les plus difficiles de notre vie »

Regarder la vidéo

Fonds Régional Urgence Gaza

Chapo

Grâce à vous, nos équipes peuvent continuer d'agir pour sauver des vies dans la région de Gaza.

je donne au Fonds Régional d'Urgence Gaza

Soudan : à Khartoum, maintenir des soins vitaux pour les enfants et les femmes enceintes

 
      © MSF/Dalila Mahdawi

MSF soutient l'hôpital turc de Khartoum depuis la mi-mai 2023, tandis que le conflit armé qui touche le Soudan entre dans son cinquième mois. Malgré l’insécurité qui règne dans la capitale soudanaise et les difficultés d’obtention de visas, les équipes sur place ont réussi à maintenir leurs activités. L’hôpital reçoit chaque jour une centaine de patients, dont une quarantaine en moyenne dans le service des urgences. Le Dr Mego Terzian, chef de mission MSF de retour du Soudan, fait le point sur la situation.

Au cours des dernières semaines, la majorité de nos patients étaient des enfants et des femmes enceintes, et même si notre objectif principal, lorsque les combats s'intensifient, est de soigner les blessés de guerre, l'hôpital turc est en fait le seul hôpital de la région disponible pour fournir des soins spécialisés en santé maternelle et pédiatrique. MSF fournit également des soins maternels dans le nord-est de Khartoum et à Omdurman, mais dans le sud de Khartoum, l'hôpital turc est le seul à disposer d'un service de pédiatrie et de maternité fonctionnel.

Nous sommes basés dans le quartier d'Al Kalakla, mais nous avons beaucoup de patients venant d'autres régions – des quartiers de Mayo, Jabra et Abu Adam, et beaucoup traversent les lignes de front pour nous rejoindre. Il y a deux semaines, certains des combats les plus violents depuis le début du conflit ont commencé, avec des frappes aériennes et des bombardements d'artillerie lourde autour d’une base militaire, située à environ cinq kilomètres au sud-est de l'endroit où nous nous trouvons.

« Certains patients m'ont raconté qu'ils avaient marché 15 kilomètres et traversé des lignes de front pour nous rejoindre. »

Au cours des quatre derniers mois, au moins 17 offensives majeures ont été organisées pour tenter de prendre le contrôle de cette base et nous avons fait face à plusieurs reprises à des arrivées massives de victimes. Quand les combats augmentent dans la capitale, jusqu’à 20 % des patients reçus peuvent être des blessés de guerre. La situation est donc très dangereuse pour ceux qui habitent à proximité : la vie est très dure, y compris à l'hôpital, mais tous les membres de l'équipe sont conscients que notre présence est cruciale pour la santé de la population.

L’accès aux soins de santé reste le plus grand défi

L’insécurité est extrême, les transports sont quasi nuls et il est très difficile pour les patients de se rendre à l’hôpital. Il n'y a pas d'ambulances. Tous les véhicules qui sortent sont réquisitionnés par le personnel armé qui contrôle les rues. Même des véhicules appartenant à MSF ont été volés. Nous avons été confrontés à plusieurs problèmes de sécurité au cours des derniers mois.

Actuellement, à l'hôpital turc, MSF ne dispose que d'un seul véhicule de location avec un chauffeur, une personne très courageuse, capable d'apporter des médicaments ainsi que de la nourriture et de l'eau à nos patients et à notre personnel. Toutefois, ce n’est pas une tâche facile. Il y a plusieurs points de contrôle sur les routes, et à chacun d'entre eux, nous devons expliquer notre présence, le type d'assistance que nous fournissons et pourquoi il est crucial que nous puissions poursuivre la chaîne d'approvisionnement jusqu'à l'hôpital. Comme il n’y a pas d’ambulances, les patients doivent trouver leur propre chemin pour se rendre à l’établissement et très peu d’options s’offrent à eux. Avant la guerre, Khartoum était une ville bien organisée, dotée d’un système d’ambulances fonctionnel et de nombreuses personnes possédaient leur propre véhicule.

Mais aujourd'hui, ils ont été obligés de s'adapter à la réalité. Leurs véhicules ont été volés, ou même s'ils les ont encore, ils craignent de les utiliser pour se rendre à l'hôpital, car ils savent qu'ils leur seront volés en chemin. Les seuls véhicules pouvant circuler librement sont ceux utilisés par les combattants. Une autre raison pour laquelle on ne voit pas beaucoup de véhicules en ville est que très peu d'entre eux ont du carburant. Il y a une pénurie de carburant dans toute la ville. On voit des dizaines et des dizaines de véhicules qui ont été abandonnés au bord des routes parce qu'ils sont tombés en panne d'essence. Les gens ont donc recommencé à utiliser des charrettes en bois tirées par des ânes, ou ils viennent simplement à pied. Certains patients m'ont raconté qu'ils avaient marché 15 kilomètres et traversé des lignes de front pour nous rejoindre.

La santé maternelle et l’effondrement du système de santé de Khartoum

Il y a en moyenne huit accouchements et trois césariennes par jour dans notre maternité. La plupart des femmes qui viennent ici sont encore en bonne santé, mais certaines souffrent d'anémie et le manque de sang constitue un défi lorsqu'il s'agit de pratiquer une césarienne. Le sang doit être stocké à une température très spécifique, et maintenir cette température constitue un défi majeur en raison des pénuries persistantes de carburant et d’électricité dans la ville. Cela devient de plus en plus un défi, car les autorisations de voyage ne sont plus délivrées régulièrement, ce qui empêche nos équipes de pouvoir entrer à Khartoum pour réapprovisionner l'hôpital.

Au début du conflit, d’énormes efforts ont été déployés pour connecter les femmes aux sages-femmes afin qu’elles puissent continuer à recevoir des soins de santé pendant la grossesse et l’accouchement malgré les combats. Des groupes WhatsApp ont été créés et ils ont constitué une bouée de sauvetage pour de nombreuses femmes. Malheureusement, ce type de soutien n’a pas vraiment pu perdurer étant donné l’augmentation du niveau de violence. De nombreux agents de santé ont quitté la ville en raison de l'intensité des combats, ce qui signifie que des initiatives telles que les groupes WhatsApp destinés à donner des conseils aux femmes enceintes ont malheureusement été abandonnées. En raison des circonstances de la guerre et du manque de personnel, des activités telles que les soins prénatals, les vaccinations et les soins de suivi des femmes et des enfants après l'accouchement ne sont pas disponibles dans le sud de Khartoum depuis le début du conflit.

« Nous recevons un nombre inquiétant d'enfants souffrant de malnutrition sévère. »

Le système de santé s'est presque complètement effondré à Khartoum et il n'y a aucune activité de soins de santé primaires, à l'exception d'un centre de santé qui a rouvert ses portes dans notre quartier et d'un groupe de volontaires soudanais qui tentent de fournir des services de santé dans une mosquée voisine. Nous espérons qu'au centre de santé, des soins prénatals et postnatals ainsi que des activités de vaccination seront organisées. Mais pour l’instant, ce type d’activités est quasiment inexistant et nous ne sommes actuellement en mesure de fournir que les formes de soins de santé les plus urgentes : accouchements, césariennes d’urgence et soins intensifs pour les enfants très malades.

La rougeole, le paludisme, la méningite et le choléra se profilent à l'horizon

En raison du manque de vaccination, nous craignons une épidémie de rougeole ou de méningite dans les semaines à venir. Le choléra constitue également un risque bien réel en raison du manque d’eau potable et des faibles capacités d’assainissement. Heureusement, d'une certaine manière, il n'y a pas d'énormes concentrations de personnes à Khartoum comme avant la guerre, ce qui peut réduire un peu le risque, mais la réalité est qu'il n'y a pas d'activités de vaccination, qu'il n'y a pas d'eau potable disponible et il y a un manque d’assainissement et d’hygiène.

Nous avons actuellement en moyenne 15 à 20 enfants hospitalisés dans le service de pédiatrie, avec deux à trois nouvelles admissions chaque jour. L’équipe qui travaillait à l’hôpital turc avant la guerre a constaté une augmentation du nombre d’enfants souffrant de diarrhée et de déshydratation, ce qui n’était pas un problème courant avant la guerre, mais cela est dû à la mauvaise qualité de l’eau. De plus, malgré le temps chaud, un nombre important d’enfants souffrent de pneumonie, et les causes en sont probablement le manque de vaccinations ainsi que conditions de vie précaires. Avec l’arrivée de la saison des pluies, on peut également s’attendre à une épidémie de paludisme dans les semaines à venir.

« Nous sommes l'une des rares structures de santé à prendre en charge les patients atteints de maladies chroniques. »

Nous recevons un nombre inquiétant d'enfants souffrant de malnutrition sévère. Certains enfants souffrent de malnutrition à cause du manque de nourriture. D’autres enfants souffrent de malnutrition parce qu’ils contractent d’autres maladies et deviennent ensuite malnutris. Lorsqu’ils souffrent de malnutrition associée à d’autres maladies comme le paludisme, la diarrhée avec déshydratation et les infections respiratoires aiguës comme la pneumonie, leur état peut devenir critique. Nous avons déjà quelques cas de paludisme grave et parmi les nouveau-nés, un nombre important de personnes souffrent de septicémie. Même si nous disposons actuellement d’un nombre suffisant de lits pour traiter nos patients, lorsque la saison du paludisme commencera – et si le nombre d’enfants nécessitant un traitement pour malnutrition sévère augmente – nous n’en aurons pas assez. De plus, il n’existe actuellement aucun espace pour isoler où traiter les enfants atteints de rougeole. Nous prévoyons donc de nombreux problèmes et pour lesquels nous essayons de trouver des solutions.

Maladies chroniques et prochaines étapes

Nous sommes l'une des rares structures de santé à prendre en charge les patients atteints de maladies chroniques telles que le diabète, l'asthme et les maladies cardiovasculaires. Nous recevons de nombreux patients plus âgés, présentant notamment des complications. Par exemple, nous voyons parfois des patients diabétiques plus âgés qui arrivent dans le coma parce qu’ils n’ont pas pu obtenir d’insuline à cause de la guerre. Parce qu’ils n’ont pas accès aux soins en ville, ils tombent très malades et arrivent chez nous dans un très mauvais état.

Ce qui est positif, c'est qu'à Khartoum, le taux de mortalité à l'hôpital est inférieur à 2 %, ce qui est une grande réussite pour l'équipe médicale et logistique compte tenu des conditions dans lesquelles elles travaillent. Malgré les problèmes auxquels nous sommes sont confrontés au quotidien – manque d'électricité, d'eau et d'oxygène, et parfois manque de médicaments spécifiques pour l'anesthésie et les transfusions sanguines – nous avons réussi à maintenir l'équipe sur place et à continuer à y travailler.

À lire aussi