Séisme en Haïti : les équipes MSF mobilisées pour soigner les blessés et distribuer de l’aide

Des gens fouillent les décombres de l'hôtel Manguier après le tremblement de terre du 14 août 2021 aux Cayes, dans le sud-ouest d'Haïti.
Des gens fouillent les décombres de l'hôtel Manguier après le tremblement de terre du 14 août 2021 aux Cayes, dans le sud-ouest d'Haïti. © STANLEY LOUIS/AFP

[Mise à jour du 24 août] Suite au séisme qui a eu lieu le 14 août dans le sud-ouest du pays, plusieurs équipes MSF sont déployées dans les régions les plus touchées pour assurer des soins médicaux et chirurgicaux aux blessés, et assister les déplacés et les personnes ayant perdu leur maison. A Port-au-Prince, MSF prend en charge des patients blessés dans son centre de traitement de Turgeau et à l'hôpital de Tabarre.

Situation le 24 août

Selon un nouveau bilan du Bureau de la protection civile d'Haïti, plus de 2 000 victimes sont à déplorer à la suite de ce séisme selon le , et que plus de 12 000 personnes ont été blessées. Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires estime que 650 000 personnes ont besoin d’assistance humanitaire. Selon la même source, près de 53 000 maisons ont été détruites, et plus de 77 000 ont été endommagées dans les 3 provinces les plus touchées (Sud, Grand'Anse et les Nippes). 36 centres de santé ont été détruits ou endommagés dans ces provinces.

Les activités de MSF dans le sud-ouest

Dans le département de Grand’Anse, le 20 août, l'équipe chirurgicale de MSF à Jérémie a traité 54 patients pour des blessures subies lors du séisme. Trente-six de ces patients ont été opérés, tandis que d'autres ont reçu des plâtres ou des attelles.  

Aux Cailles, un garçon est soigné à l'extérieur de l'hôpital général, après le tremblement de terre du 14 août 2021.
Aux Cailles, un garçon est soigné à l'extérieur de l'hôpital général, après le tremblement de terre du 14 août 2021. © Richard Pierrin/Getty Images/AFP

MSF a aussi commencé des activités chirurgicales à l'Hôpital Général des Cayes ( appelé aussi l'Hôpital Immaculée Conception ou HIC). MSF gère une clinique mobile, distribue des biens de première nécessité et mène des activités d'approvisionnement en eau et d'assainissement à destination de 1 600 familles déplacées par le séisme. Nos équipes ont fait don de tentes et de matériel médical à différents hôpitaux des Cayes pour assurer la poursuite des activités médicales.

Depuis lundi 23 août, MSF fournit également des consultations médicales dans des villages plus éloignés, notamment à Maniche, Camp Perrin et Cavaillon, parmi les plus touchés par le séisme et où l’aide peine à parvenir. 

Les équipes ont fait des dons de matériel médical à trois centres de santé (Les Anglais, Chardonnières et Rende), pour faciliter la stabilisation et le transfert des patients vers les hôpitaux des villes les plus proches.

Dans le département des Nippes, les équipes MSF apportent leur soutien à différents hôpitaux et centres de santé - comme à Baradères, Bonne Fin et L’Asile -, par un soutien logistique (abris pour les patients, accès à l’eau potable) ou médical (donations de matériel et médicaments). Lundi 23, une équipe MSF a commencé les évaluations de 20 centres de santé endommagés dans le département. 

Carte d'Haïti, avec l'épicentre du tremblement de terre du 14 août 2021.
Carte d'Haïti, avec l'épicentre du tremblement de terre du 14 août 2021.

Prise en charge des blessés à Port-au-Prince

A Port-au-Prince, le personnel de l'hôpital MSF de Tabarre a traité environ 60 patients blessés lors du tremblement de terre, dont 40 ont été hospitalisés et 20 ont été soignés et/ou transférés dans d’autres hôpitaux. Après le tremblement de terre, l'hôpital a élargi ses critères d'admission et a augmenté sa capacité d'accueil de 50 à 69 lits pour les patients victimes de traumatismes, en plus de ses 20 lits dédiés aux personnes victimes de brûlures.

A Turgeau, depuis l’ouverture accélérée du Centre de Diagnostic et de Traitement Intégré (CDTI), 133 victimes du tremblement de terre et 152 autres patients ont été pris en charge. 82 patients ont été référés vers d'autres hôpitaux pour des traitements supplémentaires.

Le week-end du 20 août, un avion spécialement affrété par MSF et contenant 100 tonnes de matériel pour la stabilisation des blessés, les premiers soins, mais aussi la vaccination et la collecte de sang ou encore l'approvisionnement en eau et son assainissement a atterri en Haïti depuis Bruxelles. 

Les équipes de MSF à Bruxelles préparent environ 80 tonnes de matériel à envoyer en Haïti.
Les équipes de MSF à Bruxelles préparent environ 80 tonnes de matériel à envoyer en Haïti. © MSF

Situation le 18 août

La Direction Générale de la Protection Civile (DGPC) indique que 137 000 familles ont été affectées dans les départements de Grand'Anse, des Nippes et du Sud. Selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies, environ 500 000 personnes, soit 40 % de la population totale des départements touchés, ont besoin d'une aide humanitaire d'urgence.

Le bilan provisoire s'élève désormais à près de 2 000 morts, selon le Bureau de la protection civile d'Haïti, et plus de 9 900 personnes ont été blessées. Ces chiffres ne sont que provisoires et devraient évoluer dans les jours à venir, car de nombreuses municipalités des zones touchées restent isolées du reste du pays, et les glissements de terrain ainsi que les inondations provoqués par les récentes tempêtes ont causé des dommages supplémentaires et compliqué les efforts de recherche.

Près de 61 000 maisons ont été détruites, et plus de 76 000 maisons ont été endommagées dans les 3 provinces les plus touchées (Sud, Grand'Anse et les Nippes) selon l'Office de la protection civile d'Haïti, laissant des milliers de personnes sans abri. De nombreux bâtiments publics (hôpitaux, écoles, hôtels, églises, entreprises privées, etc.) ont été endommagés ou se sont effondrés.

Selon les premières évaluations, 24 établissements de santé ont été endommagés ou détruits par le séisme (OCHA). De nombreux hôpitaux ont dû évacuer leurs patients, et les établissements qui continuent de fonctionner sont débordés et manquent d'équipements médicaux et de médicaments.

Les activités MSF

Dans le département des Nippes, en plus du soutien apporté à l’hôpital Sainte-Thérèse de Miragôane, MSF s’est rendue au centre de santé de Petit Trou, où l'équipe a constaté des dégâts, notamment au niveau du système d'eau. MSF a fait des dons au centre de santé et le transport de l'eau par camion est en cours d'organisation.

Le 17 août, l'équipe s'est déplacée vers un troisième site, Baradères, dans les Nippes, pour évaluer la situation. Presque toutes les routes menant à la ville sont coupées, ce qui rend difficile l'acheminement de l'aide. De nombreuses familles dorment dehors près de leurs maisons démolies. Quelques familles cherchaient également à construire des structures en bois. L'hôpital de Baradères a accueilli une soixantaine de patients au cours des dernières 48 heures et une quinzaine d'entre eux ont été transférés à Sainte-Thérèse à Miragoâne pour des soins supplémentaires. L'équipe MSF a fait don de matériel médical et tente de trouver des possibilités d'accès aux zones coupées de toute aide en raison des glissements de terrain qui bloquent les routes.

Dans le département de Grand’Anse, une équipe médicale a commencé à travailler à l'hôpital Saint-Antoine, et a réalisé 10 opérations chirurgicales au cours des deux derniers jours. Une équipe MSF a également évalué les besoins dans les communes durement touchées de Corail et Pestel, qui est détruite à 80 %, selon les autorités locales.

Des patients blessés provenant des zones touchées sont venus se faire soigner à Port-au-Prince. MSF prend notamment en charge des blessés à l’hôpital de Tabarre. Au 18 août, environ 20 patients blessés dans le tremblement de terre étaient traités à l'hôpital.

Des équipes d'urgence composées de personnel international, dont des coordinateurs d'urgence, du personnel médical (dont des chirurgiens spécialisés en traumatologie) et des logisticiens spécialisés en eau, hygiène et assainissement sont arrivés dans le pays.

MSF continuera à renforcer ses activités dans les prochains jours. 

Les équipes de MSF à Bruxelles préparent environ 80 tonnes de matériel qui seront envoyées en Haïti par avion ce week-end. La cargaison comprend le matériel pour mettre en place des structures médicales d'urgence et des bureaux, des matériaux pour installer des systèmes d'approvisionnement en eau potable d'urgence pour au moins 30 000 personnes et des fournitures médicales pour prendre en charge 30 000 patients, y compris des articles pour la stabilisation, les premiers soins, la vaccination et la collecte de sang.

Le bilan provisoire des victimes s’élèverait à plus de 1300 morts, et 5700 blessés selon les autorités haïtiennes. Il est pour l’heure difficile d’avoir une cartographie précise de la catastrophe. 

Les équipes MSF ont commencé des interventions dans les villes de Port-Salut, Les Cayes et Jérémie. Elles mènent actuellement des évaluations dans les localités de Baradères, Petit Trou, Les Anglais, Corail et Pestel. 

« Notre priorité actuelle est avant tout d’avoir une idée précise de la situation médicale, de prendre en charge directement les blessés lorsque nous le pouvons, ou de les référer vers des structures médicales fonctionnelles après les avoir stabilisés », précise Alessandra Giudiceandrea, cheffe de mission pour MSF en Haiti.

MSF s’apprête à renforcer ses activités dans les prochains jours, en envoyant du matériel médical, des biens de première nécessité et des ressources humaines médicales, notamment des équipes chirurgicales, à même de pouvoir prendre en charge les blessés. En fonction de la réalité du terrain, MSF pourrait débuter des distributions de biens de première nécessité et des activités liées à l’accès à l’eau et son assainissement.

Le transport des équipes et du matériel médical est l’un des principaux défis actuels. MSF va louer un hélicoptère pour accéder plus rapidement aux zones isolées, acheminer du matériel et référer les potentiels blessés. Les voies maritimes sont également une option envisagée.

Autre motif d’inquiétude, une tempête tropicale, nommée Grace, devrait toucher la zone du séisme dans la nuit du lundi 16 au mardi 17 août. « Plusieurs établissements de santé ont évacué leurs patients à l’extérieur des bâtiments parce qu’ils sont endommagés ou par peur de répliques sismiques, comme à l’hôpital St-Antoine de la ville de Jérémie, où nous intervenons. De nombreux patients sont dehors ou sous des tentes, et maintenant, de fortes pluies sont prévues cette nuit. Sans même parler de tous les haïtiens qui ont perdu leurs maisons », raconte Michel-Olivier Lacharité, Responsable des urgences à MSF.

Enfin, la situation sécuritaire représente également une contrainte. La principale route allant dans le sud-ouest d’Haïti passe par Martissant, un quartier de Port-au-Prince particulièrement affecté par la violence des groupes armés. Même si les gangs armés y ont déclaré un cessez-le-feu, l’insécurité générale en Haïti complique le déploiement des secours. Même avant le séisme, les établissements de santé des départements de la péninsule sud d’Haïti connaissaient de nombreux dysfonctionnements et problèmes d’approvisionnement.

A Port-au-Prince, le séisme n’a heureusement pas endommagé d’infrastructures ni de bâtiments. Nos équipes, présentes depuis plusieurs années à l’hôpital de Tabarre, ont reçu 12 blessés en provenance de la zone du tremblement de terre. Dans le quartier de Turgeau, MSF a accéléré l’ouverture de ses activités au Centre de Diagnostic et de Traitement Intégré (CDTI), communément appelé hôpital Sacré-Cœur, afin de pouvoir y stabiliser des blessés et les référer. En une journée, 25 patients blessés ont été reçus. Une campagne de collecte de sang a par ailleurs été lancée pour faire face à de potentielles pénuries.

Situation le 15 août

Les équipes MSF sont présentes dans différentes localités dans le Sud du pays. MSF a également envoyé du matériel d'urgence (kits de premiers secours, tentes pour les cliniques d'urgence, matériel de transfusion sanguine et de plâtrage, et médicaments) de Port-au-Prince.

L’état des routes complique l’évaluation des besoins et l’acheminement des blessés : certaines voies d’accès, comme la route entre Les Cayes et Jérémie, sont sérieusement endommagées. Le passage d’une tempête tropicale prévu à partir de lundi 16 risque également de compliquer les déplacements par hélicoptère.

Une équipe médicale, composée notamment de deux chirurgiens et d’une infirmière de bloc, a pu se rendre à Jérémie, et a commencé à travailler à l’hôpital St Antoine. Du matériel médical, notamment pour la stérilisation, a également pu être acheminé. 

Aux Cayes, une équipe MSF apporte un soutien en matériel médical et en ressources humaines à l'hôpital général.

A Port-Salut, une équipe MSF a reçu au moins 16 patients souffrant de blessures et de fractures. La stabilisation des blessés, les soins chirurgicaux et le suivi des soins sont assurés par MSF et ses partenaires.  

MSF a conduit une évaluation dans la localité plus éloignée de Les Anglais et a référé des patients à Port-a-Piment et dans d'autres régions.

A Nippes, une équipe MSF a visité l'hôpital Sainte-Thérèse de Miragane, qui a reçu 59 blessés. Constatant une pénurie d'équipements médicaux, MSF a apporté un soutien matériel à l’hôpital ; un chirurgien et une infirmière viendront également apporter leur soutien. L'équipe évalue actuellement la situation à Baradères et Petit Trou à Nippes, qui auraient été gravement touchés.

A Port-au-Prince, MSF a commencé à fournir des soins de stabilisation aux patients blessés dans un nouveau centre d'urgence dans le quartier de Turgeau.

Situation le 14 août

Suite au séisme qui a eu lieu le 14 août dans le sud-ouest du pays, plusieurs équipes MSF tentent à l'heure actuelle d'atteindre les régions les plus touchées pour évaluer la situation et la façon dont MSF peut soutenir la réponse locale. A Port-au-Prince, MSF se tient prête également à accueillir des patients blessés à l'hôpital de Tabarre.

Le séisme a provoqué des dégâts considérables même à Port-à-Piment, dans le sud du pays, pourtant relativement loin de l'épicentre, où nos équipes mènent un projet de santé reproductive. MSF va participer à la prise en charge des patients souffrant de blessures graves dans les établissements de santé locaux.

A Port-au-Prince, l'hôpital MSF de Tabarre est prêt à traiter les patients gravement blessés – 6 personnes ont déjà été transférées vers l'hôpital depuis le Sud - et nous allons soutenir les efforts de collecte de sang dans le quartier de Turgeau.

À lire aussi