Explosion à Brazzaville : MSF apporte son soutien aux hôpitaux pour soigner les blessés

MSF supporte les hôpitaux de Brazzaville
MSF supporte les hôpitaux de Brazzaville ©Alain Fredaigue/MSF

Dimanche 4 mars 2012 au matin, plusieurs explosions ont provoqué d’importants dégâts matériels et humains à Brazzaville, entrainant plusieurs dizaines de morts et des centaines de blessés. Une équipe MSF a prêté main-forte aux équipes soignantes du CHU et fait don de matériel médical aux deux hôpitaux publics encore fonctionnels.

Vers 8h30, dimanche, trois explosions successives de forte intensité du dépôt de munitions d’un camp militaire, situé dans le quartier de M’Pila, au nord-est de la ville, ont provoqué d’importants dégâts humains et matériels et ont créé la panique au sein de la population. De source officielle, un court-circuit électrique serait à l’origine de l’incendie ayant atteint le dépôt de munitions.

« Les explosions ont été entendues durant toute la journée et dans toute la ville, explique le Dr Yann Diplo, chef de mission MSF basé à Brazzaville. Plusieurs quartiers ont été touchés : celui de M’pila où se trouve le camp militaire mais aussi ceux de Talangai, Ouenzé ainsi que le centre ville. »

L’équipe de coordination présente à Brazzaville, composée de deux médecins, s’est rendue au Centre Hospitalier Universitaire (CHU) de Brazzaville et à l’hôpital de Makélékélé, une heure après la dernière explosion, afin d’évaluer les besoins et porter assistance aux blessés.

« Nous avons pu constater un afflux important de blessés au CHU, essentiellement des polytraumatisés. Nous nous sommes associés aux équipes soignantes pour l’organisation et la  prise en charge des blessés. Une liste des besoins urgents a été établie et nous avons effectué une donation de la plupart du matériel médical demandé. »

Au cours des 24 heures suivant l’accident, le nombre de victimes reçues au CHU de Brazzaville était de 225 blessés. 15 décès étaient à déplorer. A la même heure, le deuxième hôpital public de Makélékélé avaient reçu 50 blessés et enregistrait 5 décès. Pour augmenter les capacités de prise en charge des deux hôpitaux, l’équipe logistique MSF a monté deux tentes à côté du service des urgences.

« Lundi, nous avons effectué une visite d’évaluation à l’hôpital de Talangai. Cet hôpital n’est plus fonctionnel vu les dégâts provoqués par les explosions. Tous les pavillons sont touchés. Lors de notre visite, il n’y avait plus de patients, ils auraient été transférés dans les autres structures hospitalières. Nous sommes aussi allés voir l’hôpital militaire », poursuit Yann Diplo.

MSF prévoit une autre donation de kits chirurgicaux notamment aux blocs opératoires du CHU de Brazzaville et à l’hôpital de Makélékélé.

À lire aussi