Donner naissance à Kaboul

La jaunisse est une complication qui peut affecter les nouveau nés mais peut être traitée par l'exposition aux Ultraviolet (UV) sous une lampe de photothérapie.
La jaunisse est une complication qui peut affecter les nouveau-nés, mais peut être traitée par l'exposition aux Ultraviolet (UV) sous une lampe de photothérapie. ©Kate Stegeman

Depuis novembre 2014, MSF dirige un service de maternité spécialisé dans l’obstétrique d’urgence, les soins néonataux et accouchements difficiles dans l’hôpital public du district Dasht-e-Barchi. L’hôpital sert une population de plus de 1,3 millions de personnes dans l’ouest de Kaboul.

Lorsque le projet a été ouvert, MSF estimait voir environ 600 accouchements par mois, soit 20 par jour en moyenne, mais à la fin de l’année 2015 le nombre d’accouchements a augmenté à environ 40 accouchements par jour. De plus, à la fin de l’année les admissions s’élevaient à 300 patientes par semaine.

Pendant la première année de son activité, les médecins ont mené à bien 10 727 accouchements, 28% d’entre eux étaient des cas compliqués. En 2015, 558 césariennes ont été effectuées au bloc opératoire. 

La jaunisse est une complication qui peut affecter les nouveau-nés, mais peut être traitée par l'exposition aux Ultraviolet (UV) sous une lampe de photothérapie.

Fonctionnant à capacité maximale, 1 303 bébés ont été admis dans l’unité des nourrissons en 2015, restant en moyenne 8 jours en raison de complications telles qu'un faible taux de sucre dans le sang et des problèmes respiratoires. Avec 32 mères admises en moyenne chaque semaine en observation au service d’hospitalisation, le taux d’occupation des lits a atteint 146% en décembre 2015.

Dasht-e-Barchi, unité de soins maternels « kangourou ». Cette technique a fait ses preuves : elle est bénéfique pour les nouveaux nés prématurés ou en insuffisance pondérale. Le bébé est placé en contact prolongé avec la peau de sa mère, ce qui aide à la fois à sa croissance, à son développement, à son alimentation, ainsi qu'à réduire les infections.

Une mère de 8 enfants, avec son nouveau-né malade dans l'unité de néonatologie de la maternité MSF à Dasht-e-Barchi. Ses 7 premiers enfants sont tous nés à domicile. Maintenant que MSF offre des soins maternels et infantiles gratuits, elle a préféré venir à l'hôpital.

Une promotrice de santé MSF enseigne la contraception aux jeunes mères dans le service de maternité de Dasht-e-Barchi.

La pédiatre australienne Nikola Morton effectue une visite à domicile pour contrôler le poids de jumeaux en insuffisance pondérale : Zohal et Pjate Hosine, à Dasht-e-Barchi.

Plus d'information sur ce programme et son contexte

1 / 9

Depuis novembre 2014, MSF dirige un service de maternité spécialisé dans l’obstétrique d’urgence, les soins néonataux et accouchements difficiles dans l’hôpital public du district Dasht-e-Barchi. L’hôpital sert une population de plus de 1,3 millions de personnes dans l’ouest de Kaboul.

Lorsque le projet a été ouvert, MSF estimait voir environ 600 accouchements par mois, soit 20 par jour en moyenne, mais à la fin de l’année 2015 le nombre d’accouchements a augmenté à environ 40 accouchements par jour. De plus, à la fin de l’année les admissions s’élevaient à 300 patientes par semaine.

Pendant la première année de son activité, les médecins ont mené à bien 10 727 accouchements, 28% d’entre eux étaient des cas compliqués. En 2015, 558 césariennes ont été effectuées au bloc opératoire. 

La jaunisse est une complication qui peut affecter les nouveau-nés, mais peut être traitée par l'exposition aux Ultraviolet (UV) sous une lampe de photothérapie.

Fonctionnant à capacité maximale, 1 303 bébés ont été admis dans l’unité des nourrissons en 2015, restant en moyenne 8 jours en raison de complications telles qu'un faible taux de sucre dans le sang et des problèmes respiratoires. Avec 32 mères admises en moyenne chaque semaine en observation au service d’hospitalisation, le taux d’occupation des lits a atteint 146% en décembre 2015.

Dasht-e-Barchi, unité de soins maternels « kangourou ». Cette technique a fait ses preuves : elle est bénéfique pour les nouveaux nés prématurés ou en insuffisance pondérale. Le bébé est placé en contact prolongé avec la peau de sa mère, ce qui aide à la fois à sa croissance, à son développement, à son alimentation, ainsi qu'à réduire les infections.

Une mère de 8 enfants, avec son nouveau-né malade dans l'unité de néonatologie de la maternité MSF à Dasht-e-Barchi. Ses 7 premiers enfants sont tous nés à domicile. Maintenant que MSF offre des soins maternels et infantiles gratuits, elle a préféré venir à l'hôpital.

Une promotrice de santé MSF enseigne la contraception aux jeunes mères dans le service de maternité de Dasht-e-Barchi.

La pédiatre australienne Nikola Morton effectue une visite à domicile pour contrôler le poids de jumeaux en insuffisance pondérale : Zohal et Pjate Hosine, à Dasht-e-Barchi.

Plus d'information sur ce programme et son contexte

1 / 9

À lire aussi