URGENCE GAZA

Rouvrir une clinique dans la ville de Gaza :
« Nous avons vécu les jours les plus difficiles de notre vie »

Regarder la vidéo

Fonds Régional Urgence Gaza

Chapo

Grâce à vous, nos équipes peuvent continuer d'agir pour sauver des vies dans la région de Gaza.

je donne au Fonds Régional d'Urgence Gaza

Aggravation de la malnutrition dans le camp de Mazlakh (Hérat).

Une enquête nutritionnelle menée par Médecins Sans Frontières dans le camp de Mazlakh, près de la ville d'Herat, à l'Ouest de l'Afghanistan, fait apparaître une inquiétante aggravation de la malnutrition.

L'enquête effectuée auprès de 1.869 enfants de moins de cinq ans, révèle un taux de malnutrition globale de 26,4 %, et un taux de malnutrition sévère de 6, 6 %. «On se trouve devant une situation absurde, déplore Stefano Savi, chef de la mission MSF à Herat : plus les gens restent dans ce camp, plus leur statut nutritionnel se détériore. Outre les risques qu'encourent ceux atteints de malnutrition sévère, la malnutrition « modérée » fragilise la santé de ceux qui en souffrent, et les expose aux maladies».

Ces taux, supérieurs aux seuils d'alerte généralement admis, sont également supérieurs aux chiffres de malnutrition globale enregistrés parmi les nouveaux arrivants : moins de 10%.

Cette dégradation nutritionnelle n'est pourtant pas due à un déficit d'approvisionnement en vivres ou d'assistance : en effet, le Programme Alimentaire Mondial (PAM) distribue des vivres pour 300.000 personnes, alors que le camp de Mazlakh accueille environ 160.000 personnes. De même, les centres de nutrition thérapeutique de MSF, prévus pour accueillir 200 enfants sévèrement malnutris n'en comptent à ce jour que 80.

La malnutrition est due aux problèmes d'accès à la nourriture et, plus généralement, au fonctionnement de l'aide humanitaire, dans un contexte où se multiplient les délits, la corruption et les discriminations ethniques qui empêchent la plupart des déplacés d'avoir recours à l'aide dont ils ont besoin.

Rappelons que les déplacés ont fui la sécheresse et l'insécurité pour chercher protection et assistance, ce que la communauté internationale s'efforce de leur apporter. Face à une augmentation aussi alarmante du nombre de personnes malnutries, il est dès lors urgent de résoudre les problèmes de sécurité à l'intérieur du camp pour permettre une répartition plus équitable de l'aide alimentaire.

MSF conduit une dizaine de missions en Afghanistan, dans les provinces de Ghazni, Balkh, Badakchan, Nimruz, Kaboul et Panshjir, Hazarajat, avec plus de 80 expatriés et 400 Afghans.

Pour plus d'informations, contacter Frédérique Sprang au +33 (0)1 40 21 28 43.

À lire aussi