Opération

Palestine : soins de santé mentale en Cisjordanie

05 février 2018
© Juan Carlos Tomasi/MSF

Depuis 2004, Médecins Sans Frontières offre des soins de santé mentale aux populations palestiniennes de Cisjordanie.

Les équipes de Médecins Sans Frontières travaillent dans les gouvernorats d’Hébron, Naplouse, Qalqilya, Bethléem et de Ramallah.

© MSF décembre 2015

Il y a dix ans, Médecins Sans Frontières a lancé un programme de santé mentale dans le district de Naplouse en Cisjordanie. Le but est d’alléger les souffrances psychologiques des adultes et des enfants confrontés à la violence de l’occupation israélienne.

Pourquoi Médecins Sans Frontières intervient ?

En Cisjordanie, malgré les accords d’Oslo signés en 1994 entre Israël et la Palestine, la colonisation se poursuit à un rythme soutenu. On comptait en 2015 près de 390 000 colons en Cisjordanie, soit 140 000 de plus qu’il y a dix ans. Auxquels il faut ajouter les presque 200 000 colons installés à Jérusalem-Est. Cette occupation illégale, qui menace la continuité territoriale de la Cisjordanie, a de lourdes conséquences sur la vie des populations, soumises au contrôle permanent et aux incursions et offensives régulières de l’armée israélienne. La situation économique catastrophique et les tensions au sein de leur gouvernement, pèsent également sur les Palestiniens, dont les besoins médicaux sont réels.

Le système de santé palestinien, relativement performant du point de vue des soins de santé primaire, n’est pas en mesure de répondre aux besoins de la population dans le domaine des soins de santé spécialisés, dont la santé mentale fait partie.

Notre intervention

Depuis 2004, Médecins Sans Frontières offre des soins de santé mentale aux populations palestiniennes de Cisjordanie, dans les gouvernorats d’Hébron, Naplouse, Qalqilya, Bethléem et Ramallah.

Les patients de Médecins Sans Frontières sont régulièrement témoins d’événements graves tels que violences, raids visant leur maison, arrestations et décès de membres de leur famille. Ils développent de l’anxiété, du stress et des problèmes de sommeil.

En avril 2016, Médecins Sans Frontières ouvre un projet d’intervention d’urgence couvrant les gouvernorats de Bethléem et Ramallah centré sur les premiers secours psychologiques et un soutien psychoéducatif. L’association a aussi engagé un partenariat avec l’Université An-Najah de Naplouse pour lancer le premier Master en psychologie clinique de Palestine.