Opération

Haïti : traumatologie à Port-au-Prince

© Jeanty Junior Augustin/MSF

Depuis 2006, Médecins Sans Frontières offre des soins spécialisés en traumatologie dans la capitale Port-au-Prince et sa région, à Haïti. 

Les équipes MSF travaillent dans un centre de stabilisation des patients dans le quartier défavorisé de Martissant à Port-au-Prince, ainsi que dans le centre de traumatologie de Tabarre, également situé dans la capitale haïtienne.

Avant le tremblement de terre de janvier 2010, MSF était présente en Haïti, principalement à Port-au-Prince avec plusieurs structures de santé. Le tremblement de terre a détruit une structure MSF. Suite au séisme et à l'épidémie de choléra la même année, MSF décide d'augmenter considérablement son positionnement opérationnel dans le pays, pas uniquement à Port-au-Prince mais dans tout le pays.

Pourquoi Médecins Sans Frontières intervient ?

L’aire urbaine de Port-au-Prince compte près de 2,5 millions d’habitants et l’offre de soins est insuffisante pour répondre aux besoins de la population. Si des soins spécialisés sont proposés dans des hôpitaux et des cliniques, pour la plupart privées, ils restent inaccessibles pour la majorité des Haïtiens. Près de 60 % d’entre eux vivent sous le seuil de pauvreté et 25 % dans une pauvreté extrême (ONU, 2017).

Depuis septembre 2019, la crise politique et économique en Haïti s'est accélérée et s'aggrave chaque jour un peu plus, au point que le système de santé en Haïti est gravement menacé. Pour faire face à un nombre croissant de personnes dont les besoins en soins d'urgence en traumatologie ne sont pas satisfaits, MSF intensifie ses opérations à Port-au-Prince et dans le pays en rouvrant un centre de traumatologie à Tabarre et en augmentant son soutien aux structures médicales dans la capitale et les zones rurales.

Notre intervention

En décembre 2006, Médecins Sans Frontières ouvre un projet à Martissant, un quartier défavorisé de Port-au-Prince, dans lequel les habitants sont exclus des soins et où les violences sont nombreuses et fréquentes. La clinique de Martissant fournit des soins 24 heures sur 24 : les équipes stabilisent les cas urgents avant de les transférer vers des structures spécialisées.

Courant 2019, MSF ferme son hôpital “Nap Kenbé” (littéralement, « on se maintient » en créole haïtien)  à Tabarre. Ouvert en 2010, pour pouvoir aider à la prise en charge des nombreux patients ayant besoin de soins après le tremblement de terre du 12 janvier, il était depuis 2012 un centre de soins traumatologiques particulièrement avancé, avec une centaine de lits. En 6 ans, il a accueilli plus de 60 000 patients, victimes d’accidents de la circulation ou de violences entre autres, qui ont pu bénéficier de soins gratuits (chirurgie, radiologie, physiothérapie, rééducation...), auparavant seulement accessibles aux personnes pouvant se rendre dans des cliniques privées.

En novembre 2019, face à l'aggravation de la crise économique et politique en Haïti, MSF rouvre son centre de traumatologie dans le quartier de Tabarre. Au cours des cinq premières semaines, le centre de 50 lits a accueilli 574 patients dont plus de la moitié étaient blessés par balle et dont 150 souffraient de blessures potentiellement mortelles.

L'organisation a également renforcé son aide au ministère de la Santé par des dons d'équipements et de matériel médicaux, en réhabilitant des structures médicales, en formant le personnel du principal hôpital public de Port-au-Prince, ainsi qu'en soutenant un hôpital à Port-Salut dans le département du Sud et dix centres de santé dans tout le pays.