Violence sexuelle et migration

MSF publie un rapport sur les violences sexuelles faites aux femmes migrantes d'origine sub-saharienne, contraintes de séjourner au Maroc au cours de leur périple vers l'Europe. Dans son travail sur le terrain, MSF est témoin de l'impact direct des politiques adoptées par l'Union Européenne et les pays frontaliers sur la santé physique et mentale des migrants et demandeurs d'asile au Maroc.

MSF publie un rapport sur les violences sexuelles faites aux femmes migrantes d'origine sub-saharienne, contraintes de séjourner au Maroc au cours de leur périple vers l'Europe. Dans son travail sur le terrain, MSF est témoin de l'impact direct des politiques adoptées par l'Union Européenne et les pays frontaliers sur la santé physique et mentale des migrants et demandeurs d'asile au Maroc.

Depuis leur pays d'origine jusqu'à leur séjour forcé au Maroc, en route vers l'Europe, les femmes migrantes subsahariennes sont exposées à des agressions sexuelles. Nombre d'entre elles fuient leur pays en raison de situations de violence généralisée, domestique ou de mariage forcé. Durant leur trajet et ensuite au Maroc, elles souffrent de nouvelles attaques, d'abus sexuels et sont exploitées par les réseaux de prostitutions.

Un tiers des migrantes interrogées par MSF affirme avoir subi des abus sexuels. Entre mai 2009 et janvier 2010, une femme sur trois prises en charge par MSF à Rabat et à Casablanca a admis avoir souffert d'une ou de plusieurs agressions sexuelles, que ce soit dans son pays d'origine, durant le trajet ou une fois arrivée sur le territoire marocain. Au total, MSF a recueilli les récits de 63 patientes, dont plus de 21% sont des mineures. Les témoignages de ces femmes montrent la situation de grande vulnérabilité dont elles souffrent durant tout le trajet.

L'information recueillie par MSF révèle un phénomène aux dimensions préoccupantes qui nécessite une réponse de la part des pays de l'Union européenne et du Maroc. Les équipes de MSFont  en effet constaté que l'application des politiques migratoires de plus en plus restrictives de l'Union européenne a fait augmenter le nombre de migrants qui ne peuvent pas poursuivre leur route vers l'Europe ni retourner dans leur pays d'origine. Dans cette situation, des facteurs tels que la peur, le sentiment de perte de contrôle sur leur vie, ou les conditions de vie précaires dans lesquelles les migrants vivent augmentent leur vulnérabilité et en particulier celle des femmes.

« Nous ne pouvons pas ignorer la réalité à laquelle sont confrontées ces femmes abandonnées à leur sort avec un sentiment grandissant de frustration et de désespoir », déclare Alfonso Verdú, responsable des opérations de MSF au Maroc. « Il est nécessaire de répondre sur tous les fronts à cette terrible situation, que ce soit sur le plan social, médical, psychologique et légal. »

 



Depuis l'année 2000, la section espagnole de Médecins Sans Frontières travaille au Maroc avec la communauté des migrants subsahariens. Durant cette période, l'organisation a mené à bien plusieurs projets de prise en charge médicale et cherche à améliorer les conditions de vie à Tanger, Casablanca, Rabat et Oujda.

Dans le cadre de son travail de sensibilisation venant compléter ses activités médicales, MSF fait pression sur les autorités et d'autres acteurs afin qu'ils assument leurs responsabilités de protection et d'assistance envers les migrants. Selon MSF, l'accès aux soins de santé et le respect de la dignité des migrants subsahariens sont primordiaux.



 

>> Pour en savoir plus, consultez le rapport Violence sexuelle et migration. La réalité cachée des femmes subsahariennes arrêtées au Maroc sur la route de l'Europe

 

>> Sur le même sujet : rapport de MSF Espagne Violence et immigration paru en 2005

>> Dossier de presse Migrants, réfugiés et demandeurs d'asile : populations vulnérables à la porte de l'Europe

 

À lire aussi