Fonds d’urgence COVID-19

Donnez à nos équipes les moyens de faire face à l’épidémie et à ses conséquences sur nos terrains d’intervention.

Je donne

Sud Soudan – Reportage à la maternité d’Aweil

Maternité MSF à l'hôpital civil de Aweil Nord Bahr el Ghazal Sud Soudan janvier 2011.
Maternité MSF à l'hôpital civil de Aweil, Nord Bahr el Ghazal, Sud Soudan, janvier 2011. © Q. Sakamaki/Redux

Dans le Nord Bahr el Ghazal, au Sud Soudan, où la plupart des habitants n'ont qu'un accès très limité aux soins de santé, MSF mène un programme de santé mère et enfants. Dans le service de maternité de l'hôpital civil d'Aweil, les équipes de MSF travaillent notamment à réduire le taux de mortalité maternelle.

Au milieu du remue-ménage de la maternité de l'hôpital civil d'Aweil, au Sud-Soudan, une jeune femme de 22 ans attend. Elle s'appelle Mary et devrait accoucher dans les prochains jours. Ce n'est pas sa première grossesse, mais ce sera son premier accouchement à l'hôpital. Mary a été enceinte à deux reprises et chaque fois, elle a accouché seule à la maison, de bébés mort-nés.

Mary souhaite avant tout pouvoir accoucher en toute sécurité d'un enfant en pleine santé. C'est pourquoi elle a choisi de se rendre à l'hôpital d'Aweil, où Médecins Sans Frontières (MSF) gère les soins de maternité. Elle est ici depuis un mois, refusant de partir, et attend patiemment le jour de l'accouchement.

« J'ai choisi de venir à l'hôpital à cause des conditions chez moi, » explique Mary. « C'est plus sûr ici. J'attendrai à l'hôpital jusqu'à ce que je puisse accoucher sans danger. Je serais heureuse si le bébé survit. J'étais très triste quand mes deux autres enfants sont morts, je veux que celui-ci vive. »

Grâce à l'accès aux soins obstétriques offert par MSF, la jeune femme a pu accoucher par césarienne. « Mary a une déformation vertébrale assez grave. Son bassin et sa colonne vertébrale n'auraient sûrement pas supporté un accouchement pas voies naturelles, et encore moins chez elle, » explique Janet Fields, sage-femme MSF. « Il était essentiel de pratiquer une césarienne. Et bonne nouvelle, Mary et son bébé se portent très bien. »

Mais l'histoire de Mary n'est pas exceptionnelle au Sud-Soudan, où selon, les chiffres de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), une femme sur sept meurt pendant sa grossesse ou un accouchement. Six ans après un accord de paix qui mettait fin à vingt années de guerre civile au Sud Soudan, les infrastructures de santé sont toujours en ruines ou inexistantes et le pays manque cruellement de personnel de santé qualifié. On estime qu'au Sud Soudan, seul un quart de la population ont accès aux de soins médicaux de base.

Dans ce contexte, les femmes et les enfants sont les plus vulnérables. En raison de l'absence de route ou de moyen de transport abordable, de nombreuses mères sur le point d'accoucher doivent marcher pendant des heures, voire plusieurs jours, pour rejoindre un centre de santé. Malheureusement, même quand elles y parviennent, il est souvent trop tard pour elles ou leur bébé.

Sud-Soudan : Une jeune nation qui manque de tout par MSF

« Dans les régions isolées, les cas de travail prolongé sont fréquents et peuvent conduire à des problèmes d'obstruction, ajoute Janet Fields. Les structures de santé existantes ne disposent souvent pas des ressources nécessaires pour faire face à ce type de complications. Pendant les accouchements, il peut y avoir des imprévus. Il est donc essentiel d'avoir un hôpital capable de gérer ces cas de manière appropriée et qui dispose du matériel et du personnel médical permettant d'assurer la santé de la mère et de l'enfant. »

Réduire la mortalité maternelle

À Aweil, il existe de nombreuses histoires semblables à celle-ci, où la présence d'un personnel qualifié et l'accès aux médicaments et matériel adaptés ont permis de sauver une vie. Durant les trois dernières années, MSF a aidé l'hôpital d'Aweil à réduire son taux de mortalité maternelle à 0.6%, alors que le niveau atteint 14% en moyenne au Sud-Soudan. Ces chiffres illustrent clairement l'impact du programme de MSF et l'importance des accouchements à l'hôpital.

À l'échelle mondiale, les cinq premières causes de mortalité maternelle sont les infections, l'hypertension, les hémorragies, les accouchements avec obstruction et les avortements risqués.

À l'hôpital civil d'Aweil, MSF combat ces cinq facteurs en apportant un personnel médical qualifié, ainsi que des médicaments et équipements appropriés. Dans la maternité d'Aweil 93% des accouchements s'effectuent par voies naturelles et sans complication. Parmi le faible pourcentage de femmes développant des complications, les équipes de MSF observent le plus souvent des hémorragies du post-partum.

Depuis le début du programme de MSF en 2008, un nombre croissant de femmes se rendent à l'hôpital pour des consultations prénatales et pour donner naissance. En 2010, plus de 37 000 consultations prénatales ont été menées et plus de 3000 femmes ont accouché à l'hôpital civil d'Aweil.

MSF apporte une aide médico-humanitaire d'urgence au Soudan depuis 1979. Aujourd'hui, l'organisation mène 13 programmes dans 7 États du Sud-Soudan. Ses activités comprennent des soins de santé primaires et secondaires, des réponses aux situations d'urgence, une aide nutritionnel, des soins de santé reproductive, le traitement de la leishmaniose viscérale, une assistance psychosociologique, ainsi que des soins chirurgicaux, pédiatriques et d'obstétrique.

À lire aussi