Fonds d’urgence COVID-19

Donnez à nos équipes les moyens de faire face à l’épidémie et à ses conséquences sur nos terrains d’intervention.

Je donne

Sud Soudan : d'une urgence à l'autre

Le Sud Soudan connaît une multiplicité de situations d'urgence auxquelles les équipes MSF tentent de répondre.
Le Sud Soudan connaît une multiplicité de situations d'urgence auxquelles les équipes MSF tentent de répondre. © James Nichols/MSF

Au Sud Soudan, MSF intervient dans une région où les urgences s'enchaînent, alors que de nombreuses personnes déplacées par la guerre sont de retour. Tour d'horizon de ces derniers mois d'activités.

Près de trois ans après l'accord de paix signé entre les différentes parties au conflit, les populations du Sud-Soudan font toujours face à de nombreuses difficultés. Parmi elles, l'accès restreint à une prise en charge médicale satisfaisante.

Dans le Nord Bahr El Ghazal, MSF intervient à l'hôpital d'Aweil, seule structure de référence offrant des soins hospitaliers à une population d'environ 1,7 millions d'habitants.

En parallèle, les équipes sont régulièrement amenées à développer de nouvelles activités en réaction aux différentes situations d'urgence.

Projet de santé materno-infantile à l'hôpital d'Aweil. Au Sud-Soudan, certains indicateurs de santé, comme les taux de mortalité infantile (150 pour 1 000 enfants) et maternelle (2 054 pour 100 000 femmes), sont alarmants et révèlent l'ampleur des besoins.

A l'hôpital d'Aweil, MSF prend en charge les services obstétrique et pédiatrique. Une moyenne de 20 à 30 accouchements et 3 à 6 césariennes ont lieu chaque semaine.

Près de 35 enfants atteints de diverses pathologies (tétanos, infections respiratoires, diarrhées, paludisme...) sont pris en charge en pédiatrie chaque semaine. MSF prévoit d'élargir encore son offre de soins en ouvrant prochainement une clinique anténatale.

Réponse aux urgences : épidémies, inondations, malnutrition... Le Sud Soudan connaît une multiplicité de situations d'urgence auxquelles les équipes tentent de répondre.

En quatre mois, plus de 4200 enfants ont reçu un traitement contre le paludisme. Au même moment, près de 17 000 autres ont été vaccinés contre la rougeole par les équipes MSF.

En août et octobre 2008, d'importantes inondations autour d'Aweil ont poussé plusieurs milliers de personnes à se déplacer. Conséquence de cette situation, une épidémie de choléra s'est déclarée. Près de 6 300 patients ont été soignés et MSF a apporté un support aux centres de traitement du ministère de la Santé.

Le Sud Soudan est une région où certaines pathologies sévissent de manière endémique. De juin à septembre, nos équipes ont constaté un pic de paludisme.

Lutter contre la malnutrition. Au début de l'intervention et suite à de nouveaux déplacements de populations, une activité de lutte contre la malnutrition a été mise en place en janvier pour anticiper la période la plus critique de l'année, de février à septembre, où le nombre d'admissions de patients augmentent habituellement dans les centres de traitement.

Les premiers touchés par cette endémie sont les enfants de moins de cinq ans. Aux alentours d'Aweil, près de 6 000 enfants souffrant de malnutrition ont été pris en charge par MSF au cours de ces huit mois. 2 800 d'entre eux étaient affectés par la forme la plus sévère de la maladie.

Assistance aux déplacés. La signature d'un accord de paix en 2005 entre le gouvernement de Khartoum et le mouvement de libération du Sud-Soudan (SPLA) a mis un terme à près de 25 années de guerre civile.

Près de 2 millions de personnes, qui avaient fui la guerre, sont aujourd'hui revenues dans leur région d'origine. Certains continuent de se déplacer, souvent à cause de nouveaux affrontements à la frontière entre Nord et Sud du pays. MSF a distribué des biens de première nécessité à près de 16 000 déplacés de la zone de Maper Akot, et a fourni de l'eau à 10 000 autres personnes.

Améliorer la formation du personnel médical. Au Sud-Soudan, le personnel médical se fait rare. Nombreux sont ceux qui ont interrompu leur formation en raison de la guerre. Pour faire face à cette pénurie de ressources humaines, le volume de personnel nécessaire est important. La formation d'infirmiers, d'assistants médicaux et de sage-femmes reste donc l'une des priorités quotidiennes de MSF au Sud Soudan.

À lire aussi