Somalie : MSF ferme un dispensaire à Xadaar après un incident de sécurité

Attente au dispensaire de Xadaar. Novembre 2012.
Attente au dispensaire de Xadaar. Novembre 2012. ©Brigitte Rossotti / MSF

L'organisation humanitaire n'est pas en mesure de poursuivre son travail car les conditions minimales de sécurité pour les patients et le personnel ne sont pas assurées.

Médecins Sans Frontières (MSF) a arrêté les activités médicales dans un centre de soins qu’elle gérait à Xadaar, un quartier de la capitale somalienne Mogadiscio.

Le 28 janvier, deux des gardes de sécurité du dispensaire ont échangé des coups de feu, apparemment à cause d’un conflit personnel. Les deux agents de sécurité ont été blessés dans l'incident. Heureusement, la fusillade a eu lieu en dehors des heures d'ouverture du centre et il n'y a pas eu d’autres blessés.

Après l'incident, MSF a mis ses activités en attente, tout en essayant de rétablir les conditions minimales de sécurité nécessaires pour continuer son travail. Mais aujourd'hui, l'organisation a été contrainte d'annoncer la fermeture du dispensaire.

« Nous prenons très au sérieux ce qui s'est passé, précise Michel-Olivier Lacharité, responsable des programmes de MSF. Avec des centaines de personnes qui fréquentent le dispensaire chaque jour, les conséquences auraient pu être dramatiques. Nous ne pouvons pas attendre que ce genre d’événements se reproduise. La sécurité des patients et du personnel est une condition essentielle pour notre travail médical. C'est pourquoi aujourd'hui, nous devons arrêter notre travail à Xadaar, en dépit des besoins médicaux qui persistent pour la population. »

Le dispensaire de Xadaar a été ouvert par MSF en avril 2012, afin de fournir des soins de santé gratuits, dont les soins pour les femmes enceintes et le traitement des enfants souffrant de malnutrition, aux résidents et aux personnes déplacées qui vivent dans ce quartier.

Depuis l'ouverture de la clinique, plus de 30 000 personnes ont bénéficié d’une consultation médicale, 2 300 enfants ont été vaccinés contre la rougeole et d'autres maladies courantes de la petite enfance, et 556 enfants ont été traités pour une forme sévère de malnutrition.

A Mogadiscio, MSF continue de gérer un hôpital de 40 lits et fournit des soins ambulatoires dans le quartier de Jasiira. MSF travaille également depuis 2007dans l’hôpital général de Daynile, dans la périphérie de la capitale.  L'organisation mène des activités médicales dans les quartiers de Hamar-Weyne, Hamar-Jabjab, Waberi, Yaqshid et Dharkenley à Mogadiscio, ainsi que dans la ville d'Afgooye.

MSF travaille en Somalie depuis 1991, et continue de fournir des soins médicaux d’urgence à des centaines de milliers de Somaliens dans dix régions du pays, ainsi que dans les pays voisins du Kenya et de l'Ethiopie.

En 2012, MSF a traité près de 30 000 enfants souffrant de malnutrition sévère et vacciné 75 000 enfants contre des maladies infectieuses. Les équipes de MSF ont également réalisé plus de 7 300 accouchements et fourni presque 500 000 consultations médicales dans les structures de santé où elles interviennent.
Pour son travail en Somalie MSF a recours uniquement à des dons privés et n'accepte aucun financement de la part des gouvernements.

Le 13 octobre 2011, deux employées de MSF, Montserrat Serra et Blanca Thiébaut, ont été enlevées dans le camp de réfugiés de Dadaab, au Kenya. MSF estime que ses deux collègues sont détenues en Somalie et appelle à leur libération immédiate et sans conditions. Jusqu'à la libération de Montserrat et Blanca, les activités de MSF en Somalie restent limitées aux situations d’urgence vitale.

Dossier : Urgence Somalie

Retrouvez notre dossier consacré aux activités de MSF dans le Corne de l'Afrique.


DANS LA PRESSE

TF1


JT de TF1, 26 décembre 2012 : "Somalie : mission périlleuse pour Médecins Sans Frontières"


MINI SITE : UN JOUR A DADAAB

Quatre réfugiés somaliens témoignent de leur situation et racontent comment se déroule une journée dans le camp de Dadaab, au Kenya.

 

Mini site : Un jour à Dadaab

 

Accéder au mini site

À lire aussi