Pakistan : graves inondations dans la province du Sindh

Inondations dans la vallée de Swat Pakistan été 2010. Un petit garçon joue dans la boue
Inondations dans la vallée de Swat, Pakistan, été 2010. Un petit garçon joue dans la boue ©Tomas van Houtryve / VII Network

Un an après la catastrophe naturelle générée par les fortes pluies d’août 2010, le Sud du Pakistan - et plus précisément la province du Sindh – est à nouveau touché par les fortes moussons qui actuellement affectent des dizaines de milliers d'habitants de cette zone. Présente au Pakistan depuis 1986, MSF déploie une intervention d’urgence.

Selon les autorités de la province du Sindh, au moins 270 personnes auraient trouvé la mort dans les 23 districts que compte la province. Le gouvernement provincial, qui a demandé l’aide des agences internationales, a indiqué que 1,2 million de maisons ont été détruites.

Les 17 et 18 septembre, une équipe MSF a mené une évaluation des besoins sur le sous-district de Tando Bago. Dans les camps de déplacés de la zone, l’accès à l’eau, aux latrines et à l’hygiène sont nettement insuffisants. Certaines personnes souffrent de pneumonie, d’infections respiratoires, d’affections dermatologiques, de fièvre, de paludisme, de diarrhée aqueuse… Quelques cas de malnutrition ont été détectés parmi les enfants et les femmes enceintes doivent, quant à elles, accoucher avec la seule aide d’accoucheuses traditionnelles.

Des évaluations ont également été menées dans le district de Badin : "Nous avons vu des routes partiellement inondées, jalonées sur les côtés d'abris de fortune, fabriqués avec des toiles plastiques, où les déplacés ont trouvé refuge. Nous n'avons vu aucune latrine par contre" constate le Dr Erwin Lloyd Guillergan, responsable de l’équipe d'urgence MSF.

De telles conditions de vie et d’hygiène favorisent la propagation d’infections respiratoires et de pathologies liées à l’eau notamment. 

Une équipe MSF composée de treize personnes (quatre expatriés et neuf personnels pakistanais) - dont des médecins, des infirmiers, des logisticiens et des professionnels de l’eau et de l’hygiène - a démarré des consultations médicales mobiles dans plusieurs camps des sous-districts de Tando Bago, Dadah et Chabralo, au Sud du district de Badin. Du matériel médical a été affrété sur place. L’un de nos objectifs principaux sera, entre autres, de distribuer de l’eau potable aux populations sinistrées.

Dans les jours à venir, notre équipe - qui va être renforcée - va continuer à évaluer et identifier les besoins non-pourvus à Tando Bago et Shahid Fazul Rahu, ainsi que dans d’autres sous-districts. Les autres équipes MSF présentes dans le pays se tiennent prêtes à répondre aux besoins humananitaires qui pourraient émerger dans d'autres zones du Pakistan.

Il y a un an, MSF initiait déjà une telle réponse d’urgence lors des inondations de l’été 2010.

Depuis 1986, MSF travaille au Pakistan auprès des Pakistanais et des réfugiés afghans victimes des effets des conflits armés, du manque d’accès aux soins et des catastrophes naturelles. Actuellement, dans les zones tribales sous administration fédérale (FATA) et dans certaines parties du Khyber Pakhtunkhwa (KP), nos équipes fournissent des soins médicaux d’urgence, gratuits, dans l’Agence de Kurram, à Hangu et Peshawar ; Mais aussi dans les districts de Lower Dir, Malakand et Swat, ainsi que dans la province du Balouchistan. Les programmes menés par MSF au Pakistan ne sont financés que par des dons privés.

À lire aussi