URGENCE GAZA

Gaza : devant le Conseil de sécurité de l'ONU, MSF dénonce
le mépris de la vie des civils et appelle à un cessez-le-feu immédiat

Lire l'article

Fonds d'urgence

Chapo

Grâce à vous, nos équipes interviennent en urgence auprès des populations qui en ont le plus besoin, partout où nous agissons.

je donne au fonds d'urgence MSF 

Nord-ouest de la Syrie : les femmes ont plus que jamais besoin d’accéder aux soins de santé

Une femme prend soin de sa fille dans la tente d'un camp de personnes déplacées. Nord-ouest de la Syrie. 2022.
Une femme prend soin de sa fille dans la tente d'un camp de personnes déplacées. Nord-ouest de la Syrie. 2022. © MSF/Abd Almajed Alkarh

Près de 2,7 millions de personnes déplacées vivent dans le nord-ouest de la Syrie, parfois depuis des années, après avoir fui les bombardements et les combats. MSF constate une détérioration des conditions d’accès aux soins de santé pour les femmes, particulièrement vulnérables dans ce contexte.

Par une froide journée pluvieuse, une femme arrive avec son mari sur une moto dans un hôpital soutenu par MSF dans la province d'Idlib, dans le nord-ouest de la Syrie. Elle est venue pour accoucher. Elle s'appelle Ratiba et est mère de quatre enfants, dont trois sont nés pendant le conflit syrien. Elle les élève tous les quatre sous une tente. Comme des milliers de femmes en Syrie, on lui a diagnostiqué une malnutrition durant sa grossesse. En conséquence, elle souffre en permanence « de vertiges, d'hypertension et de fatigue » (1).    

Ratiba n'est pas la seule dans cette situation difficile. Le nord-ouest de la Syrie abrite 4 millions de personnes, parmi lesquelles 80 % sont des femmes et des enfants. Pendant plus d'une décennie, MSF a constaté comment les femmes, et la population civile de manière générale, ont été directement touchées par le conflit et ses conséquences. Beaucoup d'entre elles vivent dans des conditions précaires et souffrent d'insécurité alimentaire (2). Les difficultés existantes, tels que les violences sexistes et le mariage précoce, aggravent encore leur vulnérabilité. « Même les étapes habituelles de la vie d'une femme, comme les menstruations, la grossesse ou l'allaitement, deviennent un fardeau complexe », explique Teresa Graceffa, coordinatrice médicale pour MSF en Syrie.

L'accès aux soins de santé est un autre défi de taille en raison de l'insécurité, des longues distances à parcourir jusqu'aux établissements de santé, du coût des services et de celui du transport. « Une femme venant de loin a récemment accouché près de l'entrée d'un hôpital soutenu par MSF, raconte Caroline Masunda, référente médicale pour MSF en Syrie. Aucune ambulance n'étant disponible, elle attendait d'avoir assez d'argent pour payer le transport. C'est inquiétant, car les arrivées tardives en cas d'accouchement peuvent entraîner des complications médicales pour la mère et le bébé. »

Une sage-femme examine un nouveau-né dans un hôpital cogéré par MSF dans le gouvernorat d'Idlib. Nord-ouest de la Syrie. 2022.
 © MSF/Abd Almajed Alkarh
Une sage-femme examine un nouveau-né dans un hôpital cogéré par MSF dans le gouvernorat d'Idlib. Nord-ouest de la Syrie. 2022. © MSF/Abd Almajed Alkarh

Onze années de guerre ont également eu des répercussions sur la santé mentale des femmes, et nombre d'entre elles sont aux prises avec l'anxiété, la dépression ou avec le syndrome de stress post-traumatique. La plupart des femmes et des adolescentes qui reçoivent un soutien psychologique dans les structures MSF disent que leur détresse est directement ou indirectement liée au conflit. « J'ai récemment orienté une femme déplacée âgée de 25 ans, mère de cinq enfants, vers un spécialiste de la santé mentale, car elle présentait des symptômes de dépression. Elle était tellement accablée de tristesse qu'elle ne pouvait plus allaiter son nouveau-né », raconte Soumaya*, une promotrice de santé MSF.

MSF propose des services de santé sexuelle et reproductive (SSR) aux femmes du nord-ouest de la Syrie depuis 2012. Cela comprend les soins prénatals, postnatals et néonatals ainsi que la prise en charge des accouchements (dont les accouchements par césarienne), un soutien en santé mentale, les consultations gynécologiques et celles auprès du planning familial. En 2021, MSF a assisté plus de 18 000 accouchements dans les provinces d'Alep et d'Idlib et fourni plus de 200 000 consultations de SSR, que ce soit dans les hôpitaux cogérés par MSF, au sein des centres de santé ou encore en cliniques mobiles.

 

MSF dans le nord-ouest de la Syrie

MSF soutient actuellement 7 hôpitaux, dont une unité pour grands brûlés, ainsi que 12 centres de soins de santé primaire et 3 ambulances. En outre, l’association soutient 11 cliniques mobiles desservant les camps de déplacés internes. MSF mène également des activités pour améliorer l’accès à l’eau, l’assainissement et promouvoir des mesures d’hygiène dans près de 100 camps de déplacés internes dans le nord-ouest du pays.

© MSF/Abd Almajed Alkarh

Alors que les besoins humanitaires continuent de croître, le fragile système de santé du nord-ouest de la Syrie est confronté à des difficultés structurelles et le manque de financement reste un défi majeur.

Dans les camps de déplacés que les équipes MSF visitent, les femmes expriment régulièrement leurs inquiétudes quant à la diminution de la disponibilité des services de soins maternels et infantiles.  « Chaque fois que nous nous rendons à l'hôpital voisin, nous voyons moins de médecins et d'infirmières, et la plupart des services sont souvent indisponibles, explique Fatima*, mère de sept enfants, qui a récemment fait une fausse couche. J'ai appris que l'hôpital dans lequel ma fille est née est désormais fermé », ajoute-t-elle.

Une femme lave sa vaisselle dans un camp de personnes déplacées. Nord-ouest de la Syrie. 2022.
 © MSF/Abd Almajed Alkarh
Une femme lave sa vaisselle dans un camp de personnes déplacées. Nord-ouest de la Syrie. 2022. © MSF/Abd Almajed Alkarh

L'année dernière, MSF a vu plusieurs établissements et projets de santé réduire leurs activités ou fermer après avoir perdu leur financement. En outre, au cours du conflit, des centaines de structures médicales ont été endommagées ou détruites. De nombreux membres du personnel médical ont été tués ou ont fui le pays. Les médicaments essentiels et les fournitures médicales sont souvent indisponibles. Tout cela a eu un impact négatif sur l'accès aux services essentiels pour les femmes enceintes, les jeunes filles, les mères et leurs nouveau-nés.

En réponse, MSF a intensifié ses activités pour faire face à une augmentation de 50 % des accouchements dans trois de ses hôpitaux cogérés, où les accouchements par césarienne ont également triplé en 2021. Cette augmentation s'est poursuivie au cours des deux premiers mois de 2022.

Il est clair que la réponse humanitaire ne correspond pas aux besoins, et il est urgent d'augmenter le financement des activités qui sauvent des vies, dont les services de SSR font pleinement partie. « Les femmes du nord-ouest de la Syrie ont besoin de pouvoir bénéficier de services de qualité à long terme en matière de santé sexuelle et reproductive pour avoir une chance de mener une vie saine. Ce n'est certainement pas le moment de les abandonner », déclare le Dr Faisal Omar, chef de mission MSF pour la Syrie.
 

*Les noms ont été changés pour préserver l’anonymat des personnes citées.

(1) Un nombre record de 265 000 femmes enceintes et allaitantes souffraient d'émaciation aiguë en Syrie en 2021.

(2) 12 millions de personnes, soit environ 54 % de la population, sont en situation d'insécurité alimentaire en Syrie en 2022, soit une augmentation de 51 % depuis 2019.

À lire aussi