Iran : MSF à Zahedan de 2001 à 2011

Iran : MSF contraint de quitter Zahedan après 10 ans
Iran : MSF contraint de quitter Zahedan après 10 ans ©Marit Helgerud/MSF

A Zahedan, dans la province du Sistan-Baloutchistan, près des frontières afghane et pakistanaise, le programme de MSF visait à apporter une aide médicale aux réfugiés afghans (environ 75 000 en 2011) et aux communautés iraniennes vulnérables de la ville. 

Le Sistan-Baloutchistan est considéré comme une zone interdite aux étrangers depuis 2007. Jusqu’en septembre 2011, MSF était la seule organisation humanitaire internationale encore autorisée à travailler dans la province.  

 

  

 

Depuis janvier 2009, le personnel expatrié ne pouvait plus travailler sur place. Seul le personnel local faisait fonctionner le programme d’accès aux soins. A la demande des autorités, MSF a été contraint de quitter la zone en septembre.  

Depuis 2001, MSF offrait des soins médicaux en consultations externes, dans des cliniques situées dans les quartiers de Shirabad, Karimabad et Besat à Zahedan.  

Les équipes y  menaient en moyenne plus de 5 000 consultations chaque mois. Les activités de soins maternels et infantiles ont été regroupées dans une clinique spécifique en 2010.  

Les cas les plus compliqués étaient transférés vers les hôpitaux de la ville. MSF couvrait les frais de soins d’urgence, d’hospitalisation, de consultation spécialisée, de traitement. 

Depuis 2008, une équipe MSF mobile composée de médecins, sages-femmes, traducteurs et travailleurs sociaux effectuaient des visites à domicile pour identifier les personnes le s plus vulnérables n’ayant pas accès aux soins.

Un tiers des patientes accouchant à domicile, les sages-femmes MSF se rendaient à leur domicile pour des consultations pré- et post- natales. En  2010, plus de 2900 femmes enceintes ont été référées dans des maternités.  

Les équipes MSF étaient également amenées à faire des distributions de biens de première nécessité aux personnes les plus démunies.   

1 / 9

A Zahedan, dans la province du Sistan-Baloutchistan, près des frontières afghane et pakistanaise, le programme de MSF visait à apporter une aide médicale aux réfugiés afghans (environ 75 000 en 2011) et aux communautés iraniennes vulnérables de la ville. 

Le Sistan-Baloutchistan est considéré comme une zone interdite aux étrangers depuis 2007. Jusqu’en septembre 2011, MSF était la seule organisation humanitaire internationale encore autorisée à travailler dans la province.  

 

  

 

Depuis janvier 2009, le personnel expatrié ne pouvait plus travailler sur place. Seul le personnel local faisait fonctionner le programme d’accès aux soins. A la demande des autorités, MSF a été contraint de quitter la zone en septembre.  

Depuis 2001, MSF offrait des soins médicaux en consultations externes, dans des cliniques situées dans les quartiers de Shirabad, Karimabad et Besat à Zahedan.  

Les équipes y  menaient en moyenne plus de 5 000 consultations chaque mois. Les activités de soins maternels et infantiles ont été regroupées dans une clinique spécifique en 2010.  

Les cas les plus compliqués étaient transférés vers les hôpitaux de la ville. MSF couvrait les frais de soins d’urgence, d’hospitalisation, de consultation spécialisée, de traitement. 

Depuis 2008, une équipe MSF mobile composée de médecins, sages-femmes, traducteurs et travailleurs sociaux effectuaient des visites à domicile pour identifier les personnes le s plus vulnérables n’ayant pas accès aux soins.

Un tiers des patientes accouchant à domicile, les sages-femmes MSF se rendaient à leur domicile pour des consultations pré- et post- natales. En  2010, plus de 2900 femmes enceintes ont été référées dans des maternités.  

Les équipes MSF étaient également amenées à faire des distributions de biens de première nécessité aux personnes les plus démunies.   

1 / 9

À lire aussi