Fonds d’urgence COVID-19

Donnez à nos équipes les moyens de faire face à l’épidémie et à ses conséquences sur nos terrains d’intervention.

Je donne

Géorgie : deux mois après le conflit

Consultation psychologique auprès d'un couple de personnes déplacées dans une école maternelle de Gori septembre 2008
Consultation psychologique auprès d'un couple de personnes déplacées dans une école maternelle de Gori, septembre 2008 © Clement Saccomani

A Gori, à Tbilissi, les équipes MSF continuent d'apporter aux personnes déplacées des soins médicaux et psychologiques, de distribuer des biens de première nécessité et de donner des médicaments aux structures de santé qui en ont besoin.

A Gori, à Tbilissi, les équipes MSF continuent d'apporter aux personnes déplacées des soins médicaux et psychologiques, de distribuer des biens de première nécessité et de donner des médicaments aux structures de santé qui en ont besoin.

Si la situation en Géorgie semble se stabiliser, le sort des populations déplacées par la guerre reste incertain.

Selon les autorités géorgiennes, près de 60 000 personnes seraient toujours déplacées à l'intérieur du pays, vivant dans des bâtiments publics ou des camps de tentes.

MSF, qui soigne des malades atteints de tuberculose multi-résistante en Géorgie depuis plusieurs années, a pu être présente auprès des populations civiles dès le déclenchement des hostilités début août.

Soins médicaux et psychologiques aux personnes déplacées à Gori. Située entre Tbilissi et l'Ossétie du Sud, la ville de Gori compte aujourd'hui près de 7 000 personnes déplacées, venant pour la plupart de villages alentours ou d'Ossétie du Sud.

Depuis début septembre, MSF apporte à ces populations des soins médicaux dans une trentaine de sites de regroupement.

 

 

Trois équipes médicales sillonnent ces différents sites et réfèrent si nécessaire les patients vers la polyclinique centrale. En un mois, 1200 consultations médicales ont ainsi été données.

Depuis le 8 septembre, une équipe de psychologues rend également visite de manière régulière aux personnes déplacées. Près de 600 personnes ont déjà participé à des sessions de groupe organisées par les équipes MSF et une centaine de personnes déplacées bénéficient d'un suivi psychologique individuel.

Malgré une importante mobilisation internationale et une présence massive d'acteurs de l'aide, certains biens de première nécessité manquent toujours aux personnes déplacées.

Distributions de couvertures. Malgré une importante mobilisation internationale autour de la Géorgie et une présence massive d'acteurs de l'aide, certains biens de première nécessité n'ont toujours pas été distribués aux personnes déplacées. A Gori, à l'approche de l'hiver, ils étaient nombreux à ne pas avoir reçu de couvertures. Les équipes MSF en ont donc distribué près de 2000.

Approvisionnement en médicaments dans le district de Mejereskhivi, « zone tampon » entre la Géorgie et l'Ossétie du sud. A la mi-septembre, divers médicaments ont été donnés à la clinique du district, notamment pour les patients atteints de pathologies chroniques. Près de 600 de ces patients devraient ainsi pouvoir en bénéficier. Une autre donation est prévue, de sorte que la clinique puisse continuer de leur en fournir pendant les trois prochains mois.

Soins médicaux auprès des personnes déplacées à Tbilissi. Les équipes MSF, présentes dès le début du mois d'août auprès des personnes déplacées à Tbilissi, continuent d'apporter des soins médicaux dans 9 sites de regroupement comptant près de 4 000 personnes. En septembre, 1 200 consultations médicales ont été effectuées. Un quart d'entre elles concernaient des malades atteints de pathologies chroniques. 140 personnes ont également bénéficié d'un soutien psychologique.

MSF traite les malades atteints de tuberculose multi-résistante depuis plusieurs années en Géorgie. Les deux programmes réguliers, dont l'un situé sur le territoire autonome abkhaze, continuent de fonctionner normalement.

 

À lire aussi