Table ronde : l'expression de la violence par le dessin d'enfants

Trapped in Danger
Dessin d'un garçon de 15 ans, réfugié érythréen dans un centre de détention officiel pour migrants en Libye, octobre 2019. Un personnel MSF raconte son histoire : « D’Éthiopie où sa famille avait fui, il a pris la route de l’Europe à 12 ans après la mort de son père. Arrivé en Libye en 2017, il est vendu à des trafiquants d’êtres humains et passe deux ans dans des prisons clandestines (où règnent mauvais traitements, tortures, maladies…). Libéré, il a tenté la traversée de la Méditerranée durant l’été 2019, avec un groupe d’Érythréens, compagnons de détention rencontrés dans les geôles des trafiquants. Leur bateau a coulé. Plus de 130 personnes sont mortes. Il a vu nombre d’entre elles se noyer sous ses yeux. L’image qui ne le quitte plus est celle d’un père qui tenait ses deux bébés dans les bras. Il ne pouvait pas nager en tenant ses enfants, mais se refusait à les lâcher. L’auteur les a vus sombrer ensemble, sans pouvoir les aider. » © Aurelie Baumel/MSF

En écho à l'exposition « Déflagrations. Dessins d’enfants et violences de masse » - dont MSF est partenaire - qui aurait dû ouvrir ses portes ce vendredi 29 janvier, le Mucem dédie sa « Nuit des idées » à la pratique du dessin et aux droits de l'enfance, avec une table ronde et la complicité de plusieurs associations sociales ou humanitaires, locales et internationales.

Comment les acteurs humanitaires travaillent-ils auprès des enfants dans les pays en guerre et quelles sont les problématiques qu'ils rencontrent ? Comment les acteurs marseillais accompagnent-ils les enfants et les familles dans les difficultés sociales et économiques particulièrement aiguës qu'ils rencontrent durant la pandémie que nous traversons ? Comment la parole des enfants et les témoignages de première main que constituent parfois leurs dessins, peuvent-ils être mieux entendus, accompagnés, considérés ? Quelles sont les conditions d'une meilleure prise en compte juridique de cette parole, notamment par la Cour pénale internationale ? 

Cette manifestation qui donnera la parole aux acteurs de terrain, aux juristes, aux artistes et intellectuels engagés dans la défense des droits de l'enfant, se déroulera dans le cadre de la Nuit des idées, événement annuel consacré à la libre circulation des idées et des savoirs, organisé par l'Institut Français (thématique de 2021 : « Proches »).

 

Modération : Michel Gairaud (rédacteur au journal le Ravi)

Invités

  • Zerane Girardeau (commissaire de l'exposition « Déflagrations »)
  • Frédérique Drogoul (psychiatre Médecins Sans Frontières)
  • Olivier Bercault (avocat en droit international et ex-consultant Human Rights Watch (HRW)
  • Céline Schmitt (porte parole du Haut commissariat aux réfugiés HCR en France)
  • Hervé Laud (responsable de plaidoyer - SOS Village d'Enfants)
  • Marion Libertucci (responsable plaidoyer UNICEF) en visioconférence
  • Anna Chamoulaud (responsable de Art et Développement Marseille)
  • Hajni Kiss-Agostini (directrice des Francas13)
  • Virginie Schickel (enseignante à l'école maternelle de la Belle de Mai à Marseille)
  • Clémentine Bonifay Besson ( ADDAP 13)
     

Lieu : en live sur le site du Mucem

Horaire : Jeudi 28 janvier à 18h
Sous réserve, en fonction de l'évolution de la situation sanitaire 

À lire aussi