EBOLA : 20 PHOTOS DE NOTRE INTERVENTION D’URGENCE EN RDC


MSF intervient pour contrer l'épidémie d'Ebola qui sévit dans les provinces d'Ituri et du Nord-Kivu dans le Nord-Est de la République démocratique du Congo. Dans un contexte sécuritaire très instable, la mise en place d'une riposte efficace est difficile et les équipes MSF doivent s’adapter.

 

 

Un travailleur de santé MSF revêt son équipement de protection personnel avant d'entrer dans la zone à risque du centre d'isolement Ebola de Bunia. Il va procéder à une évaluation de l'état des patients. Novembre 2018. République démocratique du Congo.

Des équipes de Médecins Sans Frontières se rendent à Kalunguta depuis le centre de traitement Ebola de Butembo. Novembre 2018. République démocratique du Congo.

Des femmes patientent dans la salle d'attente d'une clinique soutenue par Médecins Sans Frontières. Novembre 2018. République démocratique du Congo.

Une infirmière prend la température d'une patiente dans le centre d'isolement Ebola de Bunia géré par MSF. Novembre 2018. République démocratique du Congo.

Des travailleurs de santé MSF du centre de traitement de Butembo transfèrent un patient vers l'hôpital. Son test Ebola s'est révélé négatif. Novembre 2018. République démocratique du Congo.

Des travailleurs de santé MSF revêtent leur équipement de protection personnel avant d'entrer dans la zone à risque du centre de traitement Ebola de Butembo. Il vont procéder à une évaluation de l'état des patients. Novembre 2018. République démocratique du Congo.

Un travailleur de santé MSF revêt son équipement de protection personnel avant d'entrer dans la zone à risque du centre de traitement Ebola. Leurs noms sont systématiquement écrits sur leur équipement. 2018. République démocratique du Congo.

Des travailleurs de santé MSF à l'intérieur de la zone à risque du centre d'isolement Ebola de Bunia peu de temps après sa construction. Novembre 2018. République démocratique du Congo.

Un ancien patient Ebola aujourd'hui guéri est en train de transporter un nourrisson de 4 jours possiblement atteint par la maladie. Une fois guéris les patients Ebola sont immunisés contre la maladie et ont la possibilité de travailler à l'intérieur des zones à risque des centres de traitement. Butembo. Novembre 2018. République démocratique du Congo.

Des travailleurs de santé MSF réalisent l'évaluation médicale d'un patient possiblement affecté par Ebola. Ils sont à l'intérieur du centre d'isolement Ebola de Bunia. Novembre 2018. République démocratique du Congo.

Un travailleur de santé MSF accompagne une patiente Ebola dans son lit du centre de traitement de Butembo. Novembre 2018. République démocratique du Congo.

Un travailleur de santé MSF désinfecte les effets personnels d'un patient dans le centre de traitement Ebola de Butembo. Novembre 2018. République démocratique du Congo.

Une travailleuse de santé MSF met à sécher les chaussures désinfectées des équipes du centre de traitement Ebola de Butembo. Novembre 2018. République démocratique du Congo. © Alexis Huguet

Un agent de décontamination MSF dans le centre de traitement Ebola de Butembo. Novembre 2018. République démocratique du Congo.

Lors d'une décontamination les affaires qui ne peuvent être réutilisées sont brûlées. Novembre 2018. République démocratique du Congo.

Une experte MSF d'Ebola forme des travailleurs de santé à l'intérieur du centre d'isolement de Bunia peu de temps après sa construction. Novembre 2018. République démocratique du Congo. © John Wessels

Une formation Ebola dans le dispensaire de Maboya. La formation débute par une discussion entre les équipes de la Croix-Rouge et celles de MSF. Novembre 2018. République démocratique du Congo.

En marge des activités de décontamination d'un hôpital, une travailleuse de santé MSF sensibilise les personnes présentes à l'importance du dépistage Ebola. Novembre 2018. République démocratique du Congo.

Des Congolais visionnent un film de sensibilisation sur le virus Ebola. Novembre 2018. République démocratique du Congo.

Un travailleur du bâtiment à l'intérieur du nouveau centre d'isolement Ebola de Bunia. Novembre 2018. République démocratique du Congo.

1 / 20

Un travailleur de santé MSF revêt son équipement de protection personnel avant d'entrer dans la zone à risque du centre d'isolement Ebola de Bunia. Il va procéder à une évaluation de l'état des patients. Novembre 2018. République démocratique du Congo.

Des équipes de Médecins Sans Frontières se rendent à Kalunguta depuis le centre de traitement Ebola de Butembo. Novembre 2018. République démocratique du Congo.

Des femmes patientent dans la salle d'attente d'une clinique soutenue par Médecins Sans Frontières. Novembre 2018. République démocratique du Congo.

Une infirmière prend la température d'une patiente dans le centre d'isolement Ebola de Bunia géré par MSF. Novembre 2018. République démocratique du Congo.

Des travailleurs de santé MSF du centre de traitement de Butembo transfèrent un patient vers l'hôpital. Son test Ebola s'est révélé négatif. Novembre 2018. République démocratique du Congo.

Des travailleurs de santé MSF revêtent leur équipement de protection personnel avant d'entrer dans la zone à risque du centre de traitement Ebola de Butembo. Il vont procéder à une évaluation de l'état des patients. Novembre 2018. République démocratique du Congo.

Un travailleur de santé MSF revêt son équipement de protection personnel avant d'entrer dans la zone à risque du centre de traitement Ebola. Leurs noms sont systématiquement écrits sur leur équipement. 2018. République démocratique du Congo.

Des travailleurs de santé MSF à l'intérieur de la zone à risque du centre d'isolement Ebola de Bunia peu de temps après sa construction. Novembre 2018. République démocratique du Congo.

Un ancien patient Ebola aujourd'hui guéri est en train de transporter un nourrisson de 4 jours possiblement atteint par la maladie. Une fois guéris les patients Ebola sont immunisés contre la maladie et ont la possibilité de travailler à l'intérieur des zones à risque des centres de traitement. Butembo. Novembre 2018. République démocratique du Congo.

Des travailleurs de santé MSF réalisent l'évaluation médicale d'un patient possiblement affecté par Ebola. Ils sont à l'intérieur du centre d'isolement Ebola de Bunia. Novembre 2018. République démocratique du Congo.

Un travailleur de santé MSF accompagne une patiente Ebola dans son lit du centre de traitement de Butembo. Novembre 2018. République démocratique du Congo.

Un travailleur de santé MSF désinfecte les effets personnels d'un patient dans le centre de traitement Ebola de Butembo. Novembre 2018. République démocratique du Congo.

Une travailleuse de santé MSF met à sécher les chaussures désinfectées des équipes du centre de traitement Ebola de Butembo. Novembre 2018. République démocratique du Congo. © Alexis Huguet

Un agent de décontamination MSF dans le centre de traitement Ebola de Butembo. Novembre 2018. République démocratique du Congo.

Lors d'une décontamination les affaires qui ne peuvent être réutilisées sont brûlées. Novembre 2018. République démocratique du Congo.

Une experte MSF d'Ebola forme des travailleurs de santé à l'intérieur du centre d'isolement de Bunia peu de temps après sa construction. Novembre 2018. République démocratique du Congo. © John Wessels

Une formation Ebola dans le dispensaire de Maboya. La formation débute par une discussion entre les équipes de la Croix-Rouge et celles de MSF. Novembre 2018. République démocratique du Congo.

En marge des activités de décontamination d'un hôpital, une travailleuse de santé MSF sensibilise les personnes présentes à l'importance du dépistage Ebola. Novembre 2018. République démocratique du Congo.

Des Congolais visionnent un film de sensibilisation sur le virus Ebola. Novembre 2018. République démocratique du Congo.

Un travailleur du bâtiment à l'intérieur du nouveau centre d'isolement Ebola de Bunia. Novembre 2018. République démocratique du Congo.

1 / 20

 

En février dernier, les équipes ont suspendu leurs activités médicales à la suite d'attaques dans deux centres de traitement Ebola, l'un à Katwa et l'autre à Butembo, épicentre de l'épidémie. Des assaillants non identifiés ont incendié des bâtiments du centre et des véhicules. Au moment de l’attaque, 57 patients étaient hospitalisés, dont 15 étaient des cas confirmés. Aucun membre du personnel ni aucun patient n’a été blessé, mais les deux attaques ont été traumatisantes pour les patients, leurs proches et les équipes qui se trouvaient dans les centres de traitement à ce moment-là.