Opération

Sierra Leone : soins de santé maternelle et infantile

© Xaume Olleros

Depuis 2008, Médecins Sans Frontières offre des soins de santé maternelle et infantile en Sierra Leone.

Les équipes de Médecins Sans Frontières travaillent notamment dans les districts de Tonkolili et de Koinadugu. 

Le personnel de MSF fournit des soins aux femmes présentant des complications pendant la grossesse au Centre de référence de Gondama, en Sierra Leone (octobre 2012).
 © Lynsey Addario/VII
Le personnel de MSF fournit des soins aux femmes présentant des complications pendant la grossesse au Centre de référence de Gondama, en Sierra Leone (octobre 2012). © Lynsey Addario/VII

Pourquoi Médecins Sans Frontières intervient ?

Selon l’Organisation mondiale de la santé, la Sierra Leone possédait en 2016 le taux de mortalité maternelle le plus élevé au monde, avec près de 1360 décès pour 100 000 naissances vivantes. On considère qu'une femme enceinte a une chance sur 17 de décéder à cause de sa grossesse et que la mortalité maternelle représente plus d'un tiers des décès chez les femmes de 15 à 49 ans. 

Ces chiffres sont notamment le fait d’un accès problématique aux soins obstétricaux d’urgence de qualité. Des années de guerre civile ont anéanti le système de santé du pays, qui manque de personnels et d’infrastructures médicaux. On estime également qu’environ 10 % des professionnels de santé figurent parmi les quelque 4 000 personnes qui ont succombé à la récente épidémie de maladie à virus Ebola.

Dans les zones rurales, la plupart des unités sanitaires périphériques (USP) sont devenues à peine fonctionnelles après l’épidémie d’Ebola survenue en 2014-2015. Elles sont le plus souvent délabrées, sans eau ni électricité et ne disposent ni de personnel ni de stocks médicaux. Les distances (se rendre à l'USP la plus proche prend parfois jusqu’à une heure en moto), le coût du trajet et la vétusté des installations sanitaire incitent les patients à rester dans les villages et à se tourner vers les guérisseurs traditionnels, rendant, la détection précoce et l'orientation des cas compliqués vers les établissements de santé très difficiles et entraînant souvent la mort des patients.

Notre intervention

Depuis 2008, Médecins Sans Frontières offre des soins de santé maternelle et infantile en Sierra Leone, notamment dans les districts de Tonkolili, Koinadugu et Kenema. 

Les équipes de Médecins Sans Frontières soutiennent les services de pédiatrie, de néonatalogie, la maternité et le laboratoire de transfusion sanguine de l’hôpital de Magburaka dans le district de Tonokolili. Elles fournissent également du matériel et du personnel au centre de santé spécialisé dans les soins de santé maternels et infantils. Dans la chefferie de Yoni, toujours dans le district de Tonokolili, l’association offre des soins obstétricaux d’urgence dans un centre de santé communautaire.

Dans le district de Koinadugu, Médecins Sans Frontières a réhabilité l’hôpital de Kabala, pour augmenter sa capacité d’offre de soins pédiatriques et ouvrir une unité de néonatalogie. Les équipes offrent également des soins obstétricaux, dans un projet qui vise à réduire la mortalité maternelle, néonatale et infantile dans le district. 

Dans le district de Kenema, MSF a réhabilité le poste de santé de Konta et les installations du centre de santé communautaire de Baama, deux unités sanitaires périphériques, et fournit des médicaments et du matériel tels que des aliments thérapeutiques pour les enfants.

En mars 2019, MSF a accueilli les premiers patients dans son nouvel hôpital de 63 lits situé dans la ville de Hangha, dans le district de Kenema. L'hôpital dispose d’un laboratoire et d’une banque de sang, et propose des services pédiatriques comprenant une salle d'urgence, une unité de soins intensifs, un centre d'alimentation thérapeutique, un service de pédiatrie générale et un service d'isolement pour les cas suspects de fièvre de Lassa.