Opération

Sierra Leone : soins de santé maternelle et infantile

© Xaume Olleros

Depuis 2008, Médecins Sans Frontières offre des soins de santé maternelle et infantile en Sierra Leone.

Les équipes de Médecins Sans Frontières travaillent notamment dans les districts de Tonkolili et de Koinadugu.

Le personnel de MSF fournit des soins aux femmes présentant des complications pendant la grossesse au Centre de référence de Gondama, en Sierra Leone (octobre 2012).
 © Lynsey Addario/VII
Le personnel de MSF fournit des soins aux femmes présentant des complications pendant la grossesse au Centre de référence de Gondama, en Sierra Leone (octobre 2012). © Lynsey Addario/VII

Pourquoi Médecins Sans Frontières intervient ?

Selon l’Organisation mondiale de la santé, la Sierra Leone possédait en 2016 le taux de mortalité maternelle le plus élevé au monde, avec près de 1360 décès pour 100 000 naissances. Ces chiffres sont notamment le fait d’un accès problématique aux soins obstétricaux d’urgence de qualité. Des années de guerre civile ont anéanti le système de santé du pays, qui manque de personnels et d’infrastructures médicaux. On estime également qu’environ 10 % des professionnels de santé figurent parmi les quelque 4 000 personnes qui ont succombé à la récente épidémie de maladie à virus Ebola.

Notre intervention

Depuis 2008, Médecins Sans Frontières offre des soins de santé maternelle et infantile en Sierra Leone, notamment dans les districts de Tonkolili et de Koinadugu.

Les équipes de Médecins Sans Frontières soutiennent les services de pédiatrie, de néonatalogie, la maternité et le laboratoire de transfusion sanguine de l’hôpital de Magburaka dans le district de Tonokolili. Elles fournissent également du matériel et du personnel au centre de santé spécialisé dans les soins de santé maternels et infantils. Dans la chefferie de Yoni, toujours dans le district de Tonokolili, l’association offre des soins obstétricaux d’urgence dans un centre de santé communautaire.

Dans le district de Koinadugu, Médecins Sans Frontières a réhabilité l’hôpital de Kabala, pour augmenter sa capacité d’offre de soins pédiatriques et ouvrir une unité de néonatalogie. Les équipes offrent également des soins obstétricaux, dans un projet qui vise à réduire la mortalité maternelle, néonatale et infantile dans le district.