Opération

RDC : assistance aux populations victimes de conflit et réponse aux urgences

20 février 2018
© Diana Zeyneb Alhindawi

Médecins Sans Frontières offre une assistance et une réponse aux urgences médicales aux populations de la République démocratique du Congo (RDC).

Les équipes de Médecins Sans Frontières travaillent notamment dans les régions de l’est, du sud et du centre du pays, soumises à des conflits armés. La République démocratique du Congo est le premier pays d’intervention de l’association, en terme de déploiement de ressources humaines et financières.

© MSF juin 2017

Des violences intercommunautaires dans la province de Tanganyika, dans l’est de la RDC, ont déplacé plus de 400 000 personnes entre 2016 et 2017, qui pour la plupart vivent dans des campements informels et manquent de tout, en premier lieu de nourriture et d’eau. « Si on ne fait rien, ces gens vont mourir. » Narcisse Wega Kwekam, coordinateur d’urgence adjoint.

Pourquoi Médecins Sans Frontières intervient ?

La République démocratique du Congo est un pays immense, 3,5 fois plus grand que la France, peuplé de près de 80 millions d’habitants plongé dans une des crises humanitaires les plus complexes et les plus longues du monde. L’est du pays est encore bouleversé par les guerres du Congo, qui auraient fait près de 6 millions de morts du milieu des années 90 au début des années 2000. Plus de 1,5 million de déplacés vivent dans les provinces du Kivu, encore en proie à des affrontements impliquant de nombreux groupes armés. Depuis 2016, deux nouvelles crises - dans les régions du Kasaï et du Tanganyika - accentuent encore la pression sur le pays et les populations : en 2017 on comptait 4,1 millions de personnes déplacées en République démocratique du Congo (HCR, 2017).

Malgré des ressources naturelles immenses, la RDC reste un des pays les plus pauvres du monde, classé 176 sur 188 à l’indice de développement humain (ONU, 2016), et ses habitants ont un accès très faible aux soins de santé. L’espérance de vie dans le pays est d’environ 58 ans et près un enfant sur dix meurt avant l’âge de cinq ans.

La République démocratique du Congo est un des pays d’intervention de Médecins Sans Frontières les plus importants, en terme de patients pris en charge et de déploiement de ressources humaines et financières. L’association intervient aussi bien en réponse aux problèmes liés aux crises et conflits armés (déplacements de populations, traumatismes liés aux conflits, chirurgie de guerre), que pour porter assistance aux populations qui font face à des problèmes majeurs de santé publique comme le VIH/Sida, la maladie du sommeil, la violence sexuelle, la malnutrition, le paludisme ou le déclenchement d’épidémie (choléra, rougeole, fièvre jaune ou typhoïde, Ebola).

Notre intervention

Médecins Sans Frontières offre une assistance médicale et une réponse aux urgences médicales aux populations de la République démocratique du Congo, notamment dans les régions du Kasaï, des Kivus et du Tanganyika.

Faire face aux urgences

Médecins Sans Frontières dispose de plusieurs unités de réponse aux urgences en RDC. Elles sont basées à Kinshasa, à Bukavu au Sud-Kivu, à Goma au Nord-Kivu et dans la région du Tanganyika, tandis que des équipes mobiles conduisent des missions exploratoires. Ces unités de réponse aux urgences effectuent une veille sanitaire et peuvent intervenir rapidement sur plusieurs types d’alertes : épidémie (rougeole, typhoïde, fièvre hémorragique, méningite, diarrhée sanglante) ; catastrophes naturelles ; afflux de blessés liés à des conflits ; déplacements de populations.

L’équipe d’urgence basée à Kinshasa a par exemple conduit 26 interventions en 2016, liées au choléra, à la rougeole, à la fièvre typhoïde et aux déplacés, et soigné 330 000 personnes dans tout le pays.

Les provinces du Kivu

Les provinces du Nord-Kivu et du Sud-Kivu étaient l’épicentre des guerres du Congo et demeurent instables depuis. On compte plus de 120 groupes armés actifs dans la région, et près de 850 000 personnes vivent dans des camps de déplacés. De nombreux déplacés vivent également dans la forêt, ou hébergés par des familles dans les villages. Médecins Sans Frontières travaille, entre autres, dans l’hôpital de Mweso, où l’association soutient presque tous les services : chirurgie, pédiatrie, maternité, santé mentale, salle des urgences, prise en charge des personnes affectées par le VIH/Sida et la tuberculose. Les équipes de Médecins Sans Frontières soutiennent également plus de dix centres de santé, et offrent des soins de santé primaire, une prise en charge du paludisme, des infections respiratoires et des diarrhées, et de la malnutrition infantile.

Région du Tanganyika

La région du Tanganyika est soumise à des violences intercommunautaires depuis 2013, et on compte près de 500 000 personnes déplacées dans la région. L’accès aux soins de santé est restreint dans cette région, pour de nombreuses personnes et particulièrement pour les déplacés, qui ne peuvent atteindre les centres de santé ou n’ont pas les moyens de payer pour leurs soins. Médecins Sans Frontières travaille par exemple à Manono et offre des soins de santé pédiatriques, médico-nutritionnels et une prise en charge de la rougeole entre autres. L’association offre également une assistance médicale aux déplacés dans les territoires de Kalemie et Kansimba grâce à des cliniques mobiles.

Région du Kasaï

Depuis 2016 la région du Kasaï, au centre de la République démocratique du Congo, est devenue le lieu d’un conflit et d’une crise humanitaire de grande ampleur : plus d’un million de personnes se sont déplacées pour fuir les violences. Les équipes mobiles de Médecins Sans Frontières offrent une assistance médicale aux populations, dans de nombreux villages de la région, en particulier aux enfants victimes de malnutrition. L’association effectue également un support et des donations de médicaments et de matériel aux centres de santé locaux. Dans la région de Tshikapa, où MSF travaille notamment, l’association soutient 12 centres nutritionnels thérapeutiques ambulatoires.