Fonds d’urgence COVID-19

Donnez à nos équipes les moyens de faire face à l’épidémie et à ses conséquences sur nos terrains d’intervention.

Je donne

Territoires palestiniens : la suspension de l'aide financière entraîne une aggravation de l'accès aux soins pour les Palestiniens

Médecins Sans Frontières (MSF) est préoccupée par la réduction de l'accès de la population aux soins médicaux dans les Territoires occupés palestiniens, et en particulier dans le district d'Hébron en Cisjordanie.



Depuis que les principaux bailleurs de fonds (Etats-Unis, Union européenne, Canada, Japon) ont suspendu leur aide financière à l'Autorité palestinienne, la situation sociale et économique connaît une dégradation continue dans les Territoires palestiniens au point d'atteindre un seuil critique. Conséquence visible de la baisse des financements du ministère palestinien de la Santé, les pénuries de médicaments et de matériel médical sont devenues critiques, malgré les donations ponctuelles de différentes acteurs.

La situation s'est aggravée depuis que le personnel médical relevant du ministère de la Santé a lancé un mouvement de grève, le 29 août. C'est là une autre conséquence des coupes budgétaires, étant donné que ces fonctionnaires n'ont pas été payés depuis le mois de mars, hormis quelques versements partiels.

A Hébron, les effets de la grève sont particulièrement sensibles. Comme partout en Cisjordanie, les urgences ne sont assurées que pour les cas extrêmement graves dans les hôpitaux publics - même les maternités sont fermées. Les 112 centres de soins du district d'Hébron sont fermés. A Hébron et à Naplouse, toutes les pharmacies dépendant du ministère de la Santé affichent porte close, sauf pour quelques médicaments d'urgence comme l'insuline. L'accès de la population aux services de santé et aux médicaments s'est ainsi réduit de manière dramatique. Bien que les pharmacies privées soient ouvertes, les populations les plus pauvres n'ont pas les moyens d'y acheter des médicaments. MSF est préoccupée par l'impact global sur la santé de la population si la situation actuelle perdure.

Les équipes de MSF suivent la situation de près et font, régulièrement depuis avril, des donations de médicaments aux hôpitaux de Gaza et Hébron. En août, pour remédier aux pénuries croissantes, MSF a ouvert une salle de consultation à Hébron où les patients pauvres peuvent recevoir certains médicaments essentiels pour des pathologies chroniques sévères. A cause de la grève, ces patients ne peuvent plus du tout se procurer leurs médicaments, MSF va donc élargir la gamme des médicaments proposés pour permettre à ces malades de poursuivre leur traitement.

MSF exprime de nouveau sa préoccupation quant aux répercussions que la décision politique de la suspension de l'aide entraîne sur la population déjà durement éprouvée par la quasi-paralysie de l'économie et les difficultés de déplacement dans les Territoires.

Depuis 1989, MSF travaille dans les Territoires occupés palestiniens, pour traiter les conséquences médicales du conflit. Depuis 2000, MSF fait porter son effort sur le soutien psychologique, accompagné d'une aide médicale et sociale aux familles souffrant de traumatismes aigus et n'ayant pas accès aux soins. Aujourd'hui, les équipes de MSF travaillent à Naplouse, Hébron et Gaza.
Brigitte Breuillac : + 33 1 40 21 28 42

À lire aussi