Fonds d’urgence COVID-19

Donnez à nos équipes les moyens de faire face à l’épidémie et à ses conséquences sur nos terrains d’intervention.

Je donne

Soudan - Darfour: rougeole et malnutrition augmentent... L'état de santé de centaines de milliers de déplacés du Darfour se dégrade dramatiquement.

Paris, le 28 avril 2004. L'état de santé des populations déplacées dans le Darfour, et notamment des enfants, se dégrade sévèrement faute de recevoir des secours aussi urgents qu'appropriés.
En préventif, les équipes de MSF ont vacciné contre la rougeole 15.000 enfants âgés de 6 à 59 mois à Mornay. Malheureusement, à Nyertiti et Zalinge, une vaccination tardive a amené les équipes MSF à prendre en charge des centaines de cas de rougeole chez les enfants de déplacés. Maladie extrêmement contagieuse et dont les complications peuvent être mortelles, la rougeole affecte en premier lieu les enfants fragilisés sur le plan nutritionnel.

D'ailleurs, les équipes MSF présentes sur ces terrains constatent une dégradation de l'état nutritionnel des enfants notamment. A Mornay, qui regroupe environ 80.000 déplacés, dans la semaine du 19 au 23 avril, 107 nouvelles admissions ont été enregistrées dans le centre de nutrition intensive de MSF, qui compte aujourd'hui 333 enfants sévèrement malnutris, auxquels s'ajoutent 1.623 enfants modérément malnutris et pris en charge dans des centres de nutrition supplémentaire. Une distribution générale de vivres pour deux semaines a été effectuée le 15 mars par le PAM et les stocks sont épuisés depuis début avril. Depuis, seule une distribution de ration de survie a été effectuée par MSF les 22 et 23 avril pour 14.500 enfants de moins de cinq ans. Toujours à Mornay, les équipes MSF fournissent 550.000 litres d'eau potable chaque jour compte tenu des graves problèmes d'accès à l'eau.
A Zalinge et Nyertiti, ce sont respectivement 250 et 80 enfants sévèrement malnutris qui sont pris en charge dans les centres thérapeutiques et 950 qui sont soignés en centre supplémentaire.

Malgré les annonces de secours, l'aide est très insuffisante, la mobilisation se fait attendre et les rares organisations opérationnelles ne peuvent couvrir l'ensemble des besoins. Par conséquent, alors que l'on évalue de 600.000 à 800.000 le nombre des déplacés dus à ces violences dans le Darfour, les populations ne bénéficient d'aucune assistance alimentaire dans une large majorité de la région. Par ailleurs, les abris et l'eau potable manquent drastiquement et l'accès aux soins est extrêmement limité.
Or ces personnes sont totalement dépendantes des secours pour survivre et, si les promesses d'aide ne se concrétisent pas très vite, la dégradation déjà à l'oeuvre ne pourra que s'amplifier. Sans une réponse urgente et un pré-positionnement massif et urgent de nourriture, de médicaments et d'abris, la survie de centaines de milliers de déplacés est d'autant plus menacée que l'arrivée des pluies, dès le mois de mai, va rendre les routes impraticables, empêchant l'acheminement des secours, notamment des vivres. Il y a donc urgence à agir.

Une quarantaine de volontaires MSF et des centaines de Soudanais apportent une aide médicale, nutritionnelle et sanitaire à près de 250 000 déplacés regroupés sur plusieurs sites : Mornay Zalinge, Nyertiti, Kerenik Garsila et, 4 sites alentour : Bindissi, Deleig, Umkher et Mukjar. Des évaluations sont en cours dans le Nord Darfour, à El Fasher, Kutum (environ 108 000 déplacés) et Kebkabya (environ 45 000 déplacés). Les équipes réalisent des consultations, réfèrent les blessés graves, prennent en charge les enfants sévèrement et modérément malnutris, fournissent de l'eau potable, distribuent du matériel de première nécessité. MSF est également présent dans l'hôpital d'El Genina. MSF est présent dans la région depuis la mi-décembre 2003. D'autres équipes MSF apportent une assistance aux Soudanais réfugiés au Tchad, dans les villes frontalières d'Adre, Birak et Tine.

 


À lire aussi