Fonds d’urgence COVID-19

Donnez à nos équipes les moyens de faire face à l’épidémie et à ses conséquences sur nos terrains d’intervention.

Je donne

Mortalité massive, réponse inadéquate. MSF appelle à l’utilisation d’aliments adaptés pour soigner la malnutrition.

Médecins Sans Frontières lance un appel pour développer et étendre
l'utilisation des pâtes nutritives prêtes à l'emploi afin de réduire la
mortalité infantile liée à la malnutrition. Chaque année cinq millions
d'enfants malnutris meurent avant leurs cinq ans. L'aide alimentaire ne
répond pas aux besoins des enfants les plus à risque.

« La question n'est pas seulement la quantité de nourriture que reçoivent les enfants, mais la qualité», estime le Dr Christophe Fournir, président du Conseil international de MSF. S'ils n'ont pas l'apport nécessaire de vitamines et de nutriments essentiels dans leur alimentation, les jeunes enfants deviennent vulnérables face à des maladies qu'ils auraient normalement pu combattre facilement. Les appels en faveur de l'augmentation de l'aide alimentaire ignorent les besoins spécifiques des enfants en bas âge, qui sont le plus en danger de mort. »

Les pâtes nutritives prêtes à l'emploi, qui se présentent sous forme de rations individuelles, contiennent tous les nutriments, vitamines et minéraux essentiels pour la croissance des jeunes enfants. Ces pâtes denses, à base de poudre de lait, de sucre et de graisses végétales, peuvent être produites localement, stockées et transportées facilement, même sous les climats chauds. Elles permettent à l'enfant de récupérer un bon état nutritionnel et de reprendre sa croissance. Comme ces produits sont prêts à l'emploi, ce sont principalement les mères – et non le personnel médical - qui soignent leurs enfants, à la maison. Il est ainsi possible d'atteindre beaucoup plus d'enfants à risque et de sauver plus de vies.

«En Somalie, nous donnons actuellement des aliments thérapeutiques prêts à l'emploi aux enfants qui souffrent de malnutrition aiguë. Ils reprennent du poids et des forces en l'espace de deux semaines, explique le Dr Gustavo Fernandez, chef de mission en Somalie. Ces produits sont pratiques d'utilisation dans des endroits comme la Somalie où l'insécurité est grande. Les distributions générales de nourriture sont certes nécessaires, mais elles sont peu efficaces pour soigner les enfants de moins de trois ans.»

Les gros foyers de mortalité infantile liée à la malnutrition se trouvent dans la Corne de l'Afrique, au Sahel et en Asie du Sud. Selon une estimation de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), 20 millions de jeunes enfants souffrent de malnutrition aiguë sévère dans le monde. Or seulement 3% d'entre eux, selon MSF, auront reçu des pâtes nutritives prêtes à l'emploi en 2007.

Les recommandations de l'OMS, du Programme alimentaire mondial (PAM) et de l'Unicef, qui limitent l'utilisation de ces produits aux seuls enfants atteints des formes les plus graves de la malnutrition sont trop restrictives. Compte tenu de leurs qualités nutritionnelles, ces produits sont à même de traiter la malnutrition à un stade précoce et sont plus efficaces que les farines enrichies généralement distribuées. MSF a mené un programme pilote avec un produit prêt à l'emploi distribué comme supplément nutritionnel pour les enfants à risque..

«Plutôt que d'attendre que les enfants ne tombent gravement malades, nous avons décidé d'anticiper», explique le Dr Susan Shepherd, coordinatrice médicale pour MSF à Maradi, au Niger. Dans notre programme, nous donnons à tous les enfants de moins de trois ans vivant dans les zones à risque des produits prêts à l'emploi qui contiennent les nutriments faisant défaut dans leur régime alimentaire.»

Au Niger, MSF donne aux mères, à titre préventif, des petits pots de pâte nutritive, à utiliser en supplément de leurs repas habituels. Les premiers résultats de ce programme, qui s'adresse à plus de 62 000 enfants, montrent que ces produits sont nettement plus efficaces que la distribution classique de farines enrichies et d'huile.

MSF appelle les bailleurs de fonds et les agences des Nations unies à accélérer l'introduction de ces produits et à étendre leur utilisation. Cela nécessitera l'affectation de nouveaux fonds pour couvrir les 750 millions d'euros que coûterait le traitement des plus vulnérables. Et cela ne suffira pas, il faut aussi réorienter les stratégies d'aide alimentaire pour y intégrer les nouveaux produits qui ont les qualités nutritives requises pour les enfants malnutris.

MSF a commencé à prendre en charge la malnutrition avec des pâtes nutritives prêtes à l'emploi quand ces produits de nouvelle génération sont apparus à la fin des années 90. En 2006, MSF a traité plus de 150 000 enfants souffrant de malnutrition aiguë dans 22 pays.

À lire aussi