Soyez là où votre don sauve des vies

Zimbabwe - Le choléra se propage encore

Chaque jour plusieurs dizaines de malades du choléra se rendent aux points de réhydratation orale dispersés dans toute la ville et parmi eux la moitié sont sévèrement déshydratés et ont besoin d'un traitement par intraveineuse
Chaque jour, plusieurs dizaines de malades du choléra se rendent aux points de réhydratation orale dispersés dans toute la ville et parmi eux, la moitié sont sévèrement déshydratés et ont besoin d'un traitement par intraveineuse © Joanna Stravropoulou

L'épidémie de choléra a débuté il y a maintenant sept mois au Zimbabwe.
Un nombre de cas significatifs continuent d'être recensés dans la capitale,
Harare, et les malades sont de plus en plus nombreux dans les zones
rurales. Le nombre de cas de cholera augmente aussi dans les pays
voisins.

Plus de deux cents admissions en 24 heures dans le centre de traitement du choléra de Kadoma le 21 janvier : dans cette ville située à 130 kilomètres au sud-est de Harare, l'épidémie se propage encore.

Les équipes MSF ont déjà soigné plus de 11 000 malades du choléra au Zimbabwe depuis le mois d'août. Le pic n'a pas encore été atteint dans des districts ruraux.

Choléra dans les zones rurales. La deuxième semaine de janvier, MSF a enregistré 900 cas dans les zones rurales, le chiffre le plus élevé depuis le début de l'épidémie.
La situation est particulièrement inquiétante dans le district de Bikita, situé entre les provinces de Masvingo et de Manicaland.

Les équipes de MSF sont divisées en petits groupes pour soigner les personnes récemment contaminées. Six nouveaux centres ont été ouverts mi-janvier.

Depuis le début de l'épidémie MSF a mis en place plus de 50 centres de traitement et la mortalité liée à la maladie reste basse.


Amélioration en zone urbaine
. Dans la capitale Harare et sa périphérie, MSF reçoit de moins en moins de malades dans les centres de traitement, même si il y avait encore 600 patients la semaine dernière.

Depuis le mois d'août, les équipes de MSF ont déjà soigné plus de 11000 malades du choléra au Zimbabwe.


Chaque jour, plusieurs dizaines de malades du choléra se rendent aux points de réhydratation orale dispersés dans toute la ville et parmi eux, la moitié sont sévèrement déshydratés et ont besoin d'un traitement par intraveineuse.

Des mesures préventives comme des distributions de solution chlorée et la promotion de l'hygiène ont été mises en place dans certaines banlieues densément peuplées où l'on signale de nouveaux cas.


Grave détérioration en Zambie. La situation s'aggrave en Zambie. Il y a eu plus de 1 160 cas de choléra et 36 décès liés répertoriés dans la capitale, Lusaka, entre octobre et mi-janvier.

Le nombre de cas augmente rapidement ces dernières semaines : ainsi, entre le 12 et le 18 janvier, 301 nouveaux cas ont été signalés.

MSF a mis en place un centre de traitement du choléra. « L'épidémie se propage dans les quartiers périphériques sud, surpeuplés, où les infrastructures sanitaires sont quasiment inexistantes » décrit Jon Irwin, chef de mission pour MSF en Zambie.

Cliquer ici pour agrandir la carte


Cas de cholera dans les pays voisins. Au Malawi, dans la capitale, Lilongwe, MSF participe à l'isolation des patients dans les 11 centres de traitement ouverts par le ministère de la Santé. La première semaine de janvier, on dénombrait plus de 800 cas au Mozambique, ce qui n'est pas anormal pour cette période de l'année. Les cas de choléra sont habituellement plus nombreux dans ces zones pendant la saison des pluies.

À lire aussi