Fonds d’urgence COVID-19

Donnez à nos équipes les moyens de faire face à l’épidémie et à ses conséquences sur nos terrains d’intervention.

Je donne

Sud-Darfour - 4 700 enfants malnutris soignés à Adila

Adila Sud Darfour. Tous les enfants malnutris de moins de cinq ans sont admis dans le programme MSF.
Adila, Sud-Darfour. Tous les enfants malnutris de moins de cinq ans sont admis dans le programme MSF. © Julie Damond/ MSF

A la frontière avec le Kordofan, au Sud-Darfour, MSF a pris en charge près de 4 700 enfants malnutris dans la région d'Adila entre avril et octobre 2008.

En avril dernier, un projet de prise en charge de la malnutrition aiguë débutait dans la région d'Adila, au Sud-Darfour. Plusieurs facteurs avaient motivé l'intervention de MSF.

Du fait de l'insécurité récurrente dans cette région, les populations étaient restées fortement isolées du système de l'aide, et n'avaient reçu aucune assistance humanitaire significative depuis plus de quatre ans.

La zone d'Adila avait aussi été identifiée par l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) comme une des régions du Sud-Darfour où la situation alimentaire des populations était la plus préoccupante.

Une rapide enquête nutritionnelle effectuée en mars révélait un taux de malnutrition aiguë globale de 14% et une proportion importante d'enfants à risque de malnutrition sévère.

Une intervention en urgence était décidée entre avril et octobre, période la plus critique de l'année, où les réserves de nourriture disponibles s'amenuisent.

Après sept mois d'activités, près de 4 700 enfants souffrant de malnutrition aiguë ont pu être soignés.

Les critères d'admissions dans le programme ont été élargis aux enfants de moins de 5 ans souffrant de malnutrition modérée. 80% des enfants suivis recevaient ainsi un traitement de manière précoce, avant qu'ils ne soient sévèrement malades.

En juillet 2008, sur le marché de Sherif, village situé à quelques kilomètres d'Adila, un groupe de femmes exprimaient ainsi les inquiétudes de la population : « En plus de la guerre, il n'y a pas eu assez de pluie, et les insectes ont dévasté, l'année dernière, le peu qu'il restait dans les champs. Les prix augmentent. Le jerrycan de millet est passé de 4 à 6 pounds et le sorgho de 3 à 4 pounds. »

A cette situation s'ajoutent les conséquences directes du conflit en cours, empêchant régulièrement les populations d'aller cultiver leurs champs.

Avec l'arrivée de la nouvelle récolte en octobre, la situation nutritionnelle des populations devrait connaître une amélioration et le nombre d'admissions d'enfants malnutris baisser. MSF a organisé son départ de la zone en effectuant une passation du projet au ministère de la Santé soudanais et à d'autres acteurs de l'aide.

Complément d'information

Le traitement des enfants atteints de malnutrition aiguë

Les enfants souffrant de malnutrition sont traités au moyen de pâtes de lait enrichies prêtes à l'emploi qui offrent l'avantage de pouvoir soigner un grand nombre d'enfants à domicile.

Les mères viennent une fois par semaine chercher la quantité de produit thérapeutique nécessaire au traitement de leur enfant. Seuls ceux présentant des complications médicales doivent être hospitalisés.

A Adila, pour tous les enfants admis dans le programme, chaque mère reçevait 5 kg de millet et 1L d'huile par semaine, le temps du traitement ; une manière de soutenir plus largement ces familles, dont la situation alimentaire quotidienne était préoccupante, surtout pendant la période d'avril à octobre.

 

À lire aussi