Fonds d’urgence COVID-19

Donnez à nos équipes les moyens de faire face à l’épidémie et à ses conséquences sur nos terrains d’intervention.

Je donne

Retour sur notre programme de soutien psychologique

Fin avril, l'équipe de MSF a transféré au ministère de la santé iranien et aux autorités locales son programme de soutien psychologique. L'occasion pour nous de revenir sur ce programme d'aide et de soutien auprès des victimes du tremblement de terre qui a dévasté la région de Bam en décembre 2003.

Le 26 décembre 2003, la ville de Bam subissait un tremblement de terre d'une intensité de 6.7 sur l'échelle de Richter. Les équipes de Médecins Sans Frontières se sont immédiatement mobilisées pour fournir de l'aide médicale et évaluer les besoins. MSF a l'expérience des catastrophes naturelles et sait qu'une prise en charge, immédiate et sur du " long-terme ", des besoins en santé mentale doit être mise en place auprès d'une population survivante qui doit gérer ce qui vient de se passer et se préparer à l'avenir.

D'autres programmes spécifiquement dédiés à la santé mentale ont été développés dans des circonstances similaires. Le bilan officiel des victimes de Bam fait état de 26 000 morts : la plupart des habitants ont perdu un membre de leur famille, un ami... Pour la majorité, la destruction de leur propriété était totale. Le rôle des psychologues a été de mener des évaluations et d'offrir un exutoire aux angoisses et aux inquiétudes de cette population sinistrée.
illustration
Iran - janvier 2004
Ce couple se recueille sur la tombe de leurs deux filles décédées lors du tremblement de terre.

40 jours de deuil n'ont pas suffi
Dans la culture iranienne, la mort d'un proche est suivie de 40 jours de deuil. Un moment à part où les familles peuvent se consacrer à cette perte, un temps pour se poser et se préparer à aller de l'avant. Cependant, l'impact du tremblement de terre de Bam était considérable et, bien que 40 jours se soient écoulés et malgré le fait que les gens aient tenté de retourner à une vie " normale ", les effets post-traumatiques du tremblement de terre se sont manifestés. Ce n'était donc pas une surprise lorsque les sentiments de frustration et de culpabilité, silencieusement retenus pendant quelque temps, ont commencé à émerger.

Chacun a réagi à sa manière : certains s'en sont pris à la communauté internationale qui a mis, selon eux, trop longtemps à réagir et à apporter les premiers et essentiels secours ; beaucoup ressentent une immense colère, ils ne peuvent pas dire pourquoi ni d'où elle vient ils la ressentent c'est tout ; quelques uns incriminent le manque de qualité des constructions et parlent du besoin d'améliorer les normes anti-sismiques des habitations ; pour beaucoup, le séisme a été une punition, une " volonté de Dieu ", ils méritaient cette catastrophe car trop égoïstes " avant ", pas désireux de s'entraider quand tout allait bien ; pour d'autres, le simple fait de vivre à proximité d'une " mauvaise personne " était suffisant pour être eux-aussi punis.

Le choc bloquait la reconstruction
Le degré du choc ressenti a eu des conséquences sur la mise en place de notre programme d'aide psychologique. Même si nous savions que les besoins existaient, la population était encore trop choquée pour penser demander de l'aide. Nous avons dû beaucoup communiquer, déployer énormément de patience avant que les gens ne réagissent. Le soutien psychologique doit être une action proactive où ceux qui apportent l'aide rendent visite à des personnes qui ne sont souvent pas conscientes d'à quel point elles ont été touchées par le désastre. Il n'y a pas que le soutien psychologique qui a demandé du temps. Les distributions de tentes, de nourriture, d'eau ont également mis du temps à se mettre en place au sein de la communauté. L'aide existait, mais les gens étaient dans l'incapacité de tirer parti de ce qui était disponible et proposé. Le choc était encore présent : nos psychologues retrouvaient des personnes assises à un coin de rue, hébétées et confuses, deux semaines après le drame.

Puis, le temps passant, les rescapés étaient de plus en plus à même de réagir à la situation et de commencer à se reconstruire une vie. Les besoins concrets sont redevenus prioritaires, les demandes pour avoir à nouveau accès à l'eau, à l'hygiène, au gaz et à l'électricité étaient les premiers signes évidents d'une volonté de retour à la normalité. Vers la mi-février, il y a eu quelques signes d'amélioration. Les survivants reconnaissaient qu'ils avaient besoin de parler de ce qui s'était passé, de ce qu'ils avaient enduré, se sentaient prêts à aller de l'avant. Cependant, pour certains, le traumatisme restait insurmontable. Ainsi, une femme nous disait faire tellement de cauchemars qu'elle s'enfuyait, chaque nuit, paniquée de sous sa tente. Les demandes de médicaments pour dormir ou même oublier ce qui s'était passé étaient fréquentes.
illustration
Iran- janvier 2004
Les équipes mobiles de MSF vont à la rencontre des familles hébergées dans des tentes, installées souvent à proximité des restes de leur maison.

Nouer le contact
Etablir un lien avec ces gens était essentiel. Les survivants n'étaient pas en état de se rendre compte de leurs besoins et de la nécessité de nos visites. C'est pourquoi il était crucial que ce soit nous qui leur rendions visite et leur apportions directement notre soutien et ce dès les premiers jours et semaines qui ont suivi le séisme.

Les psychologues de Médecins Sans Frontières faisaient le tour des camps, "frappant" aux entrées des tentes et expliquant ce que nous pouvions apporter. La plupart des gens étaient contents de les voir.

Il y a eu les premières consultations. Les patients nous parlaient d'amis, de membres de leur famille qui se sentaient mal, dans un état " pire " que le leur. Il est fréquent que les gens mentalement fragiles " avant " souffrent encore davantage " après " d'avoir survécu. Le bouche à oreille a été rapide et nos équipes se sont rapidement rendues compte que beaucoup avaient entendu parler de nos visites et attendaient que nous nous présentions à la " porte " de leur tente.

La manière de procéder était souvent la même : une petite discussion anodine, au début, débouchait rapidement sur une conversation plus longue et approfondie sur le séisme et les conséquences que ça a eu pour la famille. Les psychologues pouvaient alors évaluer le degré de souffrance et le besoin des rescapés d'être soignés et suivis. Ceux qui surmontaient mieux que les autres leur traumatisme étaient aussi sensibilisés afin de veiller sur ceux qui dans leur entourage souffraient peut être davantage et nécessitaient le soutien de leurs proches.

Reconnaître sa souffrance
L'aptitude à reconnaître qu'on est psychologiquement affaibli peut être une des clés d'un rétablissement rapide et aider, le temps passant, à se sentir mieux. Réaliser la sévérité des conséquences du séisme sur l'état psychologique des rescapés était souvent plus facile via des sessions de groupe, quand familles ou groupes d'amis pouvaient discuter librement et réaliser que ce qu'ils ressentaient était partagé par d'autres. Ce partage est important car il amoindrit le sentiment de culpabilité individuel.

L'urgence passée, Médecins Sans Frontières a transféré son programme de soutien psychologique au ministère de la santé iranien et aux autorités locales. Notre expérience à Bam a démontré le réel besoin de continuer à soutenir psychologiquement, y compris sur du long-terme, la population. Les autorités locales sont désormais informées des besoins et des possibilités de soigner.

Photos : Tim Dirven

À lire aussi