RDC - Campagne de vaccination contre la rougeole auprès de 620 000 enfants

Plus de deux mille cas de rougeole ont été recensés dans la région de Tanganyika depuis le début de l'année et 35 décès ont été répertoriés au cours des six premiers mois de l'année.
Plus de deux mille cas de rougeole ont été recensés dans la région de Tanganyika depuis le début de l'année et 35 décès ont été répertoriés au cours des six premiers mois de l'année. ©MSF

Une épidémie de rougeole sévit dans la région du Tanganyika, dans l'est de la RDC, où des centaines de milliers d'enfants ne sont pas immunisés. MSF déploie une vaste intervention d'urgence pour soigner les malades et mener une campagne de vaccination pendant quatre mois.

Kinshasa, le 15 juillet 2008 - Plus de deux mille cas de rougeole ont été recensés dans la région de Tanganyika depuis le début de l'année et 35 décès ont été répertoriés au cours des six premiers mois de l'année. Le bilan peut toutefois s'avérer plus lourd, les complications de la maladie qui entraînant la mort, parfois plusieurs semaines après l'infection.

«La rougeole est une maladie très contagieuse et qui tue de nombreux enfants ici,» explique Josep Prior chef de mission de MSF en République Démocratique du Congo. «Les enfants de moins de cinq ans sont les principales victimes, mais les plus âgés peuvent également attraper ou transmettre le virus.»

MSF a donc décidé de soutenir le système de santé en s'assurant que les malades atteint de rougeole puissent être isolés et recevoir à temps les médicaments nécessaires. Les équipes médicales se concentrent sur les cas sévères, ceux qui ont développé des complications telles des infections respiratoires, la diarrhée, la déshydratation ou encore la malnutrition.
Dans le même temps, des équipes vont vacciner tous les enfants âgés de six mois à 15 ans dans 10 zones de santé. On estime le nombre d'enfants à vacciner à 620 000, une campagne de grande ampleur.

Cette région est gigantesque, l'épidémie sévit un peu partout et l'accès aux villages peut difficilement se faire en voiture.
Anne Wouters, responsable MSF.

Une génération entière d'enfants n'a pas été régulièrement immunisée et se trouve particulièrement exposée aujourd'hui, dans un district d'une superficie de plus de 150 000 Km2, soit un quart de la taille de la France. «Dans le Tanganyika, ajoute Josep Prior, la vaccination de routine n'a pas fonctionné durant la guerre. Beaucoup de gens ont fui pendant des années, se sont cachés en brousse, se sont installés ailleurs, ont même quitté le Congo pour y revenir aujourd'hui. Cela fait deux ans à peine que la situation est pacifiée et que la population est de retour.»

Vacci RDC
L'épidémie sévit dans la région de Tanganyika, une région de 150 000 km2

Aujourd'hui encore, une partie de la population n'a pas ou peu accès à la santé primaire, vivant dans des régions difficiles d'accès. « Cette région est gigantesque, l'épidémie sévit un peu partout et l'accès aux villages peut difficilement se faire en voiture » décrit Anne Wouters, responsable d'une des équipes de vaccination MSF.

« Nous devrons nous adapter, être inventifs. Il faut utiliser des motos, des vélos et des bateaux sur le fleuve Tanganyika, qui longe tout le district. La logistique de cette vaccination est extrêmement complexe à organiser.»


Cette campagne de vaccination, menée en collaboration avec le personnel sanitaire local, a débuté le 7 juillet et durera quatre mois. Des équipes MSF composées de plus de 200 personnes vont sillonner les zones de Moba, Kalemie, Nyunzu, Nyemba, Ankoro, Kabalo, Manono, Kiambi, Kansimba et Kilwa.

À lire aussi