Être généreux ici, c’est soutenir nos médecins sur tous les terrains

ÊTRE GÉNÉREUX ICI, C'EST VACCINER SOUFFRANCE À BIRINGI

En savoir plus

Pakistan – Réorientation des activités médicales dans le Khyber Pakhtunkhwa

Hangu octobre 2010. Intervention chirurgicale.
Hangu, octobre 2010. Intervention chirurgicale. © Vali

Alors que les activités liées aux inondations diminuent, MSF continue d\'adapter ses interventions dans le nord-ouest du pays pour répondre à des besoins médicaux et chirurgicaux récurrents. À l\'hôpital d\'Hangu, plus de 200 interventions chirurgicales ont été réalisées depuis le mois d\'août.

Alors que les activités liées aux inondations diminuent, MSF continue d\'adapter ses interventions dans le nord-ouest du pays pour répondre à des besoins médicaux et chirurgicaux récurrents. À l\'hôpital d\'Hangu, plus de 200 interventions chirurgicales ont été réalisées depuis le mois d\'août.

La situation médicale et le contexte épidémiologique de la province du Khyber Pakhtunkhwa s'étant améliorés avec le retrait des eaux, MSF a fermé mi-octobre ses activités d'urgence. Dans les districts de Peshawar, Charsadda et Nowshera, les équipes fournissaient des soins primaires, un approvisionnement en eau, des biens de première nécessité ainsi que des tentes. MSF envisage néanmoins l'ouverture de nouvelles activités dans cette région, tandis qu'un projet gynéco-obstétrique est en cours d'ouverture dans le district de Peshawar. En collaboration avec le ministère de la Santé et les autorités locales, ce projet prévoit une prise en charge hospitalière des urgences gynécologiques et obstétricales, ainsi qu'un support aux soins gynéco-obstétriques en zone rurale.

Soins d'urgence et chirurgie à Hangu

Mi-mai, un projet médical et chirurgical a été démarré à Hangu, ville de 50 000 habitants située à trois heures de route de Peshawar.
Au cours des trois derniers mois, ce programme a accueilli quelque 5 600 patients. Dans un tiers des cas, les consultations sont liées à des traumatismes ou des violences. Plus de 200 interventions chirurgicales ont également été réalisées par les équipes MSF depuis la mi-août dans cet hôpital de référence du district.

Le projet bénéficie de retombées positives de la part de la population : « Au-delà des soins prodigués, les gens apprécient le capacité d'adaptation et le respect des coutumes locales de la part des équipes, dans un contexte particulièrement sensible », explique le Docteur Florian Cabanes, médecin anesthésiste à Hangu.

L'impact des inondations

Dès le mois de juillet, des cas de diarrhée avaient été déclarés dans le district, mobilisant nos équipes pour mettre en place un centre de traitement des diarrhées (CTD) de 60 lits. Entre mi-juillet et fin août, environ 1 400 cas de diarrhées, dont 460 cas sévères, ont été pris en charge dans le CTD de l'hôpital de Hangu.

Si la région de Hangu a été moins affectée que d'autres par les inondations, celles-ci ont néanmoins eu un impact sur le déroulement des activités médicales. « Un jour, l'eau est montée en 2 heures jusqu'au niveau des lits d'hospitalisation dans le centre de traitement des diarrhées », explique Marine Varlet, responsable du CTD de Hangu. « Nous avons alors dû évacuer les patients, les transporter dans les lits disponibles à l'intérieur de l'hôpital. Grâce à la réactivité des équipes, en moins d'une heure les quelques 40 patients avaient été transférés, et les soins avaient repris », poursuit Marine.

Autre conséquence, la difficulté à recruter du personnel médical, mobilisé dans des districts comme Peshawar et Charsadda, qui ont davantage été touchés par les inondations. Les routes et les transports ont également été affectés, rendant les transferts de patients très difficiles. « Il n'y avait pas d'ambulance, pas de moyen de transport, ni même de brancard. Certains malades sont arrivés dans leur lit, transportés par des voisins ou de la famille à pied ou dans des pick-up » conclut le Docteur Cabanes.

 

Les activités d'urgence MSF au Pakistan en chiffres :

- 56 991 consultations
­- 5 hôpitaux soutenus ou gérés
­- 7 cliniques mobiles
­- 6 centres de traitement de la diarrhée
­- 3 634 enfants traités pour malnutrition
­- 1 250 400 litres d'eau propre par jour distribués
- 714 latrines construites
- 58 270 kits de première nécessité et 14 538 tentes distribués
- 125 personnels internationaux et 1 200 pakistanais

 

 

À lire aussi