Nigeria : MSF vient en aide aux déplacés par le conflit au nord du pays

La population déplacée a été installée sur différents sites à Maiduguri.Ici des femmes nigériannes dans la salle de classe où elles logent dans le centre de formation des professeurs d’arabe. 
<p>La population déplacée a été installée sur différents sites à Maiduguri.</p><p>Ici des femmes nigériannes dans la salle de classe où elles logent dans le centre de formation des professeurs d’arabe. </p> ©Abraham Oghobase

La population déplacée a été installée sur différents sites à Maiduguri.

Ici des femmes nigériannes dans la salle de classe où elles logent dans le centre de formation des professeurs d’arabe. 

La plupart des déplacés ont perdu tous leurs biens au cours de leur fuite.

Les enfants, les femmes et les personnes âgées composent l’immense majorité des déplacés.

Les ressources alimentaires limitées vont en priorité aux jeunes enfants. L’aide extérieure est rendue difficile par l’insécurité et les contraintes logistiques.

Les instituteurs tentent de maintenir l’enseignement à l’intérieur des sites de déplacés, ici au centre fédéral de formation.

MSF soutient les structures sanitaires locales en matériel et ressources humaines.

Beaucoup de structures sanitaires du nord Nigeria sont insuffisamment équipées et débordées pour faire face aux besoins des populations déplacées. 

Lami Isa fait vacciner sa fille de 9 semaines contre la polio à l’hôpital MSF de Maimusari.

Muhammed Bukar est handicapé et fabrique des jouets pour les enfants à partir de bouts de ferraille.

Bagana Modu fait admirer sa maquette d’hélicoptère dans le camp de déplacés du centre fédéral de formation.

Âgé de 8 mois, Faruk Mudu est examiné à l’hôpital MSF de Maimusari pour détecter d’éventuels signes de malnutrition.

Hauwa Mohammed avec son nouveau-né à l’hôpital MSF de Maimusari. La mortalité infantile au nord du Nigeria est parmi les plus élevées au monde.
Consultez notre dossier sur la crise dans la région du lac Tchad

1 / 12

La population déplacée a été installée sur différents sites à Maiduguri.

Ici des femmes nigériannes dans la salle de classe où elles logent dans le centre de formation des professeurs d’arabe. 

La plupart des déplacés ont perdu tous leurs biens au cours de leur fuite.

Les enfants, les femmes et les personnes âgées composent l’immense majorité des déplacés.

Les ressources alimentaires limitées vont en priorité aux jeunes enfants. L’aide extérieure est rendue difficile par l’insécurité et les contraintes logistiques.

Les instituteurs tentent de maintenir l’enseignement à l’intérieur des sites de déplacés, ici au centre fédéral de formation.

MSF soutient les structures sanitaires locales en matériel et ressources humaines.

Beaucoup de structures sanitaires du nord Nigeria sont insuffisamment équipées et débordées pour faire face aux besoins des populations déplacées. 

Lami Isa fait vacciner sa fille de 9 semaines contre la polio à l’hôpital MSF de Maimusari.

Muhammed Bukar est handicapé et fabrique des jouets pour les enfants à partir de bouts de ferraille.

Bagana Modu fait admirer sa maquette d’hélicoptère dans le camp de déplacés du centre fédéral de formation.

Âgé de 8 mois, Faruk Mudu est examiné à l’hôpital MSF de Maimusari pour détecter d’éventuels signes de malnutrition.

Hauwa Mohammed avec son nouveau-né à l’hôpital MSF de Maimusari. La mortalité infantile au nord du Nigeria est parmi les plus élevées au monde.
Consultez notre dossier sur la crise dans la région du lac Tchad

1 / 12

À lire aussi