MSF, acteur majeur de la lutte contre la tuberculose au Cambodge

Ronde hebdomadaire dans le service dédié à la tuberculose dans l'hôpital de Kampong Cham
Ronde hebdomadaire dans le service dédié à la tuberculose dans l'hôpital de Kampong Cham ©Sean Brokenshire/MSF

Au Cambodge, MSF s'emploie à améliorer la prise en charge de la tuberculose à l'hôpital provincial de Kampong Cham et à pallier les insuffisances du système de santé national, qui connait des difficultés pour gérer efficacement la forte prévalence de cette maladie dans la région.

En 2009, MSF a mis en place une unité de prise en charge de la tuberculose et offert une aide technique au laboratoire de l'hôpital provincial de Kampong Cham, ville de province située à un peu plus de 100 kilomètres au nord-est de la capitale Phnom Penh. Depuis cette date, MSF renforce les capacités de diagnostic et de traitement de l'hôpital grâce à l'envoi de personnel, de matériel et de médicaments, mais aussi à la formation du personnel local. L'hôpital a observé de fortes améliorations au dernier trimestre 2010, avec une augmentation du taux de dépistage des cas de tuberculose de 25%. Actuellement, l'équipe de Kampong Cham reçoit 120 patients par semaine, dont environ un tiers de nouveaux cas.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) estime que 64% des Cambodgiens sont porteurs du bacille de Koch (responsable de la tuberculose). De plus, avec une prévalence atteignant 0,69%, le Cambodge fait partie des 22 pays les plus gravement touchés par la maladie. La tuberculose est une infection opportuniste (qui profite d'un système immunitaire affaibli) qui se transmet généralement par voie aérienne. Malnutrition, VIH ou encore des mauvaises conditions de vie et d'hygiène favorisent l'exposition à la maladie.

Des défaillances dans le système de soins
Le Dr Adrien Marteau, médecin MSF, travaille dans le service de soins antituberculeux de l'hôpital provincial de Kampong Cham. Il raconte l'histoire d'une patiente, victime des insuffisances du système de santé cambodgien en matière de traitement de la tuberculose. Après deux longs traitements antituberculeux successifs et inefficaces dans un centre de santé, cette jeune patiente de 21 ans a finalement été transférée, plus d'un an et demi après son diagnostic initial, dans le service de MSF où les équipes ont diagnostiqué une tuberculose multi-résistante. Mais la prise en charge, trop tardive, n'a malheureusement pas pu sauver la jeune patiente. « Si nous en sommes là aujourd'hui, c'est parce que le système de santé est défaillant. Cette patiente n'a pas été transférée à temps car il y a un problème d'accès à des soins de qualité et à des diagnostics appropriés » constate le Dr Marteau.

Un problème aggravé par la pauvreté
Les problèmes de tuberculose au Cambodge sont amplifiés par la pauvreté. Selon les dernières estimations de la Banque mondiale (2008), plus de 30% des Cambodgiens vivent sous le seuil de pauvreté. Beaucoup ne peuvent pas consulter de médecin lorsqu'ils sont malades et ne se rendent à l'hôpital que lorsque leur état de santé s'est considérablement détérioré. « La tuberculose est une maladie qui touche des dizaines de milliers de personnes au Cambodge. Les malades ne peuvent plus aller à l'école ou au travail. Avec un taux de pauvreté très élevé, il est facile d'imaginer l'impact de la maladie sur le pays. Ce problème est l'un des plus gros défis en matière de santé publique cambodgienne aujourd'hui » explique Emmanuel Lavieuville, chef de mission MSF au Cambodge.

Le paradoxe des enfants : plus vulnérables, moins diagnostiqués
Les jeunes enfants, du fait d'un système immunitaire encore faible, sont particulièrement vulnérables à la tuberculose. Cependant, en raison de leur incapacité à expectorer et donc à produire des échantillons pour les analyses, le diagnostic de la tuberculose chez l'enfant est plus compliqué à établir. Car, s'ils réussissent à produire le crachat nécessaire au test en laboratoire, les échantillons obtenus ont des concentrations de bacilles de Koch beaucoup plus faibles que ceux d'un adulte. Les médecins doivent donc utiliser des méthodes de diagnostic plus longues, qui retardent d'autant le début du traitement, ce qui explique un taux de mortalité élevé. Il est donc urgent de développer un diagnostic de la tuberculose pour les enfants au Cambodge, mais aussi dans d'autres régions défavorisés dans le monde.

En février, une conseillère médicale spécialisée dans le diagnostic de la tuberculose pédiatrique s'est rendue sur le terrain pour former les équipes MSF, ainsi que le personnel du ministère de la Santé de l'hôpital, aux dernières techniques de dépistage. « En visitant quelques unités de l'hôpital, il apparait clairement que nous ne sommes pas capables d'identifier des cas de tuberculose infantile. Au fur et à mesure de l'avancée du programme, l'équipe devrait se familiariser avec ces cas et le nombre d'enfants diagnostiqués et soignés ici devrait augmenter » explique Marianne Gale.

Des projets pour le futur
La tuberculose restera probablement un défi majeur pour le système de santé du pays pendant encore plusieurs années. Néanmoins, grâce aux efforts constants de MSF pour lutter contre la maladie dans les zones rurales et grâce à la formation du personnel du ministère de la Santé aux soins de qualité, MSF espère que le programme aidera au développement de nouvelles approches et à la création de nouveaux outils de diagnostic et de traitement.

En parallèle, dans les années à venir, le système de santé cambodgien pourrait se développer et être en mesure de gérer efficacement la prise en charge de la tuberculose grâce à un engagement plus important des bailleurs de fonds internationaux.

Emmanuel Lavieuville ajoute : « le Cambodge fait partie des pays de la région qui ont énormément de besoins. Le plus important est de contribuer à la recherche de stratégies et d'outils adaptés. Les patients tuberculeux ont grandement besoin d'outils de diagnostic plus efficaces alors que ceux que nous avons à notre disposition aujourd'hui sont obsolètes et compliqués. »

MSF se dotera prochainement d'équipements permettant un dépistage plus efficace et continuera de développer ses activités dans l'hôpital provincial de Kampong Cham.


MSF travaille auprès des populations cambodgiennes depuis 1979 et, encore récemment, se concentrait essentiellement sur le traitement du VIH/sida dans plusieurs régions du pays. MSF a progressivement transféré la plupart de ses programmes de prise en charge du VIH au ministère de la Santé et privilégie désormais la lutte contre la tuberculose.

Dossier spécial

Consulter notre dossier spécial "Journée mondiale de la tuberculose"

À lire aussi