Méningite, rougeole et dépistage de la malnutrition au Nigéria

Port Harcourt au sud du Nigeria où MSF travaille dans le centre de traumatologie d'urgence. Les interventions d'urgence pour la méningite et la rougeole se déroulent au nord du pays.
Port Harcourt, au sud du Nigeria, où MSF travaille dans le centre de traumatologie d'urgence. Les interventions d'urgence pour la méningite et la rougeole se déroulent au nord du pays. ©Guillaume Le Duc/MSF

Une campagne de vaccination contre la méningite se termine dans l’Etat de Katsina. Une autre, contre la rougeole cette fois, débute dans l’Etat de Yobe, dans le nord-est du Nigéria, en même temps qu’un dépistage nutritionnel.

Une campagne de vaccination contre la méningite se termine dans l’Etat de Katsina. Une autre, contre la rougeole cette fois, débute dans l’Etat de Yobe, dans le nord-est du Nigéria, en même temps qu’un dépistage nutritionnel.

L’intervention d’urgence liée à la méningite dans l’Etat de Katsina, dans le nord du Nigéria s’est terminée début juin. 422 malades ont été pris en charge dans les centres de santé soutenus par MSF et les équipes ont vacciné environ 100 000 enfants.

Parallèlement, une autre équipe intervenait dans l’Etat de Yobe, dans le nord-est du pays. 280 malades, atteints de méningite, ont été soignés dans les centres de santé. Dans cet Etat, une autre épidémie sévit dans le même temps : 1 500 cas de rougeole ont été déjà pris en charge.

MSF a assuré la formation du personnel de santé, l’approvisionnement des centres de santé en médicaments et la mise en place de structures de santé sous tentes pour accueillir les malades.

Après la méningite, la rougeole. Une campagne de vaccination contre la rougeole a débuté le 4 juin dans l’Etat de Yobe. Quinze équipes doivent injecter le vaccin à 192 000 enfants de six mois à quinze ans. Chaque équipe compte douze personnes, dont dix du ministère de la Santé nigérian.

Cet Etat est vaste et relativement peu peuplé par rapport à la densité habituelle au Nigéria. Il a donc fallu prévoir 400 sites de vaccination et cette campagne va durer presque un mois. Les enfants recevront également de la vitamine A, pour prévenir des complications ophtalmologiques dues à la rougeole.

Dépistage nutritionnel. Les équipes vont également saisir l’opportunité de cette vaccination pour dépister la malnutrition chez les enfants de moins de cinq ans. 80 enfants souffrant de malnutrition sévère, associée à la rougeole, ont déjà été soignés. Ce dépistage massif permettra d’évaluer et de prendre en charge la malnutrition, qu’elle soit une conséquence de la rougeole ou non.

Cinq hôpitaux de référence ont été identifiés pour soigner les enfants dépistés par les équipes de vaccination, en attendant l'ouverture mi-juin d'un centre de nutrition thérapeutique de 250 lits.

Ecoutez l’interview de William Martin, logisticien d’urgence MSF au Nigéria.

À lire aussi