Malawi : des milliers de victimes d’inondations coupées de toute aide humanitaire

Nsanje, janvier 2015 ©MSF

Près de 20 000 personnes vivant dans le sud du Malawi, zone la plus touchée par les récentes inondations, sont totalement coupées du reste du pays, privées de nourriture, de soins médicaux et d'aide sanitaire. Depuis le 9 janvier, MSF intervient en urgence.

L’aide humanitaire arrive lentement dans les districts de Chikwawa où les eaux ont commencé à refluer. Mais elle a encore du mal à atteindre certaines zones situées en aval, encore plus sévèrement touchées par les inondations et uniquement accessibles en hélicoptère.

Depuis le 9 janvier, MSF a initié une aide d’urgence. Nos équipes concentrent désormais leurs efforts autour de la ville de Nsanje et évaluent les moyens d’atteindre le district encore plus reculé d'East Bank, totalement coupé du reste du pays.

« Les inondations se propagent comme un lent tsunami, le long de la rivière, en direction du sud du pays et du Mozambique, explique Amaury Grégoire, chef de mission MSF au Malawi et actuellement à Nsanje. La majorité des districts de Nsanje et d'East Bank sont submergés sous deux à trois mètres d’eau. Les vastes plaines ont été transformées en un lac géant qui a englouti des maisons entières. Bien que les inondations ne soient pas rares dans la région, personne ne se souvient qu'elles aient déjà atteint une tette ampleur. »

Les pluies étant moins intenses depuis quelques jours, le niveau des eaux devrait diminuer. Cependant, ceux qui ont tout perdu auront besoin d’aide sur le moyen et long terme, notamment parce que la plupart des cultures de la région - dont dépend 85% de la population - ont été complètement détruites.

« Plusieurs camps ont été mis en place pour ceux qui ont perdu leur maison, mais la majorité des déplacés ont trouvé refuge chez des amis ou des proches dont les habitations ont été épargnées. Par contre, ce sont généralement de petites huttes où tous sont obligés de s’entasser. Ces personnes vivent dans des conditions d’autant plus précaires que, la plupart des puits ayant été contaminés par les inondations, l’eau potable devient rare, » explique Amaury Grégoire.

MSF a monté des tentes, distribué des produits de première nécessité et des moustiquaires. Nous avons également fourni des équipements pour le traitement de l’eau, ainsi que des latrines, afin de prévenir l’émergence de maladies hydriques.
 

MSF est présente au Malawi depuis 1986 où elle gère trois projets réguliers bénéficiant aux personnes atteintes du VIH/sida, dont un à Nsanje. En 2011, 2012 et 2013, MSF avait déjà répondu en urgence à des inondations au Malawi.

À lire aussi