Kenya - Apporter des soins aux personnes déplacées.

Apporter des soins aux personnes déplacées au Kenya
Apporter des soins aux personnes déplacées au Kenya ©@ MSF

Dans le centre-ouest du pays et dans les bidonvilles de la capitale, les équipes MSF ont mis en place des activités de soutien médical et des distributions de produits de première nécessité aux populations déplacées et à l'ensemble de la population locale. Filipe Ribeiro, le coordinateur d'urgence au Kenya, fait le point sur ces activités dans deux entretiens audio.

Dans le centre-ouest du pays et dans les bidonvilles de la capitale, les équipes MSF ont mis en place des activités de soutien médical et des distributions de produits de première nécessité aux populations déplacées et à l'ensemble de la population locale. Filipe Ribeiro, le coordinateur d'urgence au Kenya, fait le point sur ces activités dans deux entretiens audio.

Filipe Ribeiro, coordinateur d’urgence pour le Kenya, témoigne de la situation des personnes déplacées dans le centre-ouest du pays et de la population locale dans des bidonvilles de Nairobi.

Il décrit deux situations assez différentes dans le centre-ouest. D’une part, des sites de regroupement de population assez importants se sont constitués, où l’enjeu pour MSF est d’apporter des soins de santé, des biens de première nécessité et un accès à l’eau et à des conditions d’hygiène pour limiter les risques d’apparition de maladies.

Par ailleurs, d’autres personnes déplacées se sont installées temporairement dans de petits sites, de 500 à 1500 personnes, avant de repartir ailleurs. La stratégie de MSF pour couvrir les besoins dans ces micro-sites est d’apporter un soutien ad hoc aux personnes déplacées, mais aussi à la population locale et aux structures de santé dans ces villages de transit.

 

 

 

Compte-tenu de cette mobilité, la situation n’est pas très claire quant au nombre de personnes déplacées. Il s’agit vraisemblablement de dizaines de milliers de personnes, mais il existe un risque de double ou triple comptage de personnes qui se déplacent d’un site à un autre et ce, en quelques jours seulement.

Les besoins exprimés par la population sont avant tout la sécurité, l’alimentation et l’essence pour se déplacer. En terme de santé, les priorités concernent la vigilance face aux risques d’épidémies sur les sites de regroupement et l’accès aux traitements pour les personnes souffrant de maladies chroniques, notamment le sida.

En effet, nos équipes constatent que de nombreux patients pris en charge dans des programmes sida et tuberculose à Nairobi ne se présentent pas à leurs rendez-vous suite aux événements post-élections. Face au risque encouru par les patients qui, par peur de manquer de traitement, divisent leurs doses de médicaments, MSF a mis en place plusieurs mesures afin que les malades continuent à suivre leur traitement. Elles concernent à la fois les patients suivis dans nos programmes mais également d’autres malades, habituellement pris en charge dans des structures actuellement fermées.

 

 

À lire aussi