Fonds d’urgence COVID-19

Donnez à nos équipes les moyens de faire face à l’épidémie et à ses conséquences sur nos terrains d’intervention.

Je donne

Jordanie – Débordée par l’afflux de réfugiés

Début 2013, entre 1 000 et 3 000 Syriens arrivaient chaque jour en Jordanie.
Le camp de Zaatari, à 20 km de la frontière,  a ouvert ses portes en juillet dernier. Depuis, de nouvelles tentes ne cessent d’apparaître. Début mai, plus 100 000 réfugiés vivaient ici. Aux traumatismes de la guerre s’ajoutent les difficultés de la vie dans un camp, en plein désert.

Plus de 450 000 réfugiés vivent en Jordanie. Si le rythme des nouvelles arrivées reste stable, le pays estime à un million le nombre de réfugiés sur son territoire à la fin 2013.
Plusieurs organisations sont présentes à Zaatari pour répondre aux besoins des réfugiés… En mars 2013, MSF y a ouvert un hôpital pédiatrique pour les enfants âgés d’un mois à dix ans.

De nombreux Syriens se sont aussi installés dans la capitale jordanienne, Amman, ou ses environs.
MSF gère ici un hôpital de chirurgie reconstructive. Lancé en 2006, ce programme cible à l’origine les Irakiens blessés par la guerre et qui ne peuvent recevoir de soins appropriés dans leur pays. Depuis le début du conflit syrien, les blessés se voient eux aussi offrir des soins ici. De nombreux patients ont été pris en charge ici à leur arrivée en Jordanie. Une fois admis, ils reçoivent des soins chirurgicaux et un suivi post-opératoire. Ils peuvent aussi profiter de sessions de physiothérapie, et d’un soutien psychosocial.

Comme cet homme, des centaines de milliers de Syriens ont quitté leur pays dans l’urgence, souvent en laissant tout derrière eux, et n’ont plus aucun moyen de subsistance. Pour les pays d’accueil, la Jordanie, mais aussi la Turquie, le Liban et l’Irak, le poids que représentent les réfugiés et les risques de débordement du conflit constituent un véritable défi… Et la situation s’aggrave de jour en jour.

À lire aussi