Fonds d’urgence COVID-19

Donnez à nos équipes les moyens de faire face à l’épidémie et à ses conséquences sur nos terrains d’intervention.

Je donne

Iran - Le témoignage de Zouina, chargée de communication

Zouina est chargée de communication. Elle est arrivée le lundi 29
décembre en Iran. Elle nous raconte comment, durant la semaine, l'aide
aux habitants de Bam s'est organisée.

Dimanche 28 décembre

"Je pars de Paris avec un médecin. Nous arrivons à Téhéran vers 3 heures du matin le lundi 29 décembre. Direction l'aéroport national pour prendre l'avion en direction de Bam. Un nombre impressionnant de personnes et de matériel de secours sont sur ce vol, qui atteint Bam vers 13h00.
Le tarmac est envahi d'avions-cargos et d'hélicoptères, une multitude de secours en provenance de différents pays, quelques tentes plantées autour de l'aéroport. On distingue dans cette foule le Croissant rouge iranien ainsi que l'armée iranienne et un flot de journalistes, caméras à l'épaule pour filmer le cadavre déposé pour une évacuation.

Mardi 30 décembre

Dans le stade, au centre de Bam, les autorités iraniennes ont rassemblé tous les acteurs extérieurs venant apporter de l'aide : la cellule des Nations unies, pompiers, protection civile (de différents pays), la presse. Au milieu de cet abondant déploiement de secours, je commence à réaliser l'ampleur du désastre.

Mercredi 31 décembre

L'équipe mobile programme des visites à domicile à Baravat, une ville entre Bam et l'aéroport et qui comptait environ 17.000 habitants.

Sur 75 familles regroupées en 16 endroits (392 personnes), 74 veulent rester sur place, préférant demeurer près de leurs maison et champ. Toutes les familles ont des tentes, avec une moyenne de 5 personnes par tente. En général, nous constatons que les sinistrés ont reçu assez de nourriture (des conserves de thon, des haricots et du pain) mais souhaitent des produits frais (du riz, de l'huile, des oeufs et du sucre). Des couvertures ont été distribuées par le Croissant Rouge. Les sinistrés réclament savon, brosse à dent, dentifrice, lessive, chauffage et fuel.

De l'eau potable est distribuée systématiquement. Mais il n'y a pas assez d'eau pour se laver et faire la lessive. Globalement, la partie droite de Baravat (en venant de l'aéroport) est bien couverte au niveau médical avec une clinique mobile psy, les hôpitaux (équipés de radio et de blocs chirurgicaux). Les pathologies rencontrées sont surtout des rhumes, des douleurs musculaires, des petites plaies et une immense détresse psychologique.


illustration
Consultation mobile à Baravat
© Tim Dirven

Jeudi 1er janvier, équipe médicale mobile en périphérie nord de Bam

Sur 25 familles (environ 238 personnes), 15 veulent rester près de leur maison et quelques familles sont parties rejoindre leurs proches. Toutes les familles ont des tentes avec une moyenne de 5 personnes par tente.

Isabelle (infirmière) et Behdad (médecin) ont effectué 18 consultations dont 2 patients référés à l'hôpital pour fracture et infection. Il y a suffisamment de couvertures, de nourriture et d'eau potable, mais la moitié des familles manquent d'eau pour les lessives et l'hygiène corporelle. Ils ont aussi besoin de vêtements chauds. Une distribution systématique de BP5 (biscuits protéinés) a été effectuée pour tous les enfants de moins de 10 ans en complément de leur repas. Le quartier est bien couvert sur le plan médical (clinique mobile et centre de santé fixe), il semble avoir reçu plus d'aide, kits d'hygiène et chauffages. Pendant notre visite dans ce quartier, nous nous sommes rendus dans trois dispensaires, qui font entre 40 et 150 consultations par jour. La plupart des pathologies rencontrées sont des infections respiratoires, pharyngites, pneumonies, rhumes, mais aussi des plaies infectées et à suturer, quelques cas de diarrhées simples et beaucoup de détresse psychologique. D'ailleurs, les consultations sont en augmentation.
La ville de Bam est située au coeur d'une magnifique palmeraie, dans une région agricole riche, regorgeant d'oranges et de dattes. Les habitants de Bam vivaient dans de grandes et belles demeures avec jardin.

En Iran, le système de santé est performant, avec une bonne connaissance en matière de catastrophes et d'aide aux sinistrés. Le Croissant rouge iranien a bien couvert les besoins, mais, dans un contexte extrême, les rumeurs et critiques fusent malgré tout et des manques demeurent. Les sinistrés se plaignent surtout du froid (la température tombe en dessous de zéro), de la difficulté de se procurer des produits pour l'hygiène corporelle.

Vendredi 2 janvier

Visite de nouveau en périphérie avec Isabelle et Behdad. Nous avons le sentiment que les rescapés commencent à prendre conscience de cette horrible situation. Ils sont complètement égarés et dépressifs. Après avoir reçu les premiers secours, les rescapés de Bam réalisent peu à peu qu'ils ne pourront pas rester éternellement face à leur maison en ruines. Mais, avec l'espoir, encore, de retrouver leurs morts sous les décombres, ils ne souhaitent pas se rendre dans les camps organisés par les autorités.

Voici, piochées au fil de nos rencontres, quelques bribes d'histoires de rescapés que je vous livre telles que je les ai entendues:

"J'ai été sauvé grâce à mon travail : du lundi au vendredi, je suis sur mon lieu de travail à Kerman (NDLR : à environ 180 km de Bam). J'ai appris par la radio la maudite nouvelle. Arrivée en face de chez moi, j'ai trouvé 28 cadavres : c'était ma famille. Je les ai enterrés."

"Je me souviens de la première secousse. J'ai proposé à ma femme, mes parents et mes enfants de passer la nuit dehors. Ma femme m'a répondu : si dieu souhaite notre mort, c'est sa décision. Aujourd'hui, je suis le seul survivant."

Un homme nous montre la tente qu'il partage avec trois autres hommes : "nous sommes tous dans le même cas, nous avons perdu femmes et enfants. La solitude fait désormais partie de notre vie."

"J'ai été bouleversée par cette tragédie. Cette horrible nouvelle m'a rendu malade. Notre magnifique citadelle était l'honneur de notre pays, l'Iran. Elle n'est aujourd'hui qu'un souvenir."

Une jeune fille nous raconte qu'elle était en visite avec sa tante à l'extérieur de la ville quand la télévision iranienne a annoncé le tremblement de terre. Elles décident de rentrer rapidement à Bam. En arrivant devant la maison de ses parents, le vide avait remplacé la vie. Depuis, allongée toute la journée dans un lit sans manger, boire, ni parler, la jeune fille est devenue une poupée.

Samedi 3 janvier

Notre mission se précise, même s'il demeure difficile de clarifier les besoins. Nous avons donc:
- un dispensaire fixe, sous tente dans une cour d'école, dans le sud de Baravat, avec deux médecins;
- une équipe mobile, composée d'un médecin et d'une infirmière, rayonnant dans le centre et le sud de Baravat;
- un centre de soutien psychologique, avec deux psychologues, monté avec 4 tentes près de la citadelle dans le vieux quartier, en collaboration avec le Ministère de la Santé et le Croissant rouge;
- une aide en approvisionnement et traitement de l'eau (latrines et douches).

Voilà un aperçu de ce qui se passe ici. Je veux rajouter quelques mots, sur la tristesse que l'on ressent devant cette ville fantôme. Bam, sans ta citadelle, tu as perdu ton allure de jadis. Tu ressembles à un champ de bataille ravagé par les bulldozers. Restent les squelettes de tes maisons, tes jardins soumis aux poussières du séisme, ta citadelle effondrée comme un château d'enfant sur le sable. Des vagues de larmes submergent les yeux de Bam."

À lire aussi