Soyez là où votre don sauve des vies

Haïti : 137 000 patients depuis le 12 janvier

Un patient dans un centre MSF de rééducation fonctionnelle
Un patient dans un centre MSF de rééducation fonctionnelle © Brigitte Guerber-Cahuzac/MSF

Quatre mois après le tremblement de terre qui a dévasté Haïti, MSF continue d'apporter des soins de santé primaires et secondaires gratuits à la population dans une vingtaine de sites fixes et à travers plusieurs activités de dispensaires mobiles.

Dans les structures de soins de santé primaires, les pathologies soignées aujourd'hui sont principalement des infections respiratoires et des maladies hydriques (liées à l'eau), telles que le paludisme et les diarrhées.

« Plus d'un million de personnes continuent de vivre dans des conditions déplorables, sous des tentes ou des bâches en plastique, sans perspectives claires pour les mois à venir », explique Stefano Zannini, Chef de mission en Haïti. « Entre-temps, les pluies se sont intensifiées et inondent les sites de sinistrés plusieurs fois par semaine. »

Dans une vingtaine de cliniques et structures hospitalières, les équipes MSF proposent aux victimes de violences sexuelles de recevoir rapidement une assistance psychologique et médicale, notamment le vaccin contre l'hépatite B et un traitement préventif contre le VIH/sida. En avril, MSF a pris en charge 81 victimes de violences sexuelles dans ses différentes structures à Port-au-Prince.

Dans un pays où 60% des structures médicales ont été sévèrement endommagées ou complètement détruites, MSF renforce les soins médicaux de seconde ligne en gérant ou appuyant des hôpitaux et des structures médicales spécialisées. Des équipes chirurgicales MSF opèrent dans quinze blocs : plus de 7 600 interventions chirurgicales ont été pratiquées depuis le tremblement de terre. Au total, MSF dispose de 1 200 lits d'hospitalisation.

Des psychologues ont apporté des soins de santé mentale à 69 000 personnes au sein des structures médicales MSF ainsi que dans les camps, auprès des personnes sinistrées. « Quatre mois après le séisme, beaucoup d'Haïtiens ressentent encore la terre trembler et le bruit est toujours présent. On rencontre un grand nombre de déclenchements psychotiques aigus », explique le Dr Maryvonne Bargues, psychiatre MSF. « Il y a une dépression collective derrière les sourires qui évoquent le Port-au-Prince d'avant. Les gens savent que le provisoire va s'inscrire dans la durée. On constate un découragement chez des personnes qui ne sont pourtant pas résignées. »

 

>> Voir le diaporama Soigner, encourager, aider : quelques facettes des activités MSF en Haïti

 

Pour aller plus loin

>> RFI - Emission Priorité Santé spéciale Haïti, quatre mois après le séisme

Retour au dossier spécial Haïti

Dossier "Tremblement de terre en Haïti"

Retour au dossier consacré aux interventions de MSF en Haïti après le séisme du 12 janvier 2010.

À lire aussi