Fièvre Marburg en Ouganda : le point sur l’intervention de MSF

Intervention Marburg MSF en Angola 2005
Intervention Marburg MSF en Angola, 2005 ©Jean-Paul Delain/MSF

Le 29 septembre dernier, un Ougandais âgé d’une trentaine d’années présentant des symptômes de fièvre hémorragique décédait dans un hôpital de Kampala, capitale de l’Ouganda. Le 4 octobre, le Centre pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) annonçait que les tests sanguins de cet homme confirmaient une contamination par la fièvre Marburg. MSF, présente en Ouganda depuis 1986, se mobilise et se tient prête à répondre.

Marburg est une maladie infectieuse sévère, d’origine virale, de la même famille qu’Ebola. Cette fièvre hémorragique est malheureusement souvent mortelle pour l’homme. Les modes de transmission (contact avec certains animaux - chauves-souris ou singes - ainsi qu’entre êtres humains (contact direct avec le sang, fluides, sécrétions et tissus des personnes ou animaux malades ou encore des cadavres), et les symptômes (fièvre brutale et importante, maux de tête, douleurs et faiblesse générales, vomissements, diarrhées, hémorragies internes et externes) sont similaires. Pendant la période d’incubation (2 à 21 jours), les malades ne sont pas contagieux.

« Comme pour Ebola, il n’y a pas de vaccin ni de traitement autre que symptomatique (réhydratation, stabilisation de la tension artérielle, contrôle de la fièvre, administration d'antalgiques et d'anti-vomitifs), explique le Dr Estrella Lasry, référente MSF pour les maladies tropicales. La dernière épidémie de Marburg en Ouganda remonte à 2012. Elle avait duré un peu plus de deux mois et il y avait eu 20 cas dont 45% sont décédés. La même année, ce pays faisait aussi face à deux épidémies d’Ebola ».

MSF travaille en Ouganda depuis 1986. « Habituellement, nous y menons des activités de prise en charge du VIH/sida. Comme sur tous nos terrains d’intervention, nos équipes se tiennent prêtes à répondre aux situations d’urgence : assistance aux réfugiés (congolais et sud-soudanais) en 2013/2014 ; réponse à l’épidémie d’Ebola en 2012 », détaille Pierre Mendiharat, responsable des programmes MSF en Ouganda.

L’homme qui vient de décéder vivait près de Mpigi (district situé à environ 37 km de Kampala). Il travaillait dans un des centres de santé de la zone et effectuait des gardes de nuit à l'hôpital de Mengo, au cœur de la capitale. « Le ministère de la Santé et le CDC se chargent de remonter la chaîne de personnes ayant été en contact avec ce malade et susceptibles d’être contaminées, afin de surveiller et isoler si besoin ces personnes, explique Pierre Mendiharat. Mpigi et Mengo peuvent être les premiers endroits où d’éventuels malades se présenteront spontanément. Il faut que le personnel soit bien protégé (triage, combinaisons, gants, masques) afin d’être en mesure de recevoir ces patients et de référer les cas suspects dans des bonnes conditions de sécurité ».

En effet, comme pour Ebola, les proches ainsi que le personnel de santé en contact avec les patients infectés par Marburg sont particulièrement exposés à la contamination. En collaboration avec le ministère de la Santé, MSF renforce sa capacité de réponse à une éventuelle épidémie et, dans un premier temps, concentre son action sur la supervision et la formation du personnel de santé pour la prise en charge clinique et les mesures de contrôle de l’infection. Pour cela, deux coordinateurs, trois personnels médicaux (venant justement de terminer leur mission Ebola en Afrique de l’Ouest) et deux techniciens spécialisés en eau, hygiène et assainissement vont constituer l’équipe d’urgence. Un stock de matériel spécialisé était déjà pré-positionné et un kit complet de prise en charge Ebola/Marburg pour 15 patients est en cours d’acheminement vers Kampala. Dans les centres de santé de Mpigi et de Mengo, MSF complètera l’approvisionnement en combinaisons et protections individuelles (PPE) et en matériels spécialisés d’hygiène et d’assainissement. Des formations seront dispensées au personnel de ces centres notamment sur la bonne utilisation des PPE et les mesures de contrôle de l’infection. Dans le centre de référence pour la prise en charge des cas éventuels de Marburg de l’hôpital Mulago, à Kampala, MSF procédera à des travaux de réhabilitation et soutiendra les activités du ministère de la Santé si des patients venaient à y être pris en charge. Enfin, une ambulance MSF assurera le transport des cas suspects des centres de santé vers le centre de l’hôpital Mulago.

À lire aussi