Fonds d’urgence COVID-19

Donnez à nos équipes les moyens de faire face à l’épidémie et à ses conséquences sur nos terrains d’intervention.

Je donne

Ethiopie 2008: Une photo, une info

Cet enfant fait partie des 28.000 patients sévèrement malnutris admis depuis mi mai dans le sud de l'Ethiopie dans les région Oromo et SNNP (Région des nations nationalités et peuples du Sud) dans les centres nutritionnels MSF.Anne Yzèbe/MSF
<p>Cet enfant fait partie des 28.000 patients sévèrement malnutris admis depuis mi-mai dans le sud de l'Ethiopie, dans les région Oromo et SNNP (Région des nations, nationalités et peuples du Sud) dans les centres nutritionnels MSF.<br />©Anne Yzèbe/MSF</p>

Cet enfant fait partie des 28.000 patients sévèrement malnutris admis depuis mi-mai dans le sud de l'Ethiopie, dans les région Oromo et SNNP (Région des nations, nationalités et peuples du Sud) dans les centres nutritionnels MSF.
©Anne Yzèbe/MSF

L'intervention a débuté mi-mai et a été rapidement étendue. Durant les premières semaines, une partie des équipes s'est concentrée sur les soins médicaux et nutritionnels des personnes sévèrement dénutries dans des centres nutritionnels ouverts en urgence.
© Dario Granados /05/05/08

Une autre partie menait des évaluations pour identifier les besoins dans d'autres zones. Les évaluations et l'acheminement du matériel ont été compliqués par les pluies qui rendent les routes peu praticables.
©Anne Yzèbe/MSF

Pour que les soins soient plus accessibles, des équipes se déplacent dans plusieurs localités. La population locale sait que le centre est ouvert tel ou tel jour chaque semaine. En tout 53 centres nutritionnels ambulatoires ont été mis en place.
© Fastxmsf

Ceux qui ont de l'appétit et n'ont pas d'autre maladie grave suivent le traitement sans être hospitalisés. Ils se rendent une fois par semaine au centre pour le suivi médical et l'approvisionnement en aliment thérapeutique. Ils reçoivent également une ration de farine enrichie et de l'huile.
©Anne Yzèbe/MSF

Avec une alimentation thérapeutique adaptée et des soins médicaux, la majorité des patients recouvrent des forces rapidement. L'évolution est impressionnante, les enfants se remettent à sourire, à parler et à jouer.
© Fastxmsf

La majorité des patients sévèrement malnutris sont des enfants mais la présence d' adolescents et d'adultes est un indicateur d'un manque de nourriture grave. En moyenne, deux patients sur dix sont âgés de plus de cinq ans. Le stade (sévère ou modéré) de malnutrition aiguë s'évalue selon le rapport entre le poids et la taille.

« Mon rêve est de ne plus jamais avoir besoin de l ‘aide de personne » déclare Buzunesh au docteur qui ausculte son petit frère. L'état de santé de Mamushe a nécessité une hospitalisation.
©MSF

Les enfants malnutris sont affaiblis, fragiles face aux infections. Une petite partie des patients a besoin de soins médicaux étroits, soit parce qu'ils n'ont plus la force de manger, soit parce qu'ils ont une maladie grave en plus de la malnutrition, par exemple une pneumonie.
©Anne Yzèbe/MSF

Ils sont transférés vers un des six centres nutritionnels avec des lits d'hospitalisation. Le niveau de surveillance médicale et le régime nutritionnel varient suivant l'état de santé du patient.
© Alice Davies/MSF

L'unité des soins intensifs accueille les cas les plus graves, sous surveillance médicale 24h/24.
© Fastxmsf

Après un quart d'heure de réanimation, les médecins sont parvenus à ramener Mumishene à la vie. Mais l'enfant est décédé la nuit suivante.
© Fastxmsf

Des dizaines de milliers de patients malnutris guéris et plusieurs centaines de décès : la malnutrition aiguë est une maladie grave qui peut se soigner en quelques semaines à condition de ne pas attendre que le corps soit trop affaibli.
© Fastxmsf

Le bracelet se resserre au niveau de la couleur jaune, ce qui indique qu'il est à risque de malnutrition aiguë. A partir de mi-juillet, les équipes ont pu également distribuer des rations alimentaires à ceux qui souffrent de malnutrition aiguë au stade modéré.
©Anne Yzèbe/MSF

21 000 personnes ont reçu des rations alimentaires, composée de 25 à 28 kilos de farines enrichies et 5 litres d'huile par enfant et par mois.  En tout plus de 3.000 tonnes de nourriture ont été acheminées sur les terrains pour distribution.

Ces programmes de nutrition supplémentaire ont généré un immense espoir chez la population puisqu'une plus large proportion de la population a une chance d'être admise. Dans certains endroits, un tiers des enfants de moins de cinq ans sont modérément malnutris.
©Anne Yzèbe/MSF

Un autre mode d'intervention est d'organiser des distributions ciblées de nourriture, comme ici dans le district de Siraro. 12.500 personnes à risque de malnutrition sévère ont reçu à deux reprises une ration de 25 kilos de nourriture.
© Alice Davies/MSF

L'aliment thérapeutique est une pâte nutritive prête à l'emploi. Le patient peut le consommer facilement depuis le sachet, n'importe où. La quantité varie en fonction du poids, le plus fréquent étant deux sachets par jour par patient.
©Anne Yzèbe/MSF

1 / 18

Cet enfant fait partie des 28.000 patients sévèrement malnutris admis depuis mi-mai dans le sud de l'Ethiopie, dans les région Oromo et SNNP (Région des nations, nationalités et peuples du Sud) dans les centres nutritionnels MSF.
©Anne Yzèbe/MSF

L'intervention a débuté mi-mai et a été rapidement étendue. Durant les premières semaines, une partie des équipes s'est concentrée sur les soins médicaux et nutritionnels des personnes sévèrement dénutries dans des centres nutritionnels ouverts en urgence.
© Dario Granados /05/05/08

Une autre partie menait des évaluations pour identifier les besoins dans d'autres zones. Les évaluations et l'acheminement du matériel ont été compliqués par les pluies qui rendent les routes peu praticables.
©Anne Yzèbe/MSF

Pour que les soins soient plus accessibles, des équipes se déplacent dans plusieurs localités. La population locale sait que le centre est ouvert tel ou tel jour chaque semaine. En tout 53 centres nutritionnels ambulatoires ont été mis en place.
© Fastxmsf

Ceux qui ont de l'appétit et n'ont pas d'autre maladie grave suivent le traitement sans être hospitalisés. Ils se rendent une fois par semaine au centre pour le suivi médical et l'approvisionnement en aliment thérapeutique. Ils reçoivent également une ration de farine enrichie et de l'huile.
©Anne Yzèbe/MSF

Avec une alimentation thérapeutique adaptée et des soins médicaux, la majorité des patients recouvrent des forces rapidement. L'évolution est impressionnante, les enfants se remettent à sourire, à parler et à jouer.
© Fastxmsf

La majorité des patients sévèrement malnutris sont des enfants mais la présence d' adolescents et d'adultes est un indicateur d'un manque de nourriture grave. En moyenne, deux patients sur dix sont âgés de plus de cinq ans. Le stade (sévère ou modéré) de malnutrition aiguë s'évalue selon le rapport entre le poids et la taille.

« Mon rêve est de ne plus jamais avoir besoin de l ‘aide de personne » déclare Buzunesh au docteur qui ausculte son petit frère. L'état de santé de Mamushe a nécessité une hospitalisation.
©MSF

Les enfants malnutris sont affaiblis, fragiles face aux infections. Une petite partie des patients a besoin de soins médicaux étroits, soit parce qu'ils n'ont plus la force de manger, soit parce qu'ils ont une maladie grave en plus de la malnutrition, par exemple une pneumonie.
©Anne Yzèbe/MSF

Ils sont transférés vers un des six centres nutritionnels avec des lits d'hospitalisation. Le niveau de surveillance médicale et le régime nutritionnel varient suivant l'état de santé du patient.
© Alice Davies/MSF

L'unité des soins intensifs accueille les cas les plus graves, sous surveillance médicale 24h/24.
© Fastxmsf

Après un quart d'heure de réanimation, les médecins sont parvenus à ramener Mumishene à la vie. Mais l'enfant est décédé la nuit suivante.
© Fastxmsf

Des dizaines de milliers de patients malnutris guéris et plusieurs centaines de décès : la malnutrition aiguë est une maladie grave qui peut se soigner en quelques semaines à condition de ne pas attendre que le corps soit trop affaibli.
© Fastxmsf

Le bracelet se resserre au niveau de la couleur jaune, ce qui indique qu'il est à risque de malnutrition aiguë. A partir de mi-juillet, les équipes ont pu également distribuer des rations alimentaires à ceux qui souffrent de malnutrition aiguë au stade modéré.
©Anne Yzèbe/MSF

21 000 personnes ont reçu des rations alimentaires, composée de 25 à 28 kilos de farines enrichies et 5 litres d'huile par enfant et par mois.  En tout plus de 3.000 tonnes de nourriture ont été acheminées sur les terrains pour distribution.

Ces programmes de nutrition supplémentaire ont généré un immense espoir chez la population puisqu'une plus large proportion de la population a une chance d'être admise. Dans certains endroits, un tiers des enfants de moins de cinq ans sont modérément malnutris.
©Anne Yzèbe/MSF

Un autre mode d'intervention est d'organiser des distributions ciblées de nourriture, comme ici dans le district de Siraro. 12.500 personnes à risque de malnutrition sévère ont reçu à deux reprises une ration de 25 kilos de nourriture.
© Alice Davies/MSF

L'aliment thérapeutique est une pâte nutritive prête à l'emploi. Le patient peut le consommer facilement depuis le sachet, n'importe où. La quantité varie en fonction du poids, le plus fréquent étant deux sachets par jour par patient.
©Anne Yzèbe/MSF

1 / 18

À lire aussi