Epidémie de rougeole en République démocratique du Congo

Zone de triage à l'hôpital de Titulé
Zone de triage à l'hôpital de Titulé ©Tristan Pfund/MSF

Une épidémie de rougeole continue, qui touche l’ensemble du pays depuis 2010, affecte des dizaines de milliers d’enfants en Province Orientale et en Equateur, au nord de la RDC.

 

Cette épidémie fait suite à une flambée de paludisme qui avait déjà frappé plusieurs zones de santé entre mai et septembre 2012 et donné lieu à des taux de mortalité exceptionnellement élevés chez les enfants de moins de cinq ans.

Alors que les épidémies se succèdent et s’avèrent particulièrement meurtrières chez les plus petits, le système de santé congolais est dépassé par les besoins de la population.

Les structures de santé, lorsqu’elles sont approvisionnées, font face à des ruptures de stock fréquentes de médicaments et d’importants déficits en ressources humaines.

« Ici, nous essayons de trouver des solutions pour sauver des vies par tous les moyens, car on n’a pas de matériel. On n’a rien », explique le Dr Mukambula, médecin directeur de l’hôpital de Titulé.

La grande majorité de la population vit sous le seuil de pauvreté et ne peut s’offrir des soins lorsqu’ils sont disponibles, car ils sont la plupart du temps payants.

La région affectée est vaste et les défis logistiques sont nombreux pour accéder aux communautés les plus isolées.

Pour vacciner contre la rougeole les populations vivant dans les villages les plus isolés de la Province Orientale, MSF se déplace à moto et en pirogue.

Face aux carences du système de santé, MSF prend en charge les malades et hospitalise les enfants gravement malades depuis plusieurs mois.

MSF approvisionne les structures de santé, forme le personnel médical et les relais communautaires pour rechercher les malades dans les communautés les plus éloignées.

MSF a organisé un système de référence des patients nécessitant une hospitalisation.

Lorsqu’elle n’est pas traitée à temps, la rougeole est souvent accompagnée de complications médicales, telles les infections respiratoires, la déshydratation ou la malnutrition.

« Au début de notre intervention, beaucoup de patients nous arrivaient dans un état déjà très sévère. On a réussi à réduire drastiquement la mortalité en mettant en place une prise en charge adéquate» explique le Dr Narcisse Wega, coordinateur d'urgence de MSF.

Dans la salle de triage de l’hôpital de Titulé, les parents d’enfants malades signalent beaucoup d’autres cas de rougeole dans les communautés.

Dans la zone de santé de Yahuma, Marie, une jeune maman affaiblie et atteinte d’anémie est accompagnée par sa soeur, qui porte son nouveau-né. Elles doivent marcher plus de 22 kilomètres pour atteindre le centre de santé le plus proche.

Afin de réduire la propagation de l’épidémie, MSF organise des campagnes de vaccination de masse pour les enfants de moins de 15 ans.

Les plus jeunes sont les plus touchés, comme cet enfant pris en charge dans l’unité des soins intensifs de Titulé.

La maladie touche aussi les adultes. Les malades font souvent appel à la médecine traditionnelle avant de se rendre en dernier recours dans une structure de santé.

Depuis le début de son intervention en mars 2012, MSF a pris en charge plus de 18 500 personnes et vacciné plus de 440 000 enfants.
Plus d'infos sur cette épidémie

1 / 19

Une épidémie de rougeole continue, qui touche l’ensemble du pays depuis 2010, affecte des dizaines de milliers d’enfants en Province Orientale et en Equateur, au nord de la RDC.

 

Cette épidémie fait suite à une flambée de paludisme qui avait déjà frappé plusieurs zones de santé entre mai et septembre 2012 et donné lieu à des taux de mortalité exceptionnellement élevés chez les enfants de moins de cinq ans.

Alors que les épidémies se succèdent et s’avèrent particulièrement meurtrières chez les plus petits, le système de santé congolais est dépassé par les besoins de la population.

Les structures de santé, lorsqu’elles sont approvisionnées, font face à des ruptures de stock fréquentes de médicaments et d’importants déficits en ressources humaines.

« Ici, nous essayons de trouver des solutions pour sauver des vies par tous les moyens, car on n’a pas de matériel. On n’a rien », explique le Dr Mukambula, médecin directeur de l’hôpital de Titulé.

La grande majorité de la population vit sous le seuil de pauvreté et ne peut s’offrir des soins lorsqu’ils sont disponibles, car ils sont la plupart du temps payants.

La région affectée est vaste et les défis logistiques sont nombreux pour accéder aux communautés les plus isolées.

Pour vacciner contre la rougeole les populations vivant dans les villages les plus isolés de la Province Orientale, MSF se déplace à moto et en pirogue.

Face aux carences du système de santé, MSF prend en charge les malades et hospitalise les enfants gravement malades depuis plusieurs mois.

MSF approvisionne les structures de santé, forme le personnel médical et les relais communautaires pour rechercher les malades dans les communautés les plus éloignées.

MSF a organisé un système de référence des patients nécessitant une hospitalisation.

Lorsqu’elle n’est pas traitée à temps, la rougeole est souvent accompagnée de complications médicales, telles les infections respiratoires, la déshydratation ou la malnutrition.

« Au début de notre intervention, beaucoup de patients nous arrivaient dans un état déjà très sévère. On a réussi à réduire drastiquement la mortalité en mettant en place une prise en charge adéquate» explique le Dr Narcisse Wega, coordinateur d'urgence de MSF.

Dans la salle de triage de l’hôpital de Titulé, les parents d’enfants malades signalent beaucoup d’autres cas de rougeole dans les communautés.

Dans la zone de santé de Yahuma, Marie, une jeune maman affaiblie et atteinte d’anémie est accompagnée par sa soeur, qui porte son nouveau-né. Elles doivent marcher plus de 22 kilomètres pour atteindre le centre de santé le plus proche.

Afin de réduire la propagation de l’épidémie, MSF organise des campagnes de vaccination de masse pour les enfants de moins de 15 ans.

Les plus jeunes sont les plus touchés, comme cet enfant pris en charge dans l’unité des soins intensifs de Titulé.

La maladie touche aussi les adultes. Les malades font souvent appel à la médecine traditionnelle avant de se rendre en dernier recours dans une structure de santé.

Depuis le début de son intervention en mars 2012, MSF a pris en charge plus de 18 500 personnes et vacciné plus de 440 000 enfants.
Plus d'infos sur cette épidémie

1 / 19

À lire aussi