Fonds d’urgence COVID-19

Donnez à nos équipes les moyens de faire face à l’épidémie et à ses conséquences sur nos terrains d’intervention.

Je donne

Epidémie de méningite en Afrique de l’Ouest : la plus grande campagne de vaccination MSF

Nigéria Etat de Katsina dans le district de Musawa mars 2009. Au Nigéria c'est la pire épidémie de méningite dans le pays depuis 1996.
Nigéria, Etat de Katsina dans le district de Musawa, mars 2009. Au Nigéria, c'est la pire épidémie de méningite dans le pays depuis 1996. © François Servranckx / MSF

Plusieurs pays d'Afrique de l'Ouest font face à une épidémie de méningite majeure. Au Nigeria, au Niger et au Tchad, MSF travaille avec les autorités sanitaires pour des campagnes de vaccination ciblant une population totale d'environ 8 millions de personnes.
Voir notre dossier "Urgence épidémie de méningite"

Plusieurs pays d'Afrique de l'Ouest font face à une épidémie de méningite majeure. Au Nigeria, au Niger et au Tchad, MSF travaille avec les autorités sanitaires pour des campagnes de vaccination ciblant une population totale d'environ 8 millions de personnes.

Voir notre dossier "Urgence épidémie de méningite"

Les épidémies de méningite sont un fléau bien connu dans les pays d'Afrique de l'Ouest, situés dans ce que l'on nomme « la ceinture de la méningite ».

Mais, cette année, les épidémies ont atteint une ampleur inhabituelle. Selon les bilans des ministères de la Santé, plus de 1600 personnes infectées par cette maladie sont mortes depuis le début de l'année, dans les deux pays où l'épidémie est la plus forte, le Nigéria et le Niger.

L'épidémie continue de progresser par endroits. Si la situation s'améliore dans les premiers districts touchés, qui ont bénéficié de campagnes de vaccination, d'autres zones franchissent maintenant le seuil épidémique.

La pire épidémie depuis des années. Au Nigéria, c'est la pire épidémie de méningite dans le pays depuis 1996.

MSF travaille en étroite coopération avec le ministère de la Santé dans 9 Etats (voire la carte).

 

« Il y a de nombreux foyers épidémiques un peu partout dans le Nord du Nigéria », décrit Dounia Dekhili, une des coordinateurs d'urgence MSF sur le terrain.

« La situation évolue rapidement, mais le nombre de décès reste relativement bas ». Plus de 37 000 cas de méningite ont été enregistrés par les équipes mixtes de MSF et du ministère de la Santé, qui circulent dans les centres de santé pour soigner, organiser l'approvisionnement en traitement et collecter les données.

En moyenne, la méningite tue la moitié des personnes infectées s'il n'y a pas de traitement et une personne sur dix avec un traitement. Mais il apparaît que durant cette épidémie, les bactéries sont plus sensibles au traitement et près de 97% des patients atteints de méningite survivent.

Le Niger est relativement moins touché mais l'épidémie se propage dans des régions au sud du pays. Les équipes MSF travaillant avec le ministère de la Santé soignent les patients atteints de méningite et vaccinent dans les régions de Dosso, Maradi et Zinder. Un total de 4 591 cas de méningite et 161 décès ont été enregistrés dans ces régions.

Vaccination massive. « La situation à laquelle nous devons faire face maintenant est très différente du plan initial », explique Ramon Arrieta, responsable de l'intervention d'urgence MSF dans la région de Dosso, « l'épidémie a gagné de nouvelles zones donc nous avons dû adapter nos activités en fonction de l'évolution et vacciner dans de nouvelles zones ».

Les moyens déployés sont très importants. Par exemple, dans la seule région de Zinder, 8 000 accumulateurs de froid doivent être congelés chaque nuit afin d'être utilisés par les 65 équipes de vaccination. Une équipe, composée de 5 personnes, peut vacciner jusqu'à 1500 personnes en une journée. La population cible est âgée de 2 à 30 ans.

Au total, 2,7 millions de personnes ont déjà été immunisées (1,1 million au Nigéria et 1,6 million au Niger) et des campagnes supplémentaires pour environ 5,5 millions de personnes sont en cours ou en préparation au Nigéria, au Niger et au Tchad. Habituellement, le nombre de cas de méningite chute deux semaines après une campagne de vaccination.

 

 

À lire aussi