Dadaab, Kenya : les Somaliens luttent pour leur survie

Des réfugiés somaliens continuent d'arriver chaque jour dans le camp surpeuplé de Dadaab dans le nord du Kenya. Ils fuient la violence du conflit en Somalie les effets dévastateurs de la sécheresse et le manque de nourriture. Médecins Sans Frontièr
<p>Des réfugiés somaliens continuent d'arriver chaque jour dans le camp surpeuplé de Dadaab, dans le nord du Kenya. Ils fuient la violence du conflit en Somalie, les effets dévastateurs de la sécheresse et le manque de nourriture. Médecins Sans Frontières est présent à Dadaab pour répondre aux besoins médicaux des réfugiés et soigne près de 10 000 personnes souffrant de malnutrition dans et autour du camp de Dadaab.</p> ©Brendan Bannon

Des réfugiés somaliens continuent d'arriver chaque jour dans le camp surpeuplé de Dadaab, dans le nord du Kenya. Ils fuient la violence du conflit en Somalie, les effets dévastateurs de la sécheresse et le manque de nourriture. Médecins Sans Frontières est présent à Dadaab pour répondre aux besoins médicaux des réfugiés et soigne près de 10 000 personnes souffrant de malnutrition dans et autour du camp de Dadaab.

Des réfugiés somaliens qui ont fui la sécheresse et à la violence dans leur pays parviennent au camp de réfugiés surpeuplé de Dadaab, au Kenya, amenant leurs enfants malades et malnutris à un centre nutritionnel de MSF à la périphérie de l'un des camps. Le 21 juillet, près 10 000 réfugiés sont pris en charge dans le programme nutritionnel de MSF à Dadaab.

Des brindilles et des bouts de matériaux divers sont utilisés pour construire les abris. Il n'y a pas de place pour la plupart des nouveaux arrivants dans les camps de Dadaab. Des milliers de personnes qui arrivent chaque semaine doivent trouver eux-mêmes une place dans le désert environnant le camp. MSF estime que d'ici la fin de 2011, 500 000 personnes se seront réfugiées dans et autour des camps, construits à l'origine pour en accueillir 90 000.

Des brindilles et des bouts de matériaux divers sont utilisés pour construire les abris. Il n'y a pas de place pour la plupart des nouveaux arrivants dans les camps de Dadaab. Des milliers de personnes qui arrivent chaque semaine doivent trouver eux-mêmes une place dans le désert environnant le camp. MSF estime que d'ici la fin de 2011, 500 000 personnes se seront réfugiées dans et autour des camps, construits à l'origine pour en accueillir 90 000.

Ces réfugiés somaliens attendent d'être officiellement enregistrés et de recevoir la carte qui leur permettra de recevoir de la nourriture. Il peut s’écouler près de deux mois avant d'obtenir la première ration et de nombreux réfugiés déjà installés partagent leur nourriture avec les nouveaux arrivants.

Le Dr.Luana Lima à l'hôpital MSF de Dagahaley. Le personnel de MSF constate un nombre élevé d'enfants souffrant de malnutrition, en particulier ceux vivant en périphérie du camp.

Cette mère de six enfants a voyagé à pied de la Somalie vers Dadaab. Son plus jeune enfant est malnutri et est soigné à l'hôpital de MSF. Le personnel médical MSF soigne des enfants malnutris récemment arrivés, mais aussi ceux devenus malnutris dans le camp.

Un enfant souffrant de malnutrition avec sa mère à l'hôpital de MSF dans Dagahaley. Les dizaines de milliers de réfugiés somaliens arrivés dans ce camp surpeuplé fuient les violences récurrentes dans leur pays, la sécheresse dévastatrice et la nourriture rare et trop chère. Beaucoup de Somaliens, surtout les enfants, arrivent malnutris.

Le bras de ce petit garçon a été brisé par une balle lors d’un échange de tirs en Somalie. Avant que sa famille ne fuie vers le Kenya, il a été traité à l'hôpital de MSF à Marere, dans la région du Lower Juba. C’est le seul hôpital de la région.

Un médecin MSF examine la mère d'un enfant souffrant de malnutrition dans le centre de nutrition thérapeutique de MSF du camp de Dadaab. MSF traite actuellement plus de 2.400 enfants dans son programme d'alimentation thérapeutique ambulatoire, 130 sont hospitalisés et 5047 enfants modérément malnutris sont suivis dans son programme d'alimentation complémentaire.

De jeunes réfugiés somaliens en attente de vaccinations par l’équipe MSF.

Un enfant sévèrement malnutri est alimenté par sonde nasale à l'hôpital de MSF dans le camp de Dagahaley à Dadaab.

Une ambulance MSF arrive au centre d'accueil à Dadaab pour référer les patients ayant un besoin urgent de soins médicaux. De nombreux réfugiés somaliens, en particulier des enfants, arrivent au camp sous-alimentés. Certains ne survivent pas au voyage.

Des hommes creusent une tombe pour une mère de cinq enfants, âgée de 35 ans. Elle était arrivée au camp de Dadaab deux mois auparavant, après un voyage de près de 290 km, en provenance du district de Sakow district, au sud de la Somalie. Ses enfants ont tous survécu.

Tombes fraîches à Dagahaley, une partie du camp de réfugiés de Dadaab. De nombreux réfugiés arrivent au camp faibles et malnutris, après un voyage périlleux, fuyant la sécheresse et le conflit. Certains ne survivent pas.

Une mère et son enfant ont trouvé refuge à la périphérie des camps de Dadaab.

Une jeune réfugiée somalienne, devant l’abri de sa famille, fait de brindilles et matériaux divers, trouvés aux abords du camp officiel de Dadaab. En vivant à l'extérieur du camp, il est plus difficile d'accéder à la nourriture et à l’eau.

Une foule de réfugiés somaliens nouvellement arrivés attendent au centre d'accueil officiel du camp de Dadaab. Alors que des milliers de personnes parviennent chaque semaine dans le camp en provenance de Somalie, d'autres fuient vers la capitale somalienne, Mogadiscio, et en Ethiopie à la recherche d’assistance.

Une vache efflanquée devant des abris du camp de réfugiés de Dadaab. La sécheresse a tué le bétail d’un grand nombre de Somaliens, les laissant sans nourriture ni ressources.

1 / 19

Des réfugiés somaliens continuent d'arriver chaque jour dans le camp surpeuplé de Dadaab, dans le nord du Kenya. Ils fuient la violence du conflit en Somalie, les effets dévastateurs de la sécheresse et le manque de nourriture. Médecins Sans Frontières est présent à Dadaab pour répondre aux besoins médicaux des réfugiés et soigne près de 10 000 personnes souffrant de malnutrition dans et autour du camp de Dadaab.

Des réfugiés somaliens qui ont fui la sécheresse et à la violence dans leur pays parviennent au camp de réfugiés surpeuplé de Dadaab, au Kenya, amenant leurs enfants malades et malnutris à un centre nutritionnel de MSF à la périphérie de l'un des camps. Le 21 juillet, près 10 000 réfugiés sont pris en charge dans le programme nutritionnel de MSF à Dadaab.

Des brindilles et des bouts de matériaux divers sont utilisés pour construire les abris. Il n'y a pas de place pour la plupart des nouveaux arrivants dans les camps de Dadaab. Des milliers de personnes qui arrivent chaque semaine doivent trouver eux-mêmes une place dans le désert environnant le camp. MSF estime que d'ici la fin de 2011, 500 000 personnes se seront réfugiées dans et autour des camps, construits à l'origine pour en accueillir 90 000.

Des brindilles et des bouts de matériaux divers sont utilisés pour construire les abris. Il n'y a pas de place pour la plupart des nouveaux arrivants dans les camps de Dadaab. Des milliers de personnes qui arrivent chaque semaine doivent trouver eux-mêmes une place dans le désert environnant le camp. MSF estime que d'ici la fin de 2011, 500 000 personnes se seront réfugiées dans et autour des camps, construits à l'origine pour en accueillir 90 000.

Ces réfugiés somaliens attendent d'être officiellement enregistrés et de recevoir la carte qui leur permettra de recevoir de la nourriture. Il peut s’écouler près de deux mois avant d'obtenir la première ration et de nombreux réfugiés déjà installés partagent leur nourriture avec les nouveaux arrivants.

Le Dr.Luana Lima à l'hôpital MSF de Dagahaley. Le personnel de MSF constate un nombre élevé d'enfants souffrant de malnutrition, en particulier ceux vivant en périphérie du camp.

Cette mère de six enfants a voyagé à pied de la Somalie vers Dadaab. Son plus jeune enfant est malnutri et est soigné à l'hôpital de MSF. Le personnel médical MSF soigne des enfants malnutris récemment arrivés, mais aussi ceux devenus malnutris dans le camp.

Un enfant souffrant de malnutrition avec sa mère à l'hôpital de MSF dans Dagahaley. Les dizaines de milliers de réfugiés somaliens arrivés dans ce camp surpeuplé fuient les violences récurrentes dans leur pays, la sécheresse dévastatrice et la nourriture rare et trop chère. Beaucoup de Somaliens, surtout les enfants, arrivent malnutris.

Le bras de ce petit garçon a été brisé par une balle lors d’un échange de tirs en Somalie. Avant que sa famille ne fuie vers le Kenya, il a été traité à l'hôpital de MSF à Marere, dans la région du Lower Juba. C’est le seul hôpital de la région.

Un médecin MSF examine la mère d'un enfant souffrant de malnutrition dans le centre de nutrition thérapeutique de MSF du camp de Dadaab. MSF traite actuellement plus de 2.400 enfants dans son programme d'alimentation thérapeutique ambulatoire, 130 sont hospitalisés et 5047 enfants modérément malnutris sont suivis dans son programme d'alimentation complémentaire.

De jeunes réfugiés somaliens en attente de vaccinations par l’équipe MSF.

Un enfant sévèrement malnutri est alimenté par sonde nasale à l'hôpital de MSF dans le camp de Dagahaley à Dadaab.

Une ambulance MSF arrive au centre d'accueil à Dadaab pour référer les patients ayant un besoin urgent de soins médicaux. De nombreux réfugiés somaliens, en particulier des enfants, arrivent au camp sous-alimentés. Certains ne survivent pas au voyage.

Des hommes creusent une tombe pour une mère de cinq enfants, âgée de 35 ans. Elle était arrivée au camp de Dadaab deux mois auparavant, après un voyage de près de 290 km, en provenance du district de Sakow district, au sud de la Somalie. Ses enfants ont tous survécu.

Tombes fraîches à Dagahaley, une partie du camp de réfugiés de Dadaab. De nombreux réfugiés arrivent au camp faibles et malnutris, après un voyage périlleux, fuyant la sécheresse et le conflit. Certains ne survivent pas.

Une mère et son enfant ont trouvé refuge à la périphérie des camps de Dadaab.

Une jeune réfugiée somalienne, devant l’abri de sa famille, fait de brindilles et matériaux divers, trouvés aux abords du camp officiel de Dadaab. En vivant à l'extérieur du camp, il est plus difficile d'accéder à la nourriture et à l’eau.

Une foule de réfugiés somaliens nouvellement arrivés attendent au centre d'accueil officiel du camp de Dadaab. Alors que des milliers de personnes parviennent chaque semaine dans le camp en provenance de Somalie, d'autres fuient vers la capitale somalienne, Mogadiscio, et en Ethiopie à la recherche d’assistance.

Une vache efflanquée devant des abris du camp de réfugiés de Dadaab. La sécheresse a tué le bétail d’un grand nombre de Somaliens, les laissant sans nourriture ni ressources.

1 / 19

À lire aussi