Fonds d’urgence COVID-19

Donnez à nos équipes les moyens de faire face à l’épidémie et à ses conséquences sur nos terrains d’intervention.

Je donne

"Congo, la paix en otage" - Faire connaître les violences subies par la population

Les violences subies par les populations au Nord Katanga ont été passées sous silence. Pour les faire connaître et ouvrir le débat Médecins Sans Frontières a projeté le film "Congo la paix en otage" aux autorités et au public congolais en juillet

Les violences subies par les populations au Nord Katanga ont été passées sous silence. Pour les faire connaître et ouvrir le débat, Médecins Sans Frontières a projeté le film "Congo, la paix en otage" aux autorités et au public congolais en juillet 2005.

Le film documentaire de Marc Le Pape et Robert Genoud, "Congo, la paix en otage", produit à l'initiative de Médecins Sans Frontières par Etat d'Urgence Production (EUP), a été tourné en novembre 2004 à Lubumbashi, la capitale provinciale du Katanga, à Ankoro et Kitenge, villes du Nord Katanga, et dans les villages environnants, où les équipes de Médecins Sans Frontières portent assistance aux populations.

Il a pour objectif de faire connaître publiquement la situation de violences chroniques qui règnait au Nord Katanga depuis des années et le sort des populations de cette région. En effet, contrairement à celles connues et documentées qui se déroulent en Ituri et dans les Kivus, les violences subies jusqu'en 2004 par les populations du Katanga ont été ignorées. Cette région, où se situait la ligne de front entre le Rwanda et les troupes congolaises, a particulièrement souffert de la guerre durant les années 1998-2002 et pendant les années de sortie du conflit.

"Congo, la paix en otage" suit le parcours de plusieurs témoins pendant la guerre et depuis la fin officielle des hostilités et pose les questions suivantes : comment fait-on pour vivre avec la peur ? Comment vit-on dans un climat de violences qui dure depuis des années, soumis aux privations, aux fuites forcées et au maladies ?

Une prise de conscience et des débats animés
Le 22 juillet à Kinshasa, capitale de la RDC, et le 25 juillet à Lubumbashi, capitale provinciale du Katanga, le film a été projeté par les équipes de Médecins Sans Frontières en présence des auteurs-réalisateurs. Plus de 400 personnes ont assisté aux projections : ministres, gouverneur, ambassadeurs, députés, officiers, presse, représentants de la société civile et des communautés religieuses.

Présentation du film au Katanga
Présentation du film au Katanga

Les spectateurs ont été émus par le film. Beaucoup déclaraient ignorer le niveau des violences qu'avaient subies les habitants du Nord-Katanga, et les réactions ont été nombreuses lors du débat qui a suivi la projection.
La plupart des interventions du public ont porté sur la responsabilité des autorités nationales et internationales, et sur les solutions préconisées pour remédier aux violences dans le Nord Katanga. Aucun participant n'a remis en cause l'authenticité du film.

Entre le 27 juillet et le 10 août 2005, "Congo, la paix en otage" a également été projeté à la population et aux autorités sur les lieux de tournage, Ankoro et Kitenge. Il a par ailleurs été diffusé sur plusieurs chaînes de télévision congolaises.



Nos équipes témoins des violences qui perdurent
Les situations décrites dans "Congo, la paix en otage" sont bien connues des équipes de Médecins Sans Frontières qui interviennent dans le Nord Katanga depuis 2002. A Ankoro et Kitenge, elles prennent en charge les malades et les blessés des zones touchées par les violences et s'efforcent de réduire la mortalité due aux épidémies ou à la malnutrition. Cette présence leur a permis d'acquérir une connaissance du contexte et des épreuves subies par la population.

Les violences sont loin d'être apaisées. Selon une évaluation réalisée dans la zone de Mukubu en mai 2005, 15.000 personnes seraient déplacées suite aux conséquences des combats et des violences commises sur les civils par les militaires congolais et les milices. Ce chiffre est très certainement sous-évalué car il n'inclut pas les déplacés non regroupés qui sont éparpillés dans la zone. Pour porter assistance à ces populations, les équipes de MSF ouvrent donc un nouveau programme pour soutenir le centre de santé de Mukubu.

À lire aussi