Cisjordanie: Raisons hantées, 7 jours, 7 témoignages

Raisons hantées
Raisons hantées ©Juan Carlos Tomasi

Pendant une semaine, MSF publie chaque jour le récit de patients de Cisjordanie suivis dans le programme de soins psychologiques et victimes de la violence générée par la colonisation israélienne continue des Territoires palestiniens. 

Sans aucun résultat, les négociations du processus de paix entre Israël et l’Autorité Palestinienne arrivent à terme ce mardi 29 avril. Durant les neuf de mois impartis aux négociations, Israël a approuvé la construction de 13.851 logements dans les colonies de Cisjordanie et à Jérusalem-Est. En Cisjordanie et à Jérusalem Est, 70% de la population (estimée à 2,6 millions d’habitants), vit dans un territoire sous contrôle de l'armée israélienne. Environ 520 000 colons israéliens y sont installés. L’implantation continue, organisée et planifiée de populations civiles israéliennes sur le territoire de Cisjordanie, est source de tension permanente entre colons et civils palestiniens. Pour témoigner des violences régulières dont sont victimes les Palestiniens, MSF a décidé de publier chaque jour pendant une semaine le récit de patients palestiniens suivis par nos équipes dans notre programme de soins psychologiques. En recueillant ces témoignages, MSF souhaite partager la réalité de la vie quotidienne des patients: des vies vécues sous occupation. 

Depuis 2002, MSF mène un programme de soins psychologiques à Naplouse, Hébron et Jérusalem-Est pour les victimes des souffrances liées au conflit israélo-palestinien. Les patients pris en charge par MSF présentent des syndromes post traumatiques, ils souffrent de stress aigu, de troubles anxieux et de dépression. Lorsqu’un jeune est agressé, blessé ou arrêté, cet événement peut fortement affecter les autres membres de sa famille. Les techniques utilisées par les équipes pour les thérapies psychologiques sont basées sur l'échange oral, les outils cognitifs et comportementaux, la relaxation, le jeu ou le dessin, etc. Certaines maladies (dépression, anxiété) nécessitent un traitement médical en parallèle.

À lire aussi