URGENCE GAZA

Rouvrir une clinique dans la ville de Gaza :
« Nous avons vécu les jours les plus difficiles de notre vie »

Regarder la vidéo

Fonds Régional Urgence Gaza

Chapo

Grâce à vous, nos équipes peuvent continuer d'agir pour sauver des vies dans la région de Gaza.

je donne au Fonds Régional d'Urgence Gaza

Choléra en Haïti : MSF étend ses activités de prise en charge des malades

Le traitement du choléra s\'effectue par réhydratation du patient
Le traitement du choléra s\'effectue par réhydratation du patient © Eliza Currando/MSF

Les équipes MSF ont traité plusieurs centaines de personnes pour diarrhée aqueuse dans les derniers jours, notamment à Saint-Marc et à l\'hôpital de Petite-Rivière. Dans d\'autres zones d\'Artibonite et à Port-au-Prince, les équipes se préparent en cas de propagation de la maladie.

L'équipe MSF, présente à l'hôpital Saint-Nicolas dans la ville de Saint-Marc, depuis vendredi 22 octobre, a déjà traité 450 malades. Elle a également mis en place les mesures nécessaires pour éviter la propagation de l'épidémie de choléra, avec notamment la création d'une unité d'isolement, afin de mieux traiter les personnes infectées et de prévenir la propagation de la maladie.

Un centre de traitement du choléra est en cours de construction près de l'hôpital. D'une capacité de 400 lits, il devrait être achevé le mercredi 27 octobre.

A Petite Rivière, dans la région d'Artibonite, plus de 230 personnes ont été admises à l'hôpital, soutenu par MSF. Avec la mise en place d'un protocole de soins adéquat par MSF et le personnel de l'hôpital, la prise en charge des malades s'organise.

A Port-au-Prince, 34 personnes souffrant de diarrhée se sont présentées dans la structure MSF. Les cas de diarrhées aqueuses n'ont pas été rares dans la capitale depuis le séisme du 12 janvier dernier. Pour l'heure, ces cas ne sont pas confirmés comme étant du choléra. Le traitement reste toutefois le même, à commencer par la réhydratation des malades.

Augmentation des ressources et extension des activités
Aujourd'hui, MSF évalue les possibilités d'implémenter d'autres structures de prise en charge des cas suspects de choléra dans la région d'Artibonite ainsi qu'à Port-au-Prince et ses alentours qui permettraient d'augmenter considérablement la capacité d'accueil.
En complément de ces centres de traitement, MSF envisage d'installer des points de réhydratation orale permettant un traitement rapide des cas de choléra les plus simples.

Outre la prise en charge médicale, la priorité demeure la mise en place de mesures de prévention pour éviter la propagation de la maladie : sensibilisation des populations sur les modes de transmission du choléra, l'importance de l'hygiène et les gestes simples pour prévenir la contamination des proches.

Un avion-cargo de prés de 100 tonnes de matériel médical et de fourniture pour l'eau et l'assainissement est arrivé lundi soir en Haïti. L'arrivée dans les jours prochains d'un renfort en personnel MSF permettra de mener des explorations dans d'autres zones de l'île, susceptibles de présenter des cas des diarrhées.

Poursuite des programmes réguliers
Toutes les activités menées par MSF suite au séisme du 12 janvier se poursuivent. A Port-au-Prince, MSF dirige 7 hôpitaux privés gratuits et soutient 2 structures médicales du ministère de la Santé, ce qui la dote d'un millier de lits dans la capitale : prise en charge des urgences et des traumatismes, soins obstétriques, pédiatriques, maternels, orthopédiques, santé mentale, et consultations pour les victimes de violence sexuelle.

À Léogâne, l'organisation a également ouvert en octobre un hôpital privé « en dur » pouvant accueillir 120 lits. 3.000 personnes travaillent dans ces différents programmes.

 

DossierDossier spécial choléra en Haïti


À lire aussi